Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Un projet pour évaluer le bien être des taurillons en ateliers d’engraissement

Garantir la faisabilité et la fiabilité d’une évaluation du bien-être des jeunes bovins en ateliers d’engraissement et ce, sans risque majeur pour les observateurs, l’Institut de l’élevage pilote le projet BeBoP. Son objectif : développer des méthodologies d’évaluation du bien-être des bovins en parcs d’engraissement.

jeunes bovins à l'engraissement
© S.Bourgeois-archives

La filière viande bovine conduit dans son Pacte pour un engagement sociétal, l’élaboration d’un socle commun d’indicateurs d’évaluation du bien-être des animaux de race à viande. Dans ce contexte, l’engraissement des jeunes bovins est soumis aux principaux facteurs de risque en matière de bien-être : regroupement, croissance rapide, logement en parcs.

« Mais, l’impossibilité d’entrer dans les parcs dans le cas de visites de routine, la difficulté à observer de façon efficace l’ensemble des animaux et le manque de références scientifiques, notamment sur le comportement, sont autant d’obstacles à la réalisation sur l’animal de mesures des indicateurs du bien-être », note L’institut de l’élevage.

Aussi, le projet Casdar BeBoP vise à développer des protocoles simplifiés et innovants d'évaluation du bien-être des taurillons en parcs d'engraissement.

 

Deux types de résultats sont attendus

Deux types de résultats sont attendus :

  1. l’élaboration d’un modèle prédictif du comportement, à partir de l’analyse d’images. Ce modèle permettra à court terme, de mesurer certains indicateurs du comportement, utiles pour l’évaluation du bien-être. Il offre aussi des perspectives à plus long terme en matière d’aide à la conduite du troupeau ou à la réalisation de diagnostics des conditions de logement.
  2. la mise en œuvre de protocoles de mesures simplifiées d’évaluation du bien-être des animaux en parcs d’engraissement.

« Par ailleurs, ces travaux permettront de décrire le répertoire comportemental des jeunes bovins en engraissement et complèteront le champ scientifique encore restreint.

 

Un projet finalisé d’ici juin 2023

Ce projet qui prendra fin en juin 2023 est piloté par l’Institut de l’élevage en partenariat avec l’INRAE et l’entreprise NeoTec-Vision. Il s’appuie sur deux structures expérimentales spécialisées dans la conduite des jeunes bovins en ateliers d’engraissement (station nationale de qualification de Lanaud et station expérimentale de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire – Les Etablières).

Le programme BeBoP bénéficie du soutien du RMT bien-être animal et de l’expertise de l’Ecole vétérinaire de Nantes.

 

Lire aussi : Une marque pour faire reconnaître le bien-être animal en élevage bovins viande

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
Élodie et Florent Gobet élèvent 75 à 80 Charolaises à Propières dans le Rhône) et commercialisent tout en vente directe. © Gaec Gobet
Chez Elodie et Florent Godard : « avec le confinement, la demande en vente directe a nettement augmenté »

« Avec mon mari, Florent, nous élevons 75 à 80 Charolaises à Proprières, dans le Rhône. Je gère l…

clôture virtuelle Nofence
Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis
Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
Quentin Alteyrac. « Les 280 hectares conduits en pâturage de précision représentent le cœur de la ferme. Ils sont d’un seul tenant. Seule une route avec peu de passages sépare la partie garrigue, exposée Sud, de la partie prairie exposée Nord. Chaque parcelle a son point d’eau. » © Ferme de Fajac
Quentin Alteyrac dans l'Aude : « améliorer l’efficience du système dans son ensemble »
Dans l’Aude, sur la ferme de Fajac, gérée par Quentin Alteyrac, lorsque le système tout herbe a été modifié pour mettre en place…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande