Aller au contenu principal

Un premier test de clôtures virtuelles par Arvalis

Arvalis a testé pendant deux mois à l’automne 2019 le système de clôtures virtuelles Nofence à la ferme expérimentale de Saint-Hilaire-en-Woëvre (Meuse), sur une dizaine de génisses charolaises âgées d’un à deux ans. Ce printemps va démarrer un véritable essai scientifique dans le réseau des Digifermes. 

La start-up norvégienne Nofence propose depuis quelques années un système de clôtures virtuelles, initialement conçu pour les caprins et adapté pour les bovins. Il consiste en des colliers à poser sur tous les animaux d’un lot, équipés d’un GPS ainsi que de panneaux solaires assurant la charge de leur batterie. Une application web permet de définir la zone dans laquelle on veut maintenir ce lot d’animaux.

Quand l’un des animaux approche de la limite virtuelle, un signal sonore avec une intensité croissante est émis. Quand il franchit la limite, un signal électrique lui est transmis via le collier. Sur l’application, on peut suivre les déplacements de chaque animal et l'historique des alertes sonores et électriques.

Le coût indicatif est actuellement de 300 euros par collier (pour une durée de vie de huit à dix ans). L’abonnement est de 30 à 60 centimes par jour et par animal - un coût relativement élevé pour l’instant, à voir si à l’avenir il sera réduit si cet équipement, qui est encore expérimental se développe.  

Un apprentissage progressif

« Nous avons testé de mi-septembre à mi-novembre le système sur un lot de onze génisses charolaises âgées d’un à deux ans » a expliqué Didier Deleau, ingénieur régional fourrages Arvalis à la station expérimentale Arvalis-Institut du végétal de Saint-Hilaire-en-Woëvre, lors d’un webinaire organisé le 30 avril par le réseau Arvalis des Digifermes. Le paddock était clôturé normalement sur trois côtés, et la clôture virtuelle en fermait le quatrième côté. 

Un apprentissage très progressif a été organisé, sur trois semaines. D’abord le paddock était clôturé physiquement normalement au niveau de la limite virtuelle programmée. Progressivement, la clôture physique a été éloignée de la limite virtuelle (de 15 mètres, puis 30 mètres). Elle a ensuite été déposée au sol, puis enlevée, avant que les piquets ne soient eux-aussi retirés.

« Les développeurs du système nous ont cependant assuré que la période d'apprentissage peut se mener en une dizaine de jours pour des bovins » précise Didier Deleau.

Un comportement propre à chaque animal

Cela a fonctionné : les génisses sont systématiquement retournées dans le périmètre qui leur était attribué en cas de franchissement de la limite virtuelle. Un comportement propre à chaque animal été mis en évidence grâce au suivi individuel permis par l’application. Une ou deux génisses du lot ont beaucoup plus testé la limite que leurs copines…  

« Le signal sonore n’est pas du tout stressant a priori pour les animaux. Il est de l’ordre de 40 décibels, beaucoup moins fort que celui d’une cloche par exemple » observe Didier Deleau. En Norvège et en Australie, des études d’impact sur le bien-être animal ont été menées avant que de tels dispositifs ne soient commercialisés.

De nombreuses informations sur le comportement des animaux au pré

Ce printemps va démarrer un véritable essai scientifique dans le réseau des Digifermes. Il devrait permettre de répondre à certaines questions que suscite cet équipement. Pour ce qui concerne l’élevage allaitant, il sera mené à la ferme des Etablières en Vendée et à la ferme de Saint-Hilaire-en-Woëvre (avec un volet bovins laitiers à Derval en Loire-atlantique et un volet ovins viande au Mourier en Haute-Vienne).

Cet essai comparera les résultats de génisses âgées d’un à deux ans, dont un lot sera avec conduit avec des clôtures classiques et un lot avec le système Nofence, pendant qu’elles pâturent en système tournant simplifié (changement de paddock tous les cinq à sept jours). L’activité des animaux au pâturage (ingestion, rumination, repos…) sera mesurée à partir de colliers « accéléromètres ». Les performances des animaux au pâturage (GMQ) seront calculées. Il sera aussi testé la capacité de recharge du collier par ses panneaux solaires, notamment à l’automne.

L’application ouvre un certain nombre de possibilités pour le comportement des animaux au pré (exploration de la parcelle pendant le pâturage, suspicion de maladie quand le comportement change, présence de prédateurs…)

Par contre, une étude menée en 2015 en Irlande, à la ferme expérimentale de Moorepark avec un système analogue de clôture virtuelle, a montré que le temps passé à pâturer était, en phase d’apprentissage, pour des génisses laitières, nettement réduit avec une clôture virtuelle. Et le temps qu'elles passaient debout et inactives était beaucoup plus important qu’avec des clôtures classiques. "Il faudrait savoir si ce changement de comportement persiste quand les animaux sont censés être habitués au dispositif" explique Didier Deleau.

La question qui se pose aussi est celle du temps de retour au système de l’information dans le cas où un animal se déplace très rapidement. Il serait aussi intéressant de savoir si le fonctionnement est bon quand un important couvert d’arbres ou de haies peut gêner le GPS.

Il existe un système australien qui fonctionne sur le même principe : eShepherd Virtual Fence de AgerSens et CSIRO.

 

Lire aussi : Des clôtures pilotées à distance

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande