Aller au contenu principal

Une expertise au service des éleveurs

Le nouveau dispositif Inosys – réseaux d’élevage 2 014 – 2020 a été présenté par l’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture lors du Sommet de l’élevage.

Inosys – Réseaux d’élevage dispose d’un nouveau logo, rappelant les deux pilotes, les chambres d’agriculture et l’Institut de l’élevage.
Inosys – Réseaux d’élevage dispose d’un nouveau logo, rappelant les deux pilotes, les chambres d’agriculture et l’Institut de l’élevage.
© DR

Ce réseau reste un observatoire de la durabilité des systèmes d’élevage, basé sur l’analyse. « Un objectif fondamental de ce dispositif est d’entretenir une expertise au service des éleveurs. On cherche aujourd’hui à approfondir des réseaux thématiques (autonomie alimentaire) et à intégrer des systèmes innovants pour travailler en profondeur les questions clés de demain. On repère et sélectionne depuis cette année, des exploitations innovantes et/ou porteuses d’avenir qui ne sont pas forcément dans les réseaux. 186 ont été repérées et décrites. Ces fermes présentent un avantage compétitif dans les domaines de l’autonomie, de l’économie, du travail ou de l’environnement », explique Anne-Charlotte Dockès de l’Institut de l’élevage. Inosys dispose également d’une nouvelle identité visuelle, rappelant les deux organismes pilotes du projet.


Trois axes de la durabilité : économie, environnement, travail


Le volet observation s’appuie sur un socle national composé d’éleveurs volontaires et couvrant la diversité nationale et les bassins de production, sur les trois axes de la durabilité : économie, environnement et travail. Pour le déploiement 2014-2020, ce socle se compose de 312 fermes bovins viande. Un premier dispositif a d’ores et déjà été mis en place sur l’autonomie alimentaire. Des réflexions sont en cours sur l’agriculture biologique. D’autres pistes sont également possibles sur l’énergie, l’élevage de précision, les circuits courts… « La diffusion des travaux se présente sous différentes formes : présentations de cas-types nationaux, résultats des fermes suivies, élaboration de référentiels, estimations d’évolutions de revenus et de productions thématiques (portraits d’éleveurs, productions régionales…) », conclut Anne-Charlotte Dockès.

Un observatoire

Inosys – Réseaux d’élevage est un observatoire qui analyse le fonctionnement des exploitations d’élevages depuis plus de trente ans. Déployé sur l’ensemble du territoire, ce réseau associe à la fois des éleveurs (près de 2000), des correspondants des chambres d’agriculture (220) et des ingénieurs de l’Institut de l’élevage (30). Les cinq filières herbivores sont représentées. Il produit des références sur des sujets variés (économie, environnement, technique, social) à partir de cas réels — les élevages sont choisis selon une typologie — pour alimenter l’appui technique et le conseil, l’innovation et la prospective. C’est également un outil d’aide à la décision pour la profession et les pouvoirs publics.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Laurent Poirier, naisseur engraisseur de Charolaises. « Je ne vois pas le blocage des veaux comme une contrainte mais plutôt comme l’opportunité de faire un point sur la production laitière de mes vaches. » © C. Delisle
« Mes veaux sont plus dociles et homogènes avec la limitation des tétées »
Laurent Poirier trouve de nombreux avantages à limiter les tétées à deux lâchers par jour à compter de la rentrée stabulation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande