Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Une assurance nécessaire pour de forts impacts climatiques

Estimer l’exposition et la sensibilité de la production d’herbe des élevages bovins viande aux aléas climatiques sera nécessaire, si la mise en place de l’assurance récolte devient effective.

Des baisses supérieures à 20 % en termes de récolte d’herbe entraînent des pertes économiques hors aides importantes.
Des baisses supérieures à 20 % en termes de récolte d’herbe entraînent des pertes économiques hors aides importantes.
© Soizick Héloury

L’herbe représente une part importante dans l’alimentation des troupeaux allaitants. Sa production, assez dépendante des aléas climatiques, peut accroître la fragilité économique des élevages. « En parallèle, l’État envisage de remplacer l’actuel fonds d’indemnisation des éleveurs en cas de production fourragère catastrophique, par une subvention sur des assurances prairies privées. Dans ce cas, les éleveurs auront à choisir le nombre d’hectares à assurer, le niveau de variation de rendement d’herbe et la valeur de la prairie. Il est ainsi essentiel de disposer de connaissances sur la sensibilité des systèmes d’élevage aux aléas », explique Claire Mosnier de l’Inra de Saint-Genès Champanelle (Puy-de-Dôme).


Quantifier l’impact des variations de production


L’étude menée par l’Inra et l’Institut de l’élevage dans le cadre du RMT systèmes allaitants, fourrages et environnement, avait deux objectifs : quantifier l’impact des variations de production d’herbe sur les résultats économiques des exploitations et analyser si les exploitations ayant des cultures fourragères, telles que le maïs, ou qui pratiquent l’ensilage et/ou l’enrubannage d’herbe ont des résultats économiques moins variables que les exploitations ayant un système fourrager tout herbe et ne récoltant que du foin. « En effet, la diversification du système fourrager et des modes de récolte permet en théorie, à la fois de diminuer l’exposition au risque et d’augmenter la flexibilité du système limitant les conséquences défavorables d’un aléa. »
Pour répondre à ces deux questions, l’analyse a porté sur un large panel d’exploitations spécialisées dans la production d’animaux maigres, issues de la base de données des réseaux d’élevages sur la période 2000-2009. Les résultats technico-économiques de 1 535 élevages ont été comparés.


Un impact significatif au-delà de 20 % de perte d’herbe


Les résultats montrent que pour des aléas faiblement négatifs, les exploitations présentent une bonne résilience. Les stocks font tampon. Des baisses supérieures à 20 % en termes de récolte d’herbe entraînent par contre des pertes économiques hors aides importantes. « Dans ce dernier cas, les éleveurs ont alors recours à des aliments de substitution et/ou à la diminution de la production de viande. Au-delà de ce seuil, disposer d’une épargne suffisante, d’une assurance ou de marges de sécurité supérieures, apparaît nécessaire face aux aléas », note Claire Mosnier.
D’autre part, la diversification des systèmes fourragers n’est pas suffisante pour diminuer la sensibilité aux aléas. « Il n’est pas ressorti clairement que les systèmes avec cultures fourragères ou ayant opté pour des techniques de récolte et de conservation plus souples telles que l’ensilage ou l’enrubannage, réduisent l’exposition des éleveurs au risque climatique », conclut cette dernière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande