Aller au contenu principal

Sommet de l’élevage, du 5 au 7 octobre
Une édition attendue riche et intense

Le Sommet de l’élevage fête cette année ses 25 ans. Les organisateurs ont concocté une édition riche en contenu. Les races allaitantes bénéficieront de la remise en service du Zénith pour se présenter au public.

Le Zénith va, à nouveau, ouvrir ses portes au concours national Charolais mais pas seulement. L’édition 2016 verra s’y dérouler l’ensemble des présentations animales et des concours bovins viande.
© Sommet de l'élevage

Après une édition 2015 morose car privée d’animaux en raison de la FCO, le 25e Sommet de l’élevage, rendez-vous incontournable d’octobre, se veut riche et intense. Il devrait accueillir 2 000 animaux de toutes les grandes races des différentes espèces et 1 400 exposants (matériels, alimentation animale, produits vétérinaires, équipements, machinisme agricole, nouvelles énergies…), répartis sur 175 000 m2 de surface d’exposition. « Né en 1992 sur des terres d’élevage, le Sommet a réussi à fidéliser depuis 25 ans des milliers de visiteurs, chaque année plus nombreux. Sont ainsi attendus pour cette édition 2016 plus de 85 000 visiteurs, dont près de 4 000 internationaux de soixante-quinze pays différents. Le Sommet de l’élevage conforte ainsi un peu plus sa position de grand salon international », notent les organisateurs.

À ce jour de nombreuses délégations, parmi lesquelles l’Iran et la Chine, ont déjà confirmé leur présence. Une première pour ces deux pays. La Colombie, pays invité d’honneur, est également attendue. Un stand sera mis à sa disposition pour promouvoir son agriculture.

Pour la deuxième année consécutive, des circuits de visites en pré-tour et par filière (viande, lait, ovine), dont un plus particulièrement axé sur la race Charolaise, seront proposés la veille de l’ouverture du Sommet. Et pendant toute la durée de l’événement, plus de trente-cinq visites d’élevages et de sites techniques agroindustriels sont au programme.

La Charolaise à l’honneur au Zénith

Grande nouveauté 2016 : le public pourra assister aux différents concours et présentations des races allaitantes sur le ring du Zénith, salle de spectacles attenante au parc des expositions.

Après les organisations réussies de 2005 et 2010 de son concours national, la race Charolaise revient à l’honneur au Sommet avec plus de 400 reproducteurs attendus. « À cette occasion, Charolais Expansion en collaboration avec le Herd Book Charolais mettra en place une vente aux enchères d’animaux génotypés le jeudi 6 octobre, à l’issue des prix de championnat. Ouverte à l’ensemble des catégories présentes en concours, la sélection des animaux s’est déroulée mi-juin et un pré-catalogue de vente est disponible sur www.charolaise.fr. »

En plus d’un rendez vous d’affaires, le Sommet sera sans aucun doute, comme à l’accoutumée, l’un des temps forts de la rentrée agricole. Mais après deux années de conjoncture difficile, le climat pourrait être tendu dans les travées du salon. D’autant plus que dans un contexte de primaires et d’élections présidentielles, la classe politique devrait faire acte de présence. Notons d’ores et déjà la présence confirmée de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, et de Phil Hogan, commissaire européen à l’Agriculture et au Développement rural. 

Chiffres clés
175 000 m2 d’exposition
76 000 m2 de surface nette de stands
1 400 exposants dont 270 internationaux de 28 pays
2 000 animaux d’élite et la présence de toutes les grandes races
Une trentaine de rencontres professionnelles, colloques et conférences
Le saviez-vous

Une web TV toujours plus riche en contenus

Pour la quatrième année consécutive, le Sommet de l’élevage propose, pour ne rien manquer, de vivre ou revivre ses temps forts grâce à sa web TV. Davantage de contenus seront proposés cette année : concours, présentations animales, démonstrations, interviews, reportages…, en direct ou en VOD via le site www.sommet-elevage.fr.

Aubrac, vendredi de 9h à 11h ; Blonde, mercredi de 16h30 à 18h30 ; Gascon, jeudi de 11h30 à 13h ; Limousin, mercredi de 13h30 à 16h ; Parthenais, vendredi de 11h à 12h30 ; Salers, jeudi de 9h à 11h30.

Le concours national Charolais les mercredi matin, jeudi après-midi et vendredi après-midi.

Retrouvez-nous sur le stand du groupe

Réussir

Hall 1 – Allée C – Stand 98

Trois hectares supplémentaires l’an prochain (FACU)

Pour 2017, Fabrice Berton, commissaire général du Salon, annonce la viabilisation de trois hectares de surface d’exposition supplémentaires. Ils sont actuellement occupés par le parking des camions des exposants, lequel sera déplacé sur des friches industrielles proches du site d’exposition.

Faire passer la durée du salon de trois à quatre jours est une évolution possible pour désengorger l’accès au parc des expositions. D’après les enquêtes de satisfaction menées auprès des exposants, ces derniers y sont actuellement opposés. « Si une journée supplémentaire est ajoutée pour de futures éditions, ce sera de toute façon le mardi et non le samedi pour conserver à notre manifestation tout son caractère professionnel », précise Fabrice Berthon.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © M-H André
L’Argentine, cette usine à bœufs qui tourne au ralenti
Dans bon nombre d’élevages naisseurs argentins, le potentiel de production est loin d’être utilisé à 100 % de ses capacités. Une…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine en création depuis des décennies à obtenir son…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Pauline Garcia élève 130 Salers dans le Cantal. Elle propose des formations et des conseils sur le terrain ou en ligne (conseils à l’heure). © Etho-diversité
La conduite positive du bovin par Pauline Garcia
Pauline Garcia, éleveuse de 130 Salers dans le Cantal et comportementaliste animalière, applique sur le terrain des résultats de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande