Aller au contenu principal

"Crise du cheval"
Une charte antifraude validée par le gouvernement

Les ministres Stéphane Le Fol, Benoît Hamon et Guillaume Garot ont présenté le 21 mai les conclusions du groupe de travail institué avec l’ensembles des acteurs de la filière viande suite à la « crise du cheval ».

 


Au plan national, les professionnels s’engagent à mettre en place des chartes « antifraudes » de contrôles renforcés entre fournisseurs et acheteurs de viandes pour la transformation. Les entreprises rendront public leur engagement dans cette démarche. Cette charte sera diffusée par l’Ania (association nationale des industries alimentaires).

 

Ils s’engagent également à définir des standards professionnels au travers d’un code des usages relatif à la qualité pour la viande utilisée dans les plats préparés et effectuer les contrôles physiques et analytiques nécessaires. Ce code des usages serait applicable dès l’automne 2013.

 

Benoît Hamon a rappelé que la mise sous surveillance renforcée des filières viande et poisson se poursuivait sur toute l’année 2013 en France et elle pourrait être poursuivie en 2014. Au niveau européen, le gouvernement poursuit son engagement pour obtenir un étiquetage de l’origine des viandes jusqu’au stade des produits préparés et renouvelle sa demande de création d’un réseau antifraudes alimentaires, notamment en optimisant la coordination entre les différents organes européens. Il souhaite aussi que les sociétés de trading de viandes puissent faire l’objet d’un enregistrmeent préalable, de traçabilité et d’accès aux informations pour les autorités de contrôle.


Interbev déplore le manque d'ambition de ces propositions d'action et considère que ces mesures ne sont pas à la hauteur de la gravité de la crise. Dominique Langlois considère que la charte antifraude et le code des usages ne constituent qu'une réponse très partielle voir une non-réponse aux attentes exprimées par les consommateurs. "La seule réponse simple et rapide à mettre en oeuvre consiste à encourager l'étiquetage volontaire du pays d'origine de la viande comme ingrédient des préparations à base de viande et la mise en avant des démarches de type Viande Bovine Française."

L'interprofession réaffirme d'autre part sa volonté de se porter partie civile s'il y a eu malversation de la part d'une ou plusieurs entreprises impliquées dans ce dossier. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande