Aller au contenu principal

Une gestion des primipares différente selon l'âge au premier vêlage

La chambre d'agriculture du Maine-et-Loire a effectué une étude comparant la carrière de bêtes vêlant à 24, 30 ou 36 mois.

5les animaux sélectionnés 
par les éleveurs pour 
un premier part à 24 mois possèdent un meilleur potentiel que les autres.
5les animaux sélectionnés
par les éleveurs pour
un premier part à 24 mois possèdent un meilleur potentiel que les autres.
© C. Delisle

Une étude sur l'âge au vêlage a été menée dans six élevages charolais du Maine-et-Loire, adhérents au contrôle de performances, fortement utilisateurs de l'insémination animale. Ainsi, l'impact au premier vêlage a été analysé sur les performances propres de 774 carrières de génisses, avant et après le premier vêlage, ainsi que sur leur descendance et ce, sur quinze campagnes. Dans ces troupeaux, organisés en simple ou double périodes de vêlages, on rencontre au moins deux âges différents pour la première mise bas.
Premier constat : « il existe un effet de l'ascendance paternelle sur le devenir des génisses qui s'explique par des pères aux index significativement plus élevés, notamment en CRsev (croissance au sevrage) et en ISEVR (indice de synthèse au sevrage) pour les génisses destinées à un vêlage précoce », observe Julien Fortin de la chambre d'agriculture de Maine-et-Loire.
Les éleveurs sélectionnent les animaux en fonction de leur poids (les plus lourds) et de leur développement squelettique au sevrage (les plus développés) pour un vêlage précoce. La conformation ne semble pas apparaître comme un critère de sélection. Le choix du vêlage 24 mois est donc fait, sur les animaux exprimant le plus fort potentiel.

Des conditions de vêlage plus difficiles


Globalement dans le choix des accouplements, les éleveurs ont la volonté de sécuriser le premier vêlage et ce, d'autant plus lorsqu'il a lieu à 24 mois. Les veaux, issus de mises bas précoces, naissent plus légers, ce qui s'explique par l'utilisation de pères aux index facilité de naissance significativement plus importants que pour les vêlages à 30 mois ou à 36 mois. Ils sont également plus petits au pointage et démarrent plus doucement (PAT à 120 jours inférieurs), mais rattrapent ensuite leur retard. « En effet, il n'y a plus de différence à 210 jours quel que soit l'âge au premier part. Toutefois et contrairement à de précédents travaux (Farrié et al en 2008), des conditions de naissance plus difficiles ont été observées pour les mises bas à 24 mois. La mortalité au sevrage se situe quant à elle autour de la moyenne de la race », précise Julien Fortin.
Malgré des performances différentes au premier vêlage, les primipares de 24 mois n'ont pas plus de difficultés que celles de 30 ou 36 mois à féconder de nouveau, comme le montre l'intervalle vêlage-vêlage entre la première et la seconde mise bas. Le constat est le même pour les conditions de naissance et la mortalité. « Par contre, fait marquant, la stratégie de réforme adoptée par les éleveurs change selon l'âge au premier vêlage. Les primipares âgées de 24 mois ont en effet plus souvent une seconde chance, même si elles vêlent plus difficilement ou donnent naissance à un veau mort. Cet état de fait peut s'expliquer par le souhait de limiter la réforme précoce de jeunes animaux à fort potentiel et par la peur d'avoir de plus petites carcasses à cet âge », note l'auteur de l'étude.
Les femelles en vêlage 24 mois sont abattues plus jeunes, néanmoins leur carrière est comparable à celle des bêtes ayant mis bas la première fois à 36 mois. Celles ayant vêlé à 30 mois ont, en moyenne, les carrières les plus longues. Même si les âges à l'abattage sont différents, ils n'impactent pas le poids carcasse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Quentin Dupuis. « On renouvelle nos prairies au fur et à mesure, en intégrant des légumineuses. Les trèfles violets et blancs correspondent bien à notre exploitation. » Tous les lots sont conduits en pâturage tournant. © C. Delisle
[Légumineuses] "De la protéine dans 60 % des prairies temporaires"
Chez Didier et Quentin Dupuis à Vausseroux dans les Deux-Sèvres, l’herbe est une culture aussi importante que les céréales. Pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande