Aller au contenu principal
Font Size

Une assurance nécessaire pour de forts impacts climatiques

Estimer l’exposition et la sensibilité de la production d’herbe des élevages bovins viande aux aléas climatiques sera nécessaire, si la mise en place de l’assurance récolte devient effective.

Des baisses supérieures à 20 % en termes de récolte d’herbe entraînent des pertes économiques hors aides importantes.
Des baisses supérieures à 20 % en termes de récolte d’herbe entraînent des pertes économiques hors aides importantes.
© Soizick Héloury

L’herbe représente une part importante dans l’alimentation des troupeaux allaitants. Sa production, assez dépendante des aléas climatiques, peut accroître la fragilité économique des élevages. « En parallèle, l’État envisage de remplacer l’actuel fonds d’indemnisation des éleveurs en cas de production fourragère catastrophique, par une subvention sur des assurances prairies privées. Dans ce cas, les éleveurs auront à choisir le nombre d’hectares à assurer, le niveau de variation de rendement d’herbe et la valeur de la prairie. Il est ainsi essentiel de disposer de connaissances sur la sensibilité des systèmes d’élevage aux aléas », explique Claire Mosnier de l’Inra de Saint-Genès Champanelle (Puy-de-Dôme).


Quantifier l’impact des variations de production


L’étude menée par l’Inra et l’Institut de l’élevage dans le cadre du RMT systèmes allaitants, fourrages et environnement, avait deux objectifs : quantifier l’impact des variations de production d’herbe sur les résultats économiques des exploitations et analyser si les exploitations ayant des cultures fourragères, telles que le maïs, ou qui pratiquent l’ensilage et/ou l’enrubannage d’herbe ont des résultats économiques moins variables que les exploitations ayant un système fourrager tout herbe et ne récoltant que du foin. « En effet, la diversification du système fourrager et des modes de récolte permet en théorie, à la fois de diminuer l’exposition au risque et d’augmenter la flexibilité du système limitant les conséquences défavorables d’un aléa. »
Pour répondre à ces deux questions, l’analyse a porté sur un large panel d’exploitations spécialisées dans la production d’animaux maigres, issues de la base de données des réseaux d’élevages sur la période 2000-2009. Les résultats technico-économiques de 1 535 élevages ont été comparés.


Un impact significatif au-delà de 20 % de perte d’herbe


Les résultats montrent que pour des aléas faiblement négatifs, les exploitations présentent une bonne résilience. Les stocks font tampon. Des baisses supérieures à 20 % en termes de récolte d’herbe entraînent par contre des pertes économiques hors aides importantes. « Dans ce dernier cas, les éleveurs ont alors recours à des aliments de substitution et/ou à la diminution de la production de viande. Au-delà de ce seuil, disposer d’une épargne suffisante, d’une assurance ou de marges de sécurité supérieures, apparaît nécessaire face aux aléas », note Claire Mosnier.
D’autre part, la diversification des systèmes fourragers n’est pas suffisante pour diminuer la sensibilité aux aléas. « Il n’est pas ressorti clairement que les systèmes avec cultures fourragères ou ayant opté pour des techniques de récolte et de conservation plus souples telles que l’ensilage ou l’enrubannage, réduisent l’exposition des éleveurs au risque climatique », conclut cette dernière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande