Aller au contenu principal
Font Size

Un projet pour évaluer le bien être des taurillons en ateliers d’engraissement

Garantir la faisabilité et la fiabilité d’une évaluation du bien-être des jeunes bovins en ateliers d’engraissement et ce, sans risque majeur pour les observateurs, l’Institut de l’élevage pilote le projet BeBoP. Son objectif : développer des méthodologies d’évaluation du bien-être des bovins en parcs d’engraissement.

jeunes bovins à l'engraissement
© S.Bourgeois-archives

La filière viande bovine conduit dans son Pacte pour un engagement sociétal, l’élaboration d’un socle commun d’indicateurs d’évaluation du bien-être des animaux de race à viande. Dans ce contexte, l’engraissement des jeunes bovins est soumis aux principaux facteurs de risque en matière de bien-être : regroupement, croissance rapide, logement en parcs.

« Mais, l’impossibilité d’entrer dans les parcs dans le cas de visites de routine, la difficulté à observer de façon efficace l’ensemble des animaux et le manque de références scientifiques, notamment sur le comportement, sont autant d’obstacles à la réalisation sur l’animal de mesures des indicateurs du bien-être », note L’institut de l’élevage.

Aussi, le projet Casdar BeBoP vise à développer des protocoles simplifiés et innovants d'évaluation du bien-être des taurillons en parcs d'engraissement.

 

Deux types de résultats sont attendus

Deux types de résultats sont attendus :

  1. l’élaboration d’un modèle prédictif du comportement, à partir de l’analyse d’images. Ce modèle permettra à court terme, de mesurer certains indicateurs du comportement, utiles pour l’évaluation du bien-être. Il offre aussi des perspectives à plus long terme en matière d’aide à la conduite du troupeau ou à la réalisation de diagnostics des conditions de logement.
  2. la mise en œuvre de protocoles de mesures simplifiées d’évaluation du bien-être des animaux en parcs d’engraissement.

« Par ailleurs, ces travaux permettront de décrire le répertoire comportemental des jeunes bovins en engraissement et complèteront le champ scientifique encore restreint.

 

Un projet finalisé d’ici juin 2023

Ce projet qui prendra fin en juin 2023 est piloté par l’Institut de l’élevage en partenariat avec l’INRAE et l’entreprise NeoTec-Vision. Il s’appuie sur deux structures expérimentales spécialisées dans la conduite des jeunes bovins en ateliers d’engraissement (station nationale de qualification de Lanaud et station expérimentale de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire – Les Etablières).

Le programme BeBoP bénéficie du soutien du RMT bien-être animal et de l’expertise de l’Ecole vétérinaire de Nantes.

 

Lire aussi : Une marque pour faire reconnaître le bien-être animal en élevage bovins viande

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande