Aller au contenu principal

Une analyse régulière de l'eau d'abreuvement « privée »

Dans les élevages allaitants, une analyse annuelle pour le contrôle de la qualité de l'eau des puits et forages est obligatoire pour satisfaire à la Charte des bonnes pratiques d'élevage, mais sans obligation de résultat.

L'analyse doit porter a minima sur la bactériologie, le pH et les nitrates.
L'analyse doit porter a minima sur la bactériologie, le pH et les nitrates.
© F. d'Alteroche

« Pour les puits et les forages, un contrôle régulier de la qualité de l'eau est recommandé », explique Loïc Fulbert du GDS de Mayenne. Cela se traduit par la réalisation d'une analyse annuelle - ou au moins datant de moins de deux ans - portant a minima sur la bactériologie, le pH et les nitrates. Par ailleurs, des recherches complémentaires peuvent être conduites sur la qualité de l'eau d'abreuvement dans le cas ou s'expriment certaines pathologies. Cependant le lien entre une anomalie de la qualité de l'eau mise en évidence par l'analyse et des troubles de la santé est souvent difficile à établir. La qualité de l'eau peut avoir changé entre le moment où la pathologie s'exprime et le moment de l'analyse, et la présence de différents éléments n'a pas systématiquement de conséquences directes sur la santé du troupeau. Les troubles de santé sont souvent multifactoriels, et les contaminations par les parasites ont des origines diffuses. « Une analyse permet cependant de disposer d'une information, de comparer d'une analyse à l'autre les résultats, et de proposer des pistes d'amélioration. »
C'est en général le technicien du GDS qui se déplace sur l'élevage pour faire le prélèvement et acheminer rapidement les échantillons au laboratoire. Le technicien choisit en concertation avec l'éleveur le point de prélèvement de l'échantillon. Celui-ci doit être représentatif du captage. Dans la Creuse, un kit d'analyse d'eau est fourni par le laboratoire départemental d'analyses avec le soutien du Conseil général (disponible au laboratoire, au GDS et chez les vétérinaires). Il est conseillé de faire l'analyse au moment du réapprovisionnement des nappes, c'est-à-dire en général en hiver, car c'est à ce moment-là qu'il y a le plus de risques d'infiltration de bactéries ou de pesticides à partir du sol. Mais une première analyse peut être faite à n'importe quelle période de l'année.


Des recommandations de l'Anses


La qualité de l'eau d'abreuvement n'est pas actuellement soumise à une définition précise. La réglementation européenne (« paquet Hygiène ») impose de donner aux animaux une eau « de qualité adéquate ». Dans la Charte des bonnes pratiques d'élevage, figure la nécessité de distribuer pour l'abreuvement, une eau « visuellement propre, sans excréments, claire, et régulièrement renouvelée ». Pour les élevages bovins viande, cela se traduit par l'obligation de la réalisation d'une analyse, mais sans obligation de résultat, et sans que le résultat de l'analyse ne puisse invalider la charte. En 2010, l'Anses a néanmoins donné des recommandations sur lesquelles s'appuient les techniciens vétérinaires pour l'usage d'eau dont la qualité sanitaire correspond le mieux aux critères de l'eau potable(1).
« Les eaux superficielles (ruisseaux, rivières, mares, ou puits mal protégés) présentent beaucoup plus de risques sanitaires pour les bovins viande, notamment pour les jeunes veaux, que les eaux souterraines des puits et forages », insiste Loïc Fulbert.


(1) Anses, État des lieux des pratiques et recommandations relatives à la qualité sanitaire de l'eau d'abreuvement des animaux d'élevage, décembre 2010.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Quentin Dupuis. « On renouvelle nos prairies au fur et à mesure, en intégrant des légumineuses. Les trèfles violets et blancs correspondent bien à notre exploitation. » Tous les lots sont conduits en pâturage tournant. © C. Delisle
[Légumineuses] "De la protéine dans 60 % des prairies temporaires"
Chez Didier et Quentin Dupuis à Vausseroux dans les Deux-Sèvres, l’herbe est une culture aussi importante que les céréales. Pour…
Le marché du jeune bovin en Europe devient plus fluide
Les prévisions de production pour 2021 sont à la baisse chez tous nos partenaires européens sur le marché du jeune bovin. Et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande