Aller au contenu principal

Un recensement agricole argentin capital à plus d’un titre

vaches en Argentine
© C.Coulon

En cours de réalisation, les résultats du recensement agricole argentin vont poser les bases des futures politiques agricoles du pays. Pourtant, le sourire des deux éleveurs interrogés en dit long sur le recensement agricole auquel ils viennent de répondre. Le dernier recensement agricole effectué en Argentine datait de 2002 et celui de 2008 a été marqué par le refus massif des agriculteurs d’y participer suite à un long conflit syndical. Déjà à l’époque, le “modèle du tout-soja” avec de 60 à 70 % des champs loués à l’année s’était affirmé.

En Argentine, il y avait, d’après les chiffres officiels, 421 221 exploitants agricoles en activité en 1988 et 333 533 en 2002. Seraient-ils aujourd’hui environ 300 000 sur 190 millions d’hectares, comme le prévoit l’institut de statistiques argentin (Indec) ?

Pour les éleveurs de vaches allaitantes, la “photo” du recensement aura été prise le 30 juin 2018 avec les donnés sur leur cheptel, leurs pratiques, leurs employés,… “Toutes les exploitations de plus d’un demi-hectare ont été recensées, jusqu’aux entreprises louant à l’année plusieurs milliers d’hectares. Nous avons déjà reçu [en février] 80 % des réponses”, précise Roberto Bisang, le directeur du recensement, qui nous reçoit dans son bureau à Buenos Aires.
Lui-même est éleveur de vaches angus. On aurait dû lui demander combien il en possède. Car il n’a pas répondu au formulaire qu’il a lui-même élaboré. C’est son vacher qui a été recensé. Pour l’Indec, en effet, le “producteur” est le propriétaire des terres ou du cheptel, mais c’est le “preneur de décisions”, donc souvent un employé, qui est consulté.

Le formulaire en question est un logiciel web avec un volet de géolocalisation. Mais il n’a rien d’une déclaration PAC. Anonyme et secret, comme il se doit, ce recensement est aussi imprécis par l’absence de vérification des données et le flou de la notion d’exploitant.

“Les employés des entreprises de semis qui opèrent dans toute l’Argentine ne savent même pas pour qui ils travaillent vraiment !”, râle Pedro Peretti, de la Fédération agraire argentine. On ne saura toujours pas qui sont les propriétaires des terres. Ce recensement ne résoudra donc pas le problème de la rente qui détermine leur usage par ces structures financières employant ponctuellement peu de main-d’œuvre”, dit-il.

Les résultats du recensement seront connus en mai prochain. “Nous saurons si la concentration de la production de grains s’est accélérée, ou non, et si l’élevage de bovins est de retour, ou non, en région pampéenne”, commente Julio Calza de la Bourse du commerce de Rosario.

M.-H. André

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande