Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Elevage européen et OGM
Une étude de la Commission entre catastrophisme et lobbying

«OGM : un scénario catastrophe pour l´élevage», titraient récemment plusieurs journaux agricoles. Diable ! L´article faisait référence à une étude publiée l´été dernier par la Direction générale pour l´agriculture et le développement rural (DG Agri) de la Commission européenne.


La thèse a été développée par un représentant de la DG Agri lors de la dernière assemblée générale de la Fédération nationale bovine. Que dit-elle ? Les procédures d´autorisation pour la mise sur le marché de nouveaux OGM destinés à l´alimentation humaine et animale dans l´Union européenne (UE) est plus longue que celles permettant leur production dans les pays tiers exportateurs. De plus, l´UE n´admet aucune trace d´OGM non autorisé dans les produits importés.
Ce décalage entre production d´un côté, exportation de l´autre, pourrait entraîner une rupture temporaire d´approvisionnement. Notamment en tourteau de soja, difficilement remplaçable par autre chose. L´étude examine ainsi trois scénarios (optimiste, pessimiste, médian) selon que les pays producteurs prendraient en compte ou pas le marché européen dans leurs stratégies d´autorisation et de production de nouveaux OGM. Dans le cas du scénario pessimiste, c´est-à-dire la situation où à la fois Argentine et Brésil feraient fi du marché européen, l´impact serait très important pour les productions porcines et avicoles - un « véritable effondrement » interprète l´un des communiqués - mais moindre pour le secteur de la viande bovine. Pour toutes, elle conduirait à des importations massives de viande à partir de pays utilisant les OGM non autorisés dans l´UE.
Selon l´étude , une rupture temporaire d´approvisionnement, notamment en tourteau de soja, est envisageable. ©C. Gérard

Lobbying à Bruxelles
Or, l´Europe est le plus grand importateur de tourteau de soja au monde. L´Argentine et le Brésil peuvent-ils se passer de ce marché ? L´étude elle-même reconnaît leur dépendance vis-à-vis de l´Europe, mais affirme qu´ils pourraient se tourner vers la Chine dont la demande ne cesse d´augmenter. Sauf que celle-ci n´achète que de la graine de soja car elle a ses propres usines de trituration. Que feraient-ils du tourteau ? Le but de cette étude n´est-il pas de mettre la pression sur les états membres pour qu´ils accélèrent les procédures d´autorisation des nouveaux OGM et surtout introduisent une « tolérance praticable » aux OGM non autorisés dans l´UE ? Le lobbying est une activité florissante à Bruxelles ; chacun est autorisé à y défendre ses intérêts. De là, à prendre à témoin les éleveurs en leur laissant penser qu´une nouvelle catastrophe est imminente, cela relève du cynisme. Les éleveurs connaissent trop bien le sens du mot catastrophe. Les producteurs de porcs peuvent en parler en ce moment. Les éleveurs de bovins ou de volailles ont eu leur lot de crises catastrophiques. Pas la peine d´en rajouter ! Pourra-t-on un jour aborder sereinement le dossier des OGM sans verser dans la manipulation d´information, d´où qu´elle vienne ?
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Covid 19] Quand l'éleveur François Garrivier prend la plume et dénonce l’attitude des acteurs de l’aval de la filière viande
Eleveur de Charolaises dans la Loire, François Garrivier dénonce le double discours des acteurs de l’aval de la filière viande…
chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande