Aller au contenu principal

Une 42e édition du National Blond sous le soleil basque

220 élevages bovins de Blonde d’Aquitaine venus de 47 départements ont amené leurs meilleurs Blonds à Biarritz, du 5 au 7 septembre 2014, en profitant par la même occasion des attraits de la côte Basque.

La qualité de l’accueil basque, la ville de Biarritz et sa plage associées à une organisation sans failles ont contribué à la réussite du dernier National Blond, du 5 au 7 septembre 2014. 530 bovins étaient rassemblés pour l’occasion sous la Halle d’Iraty, un bâtiment en dur se prêtant bien à ce type de manifestation. « Il y a eu un vrai engouement pour ce concours avec des éleveurs qui ont profité du lieu pour coupler leur présence à Biarritz à quelques jours de vacances. » observait Frédéric Laurière, technicien à l’Organisme de Sélection (OS). Difficile en revanche de quantifier le nombre de visiteurs pour une manifestation faisant se côtoyer professionnels de l’élevage et grand public autour d’une belle promotion de l’élevage allaitant et de la viande. L’organisation du concours dans une citée balnéaire faisant aussi dire aux esprits malicieux que l’on voit d’habitude à Biarritz davantage de blondes en maillot de bain qu’à quatre pattes.

« Le bilan est très positif. » soulignait Philippe Basta, Président de l’OS et éleveur dans ce même département en rappelant toutefois que cet évènement avait nécessité deux ans de préparation pour trois jours de manifestation effective.

Objectifs de sélection oblige, les animaux étaient d’un format conséquent. Difficile pour une personne de moins de 1,70 m d’apprécier la qualité des dessus dans les sections de taureaux adultes. Volume, finesse, qualités de race, aptitudes fonctionnelles, qualités de bassin, expression de la tête et robe froment pommelée ont été les maîtres mots mis en avant par les juges quand ils ont eu à se justifier de leur choix. « Nous avons réalisé fin juin à la station de Casteljaloux des cessions d’homogénéisation du jugement avec un rappel sur les fondamentaux de la race. » précisait Lionel Giraudeau, directeur de l’OS.

Plusieurs élevages dont la réputation n’est plus à faire se sont illustrés. De nouveaux noms figuraient toutefois en bonnes place dans les têtes de section, attestant de l’élargissement du cercle des sélectionneurs Blonds, en particulier vers les départements dits d’extension où la race a fait de nouveaux adeptes ces dernières années.

Pour l’an prochain rendez-vous est à nouveau donné dans le sud ouest mais en prenant un peu d’altitude. Ce sera à Saint Gaudens dans la Haute-Garonne.

Autres récompenses

 

Prix qualités bouchères mâle : Ghetto de la SCA Arsicaud (Charentes Maritimes)

Prix qualités bouchères femelle : Dynastie de l’Earl Cadièrgues (Lot)

Prix de la meilleure reproductrice : Ebène du Gaec Planté-Moulet (Tarn)

Prix de famille mâle : Eden d’Hervé Lard (Landes)

Prix de descendance mâle : Domy du Gaec Menet (Loire Atlantique)

Prix de descendance femelle : Todra de l’Earl Eric Sazy (Tarn et Garonne)

Prix d’ensemble : Gaec Menet (Loire Atlantique)

Prix « Miss Future » : Hanna de l’Earl Belluteau (Charente Maritime)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Malgré un quasi-arrêt en mars et avril, fin juin, le port de Sète avait déjà expédié 40 000 bovins (broutards et génisses laitières). Quelque 121 000 animaux ont été expédiés en 2019 (80 % destinés en Algérie). © Sepab
Export de bovins vivants : l’Algérie permet de maintenir la dynamique des prix
Marché difficile et risqué, l’export de broutards vers l’Algérie reste indispensable pour maintenir une dynamique des prix. Et,…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande