Aller au contenu principal

Pâturage hivernal combiné au parc stabilisé d'hivernage
Une conduite hivernale innovante

Le pâturage hivernal combiné au parc stabilisé d’hivernage a été testé par l’Institut de l’élevage afin de réduire sans risques les coûts associés à l’hivernage.

© ferme expérimentale de Jalogny

Dans le cadre d’un projet commun (Casdar Salinov), l’Inra, la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire et l’Institut de l’élevage ont mené des études sur le pâturage hivernal couplé à des logements simplifiés pour des bovins allaitants. « Contrairement aux ovins, le pâturage hivernal des bovins soulève des interrogations relatives à la portance des sols. C’est pourquoi, tout un travail de recherche a été effectué sur l’intérêt d’associer à cette pratique ancienne (plein- air hivernal dans des régions où les sols sont portants) une pratique nouvelle : le parc stabilisé d’hivernage (PSH). Ce dernier permettant de contenir les animaux dans un logement peu coûteux, si un risque de piétinement des prairies existe et d’apporter aisément des fourrages si besoin », explique Jean-Pierre Farrié, chef de projet à l’Institut de l’élevage et responsable du projet Salinov. L’objectif principal d’une telle pratique est de réduire les coûts associés à l’hi- vernage par la diminution des charges directes (moins de fourrages distribués, moins de paille, moins de concentrés) et de restreindre l’investissement en bâtiments (logements plus économes).

Le parc stabilisé d’hivernage limite le piétinement des prairies

La solution n’est cependant recevable que dans la mesure où l’on maîtrise les impacts techniques, environnementaux et sociaux : performances, bien-être animal, préservation des prairies, effluents d’élevage et conditions de travail. Des essais sur trois sites expérimentaux Ainsi, pour vérifier l’intérêt technique, économique et environnemental d’une telle pratique, des essais, portant sur des génisses ou des vaches allaitantes gestantes, se sont déroulés sur trois sites expérimentaux, à la station expérimentale de Jalogny (Saône-et-Loire), au lycée agricole des Vaseix (Haute- Vienne) et sur le site de l’Inra à Laqueuille (Puy-de-Dôme). Les essais ont eu lieu sur les hivers 2010-2011 et 2011-2012. Il s’avère que le pâturage hivernal associé à un parc stabilisé d’hivernage peut être mis en œuvre sans contre- performances zootechniques et fourragères préjudiciables à l’ensemble du système. Sur le plan économique, cette pratique permet de réduire les coûts de production. C’est aussi moins de travail, donc plus de confort pour l’éleveur. Les effluents, quant à eux, se sont révélés peu chargés. « Après, c’est à chacun en fonction de son système, de ses places en bâtiments, de ses équipe- ments et selon des règles ajustées suivant les conditions pédoclimatiques, de raisonner et de prendre en compte ces pratiques. Mais en tout état de cause, celui qui est dans un système herbager peut les mettre en œuvre, sans problème particulier », note Eric Pottier de l’Institut de l’élevage.

Dossier


- Sur la base d'expérimentations, pas d'effet négatif sur les performances animales
- A Jalogny en Saône-et-Loire, moins de travail avec le PSH
- Production et valeur alimentaire, une utilisation de l'herbe à optimiser
- Aux Vaseix en Haute-Vienne, un protocole revu pour davantage de pâturage hivernal
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande