Aller au contenu principal
Font Size

Un recul de 1 % est prévu pour la production de viande bovine en 2018

L'Institut de l'élevage prévoit pour l'année en cours des femelles toujours aussi nombreuses sur le marché, mais des sorties de mâles à la baisse.

D’après les prévisions de l’Institut de l’élevage, la production nette contrôlée de bovins finis totaliserait 1,424 million de téc en 2018 soit 1 % de moins qu'en 2017. "La baisse des volumes de taurillons abattus expliquera les deux tiers du recul global." Ce recul concernera tout particulièrement les taurillons laitiers. Les sorties de jeunes bovins de type viande devraient progresser légèrement au premier semestre, mais seraient en forte baisse sur le second semestre. "Les exportations de jeunes bovins vivants avaient légèrement augmenté en 2017 sous l'effet de l'aide à l'allègement des jeunes bovins. Elles devraient retrouver en 2018 leur niveau des années précédentes." Sauf nouvelle crise laitière, les volumes de femelles devraient rester stables avec un peu plus de laitières et un peu moins d'allaitantes. Après plusieurs années de capitalisation, le cheptel de vaches allaitantes était en recul de 2,3 % fin 2017 par rapport à fin 2016. "Cette inversion de dynamique, alors que le cheptel était au plus haut, a conduit à de nombreuses réformes allaitantes en 2017. La baisse du cheptel reproducteur devrait se poursuivre au même rythme en 2018, ce qui devrait amener sur le marché très légèrement moins de femelles de race à viande que l'an dernier."

Moins de broutards

Les exportations de broutards baisseraient de 2 % en 2018. "L'offre sera en baisse en raison d'un repli marqué des naissances notamment depuis juin 2017." La demande italienne devrait rester dynamique, tout comme la demande espagnole. "Les marchés turc et israélien pourraient rester compliqués pour des raisons liées à la FCO et au prix. Mais ils continueraient à drainer des veaux irlandais et des pays de l'Est, ce qui permettra à la France de renforcer sa part de marché sur ses clients historiques."

La consommation française s'érode encore

Après un recul de 2 % en 2017, la consommation française calculée par bilan devrait poursuivre sa baisse en 2018. "L'évolution des modes de consommation ainsi que les messages négatifs à l'encontre de l'élevage conduisent à une réduction des fréquences d'achat et des volumes consommés. À l'inverse, la meilleure conjoncture économique globale et les hausses de pouvoir d'achat attendues pourraient jouer en sens inverse", estime l'Institut de l'élevage. Les exportations de viande pourraient légèrement augmenter : "Le marché européen du jeune bovin devrait rester porteur, notamment en Allemagne. L'ouverture du marché chinois constitue un espoir important, plutôt à moyen terme."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande