Aller au contenu principal

FranceAgriMer
Un plan pour accompagner la restructuration des abattoirs

Le Conseil spécialisé pour les filières viandes rouges de FranceAgriMer a abordé en mars le « plan abattoirs », destiné à améliorer les performances économiques des entreprises d’abattage et transformation.

Le Conseil spécialisé de FranceAgriMer du 13 mars a livré des informations sur le plan pour les abattoirs. « Son enjeu est de favoriser l’émergence d’un réseau d’abattoirs structuré, adapté aux besoins de la production et de la consommation. »


En effet, le rapport Rouault et l’étude Blezat ont conclu qu’environ 20 % des outils d’abattage pourraient être amenés à fermer dans un avenir proche. Malgré la restructuration de ces dernières années et la disparition de nombreux outils entre 2001 et 2010, la situation de sur-capacité globale demeure. Les abattoirs de taille intermédiaire seraient le plus en difficulté. En même temps, un déséquilibre géographique perdure, avec des déserts d’abattoir dans certaines régions et un maillage trop dense dans d’autres.


Les audits pointent aussi que le réseau d’abattage n’est pas très bien placé pour relever les défis européens et mondiaux (stratégie collective sur les marchés européens et mondiaux, structuration des filières, adaptation des produits à l’évolution de la demande) si les tendances observées aujourd’hui perdurent.


Deux leviers sont identifiés dans ce plan abattoir. Le premier est de favoriser une répartition géographique adéquate des outils en fonction des besoins, afin d’optimiser le taux d’utilisation des outils et de limiter les disparités entre régions. Le second est d’améliorer la compétitivité des outils.

 

Six commissions interrégionales d'abattage


Pour les mettre en œuvre, des commissions interrégionales d’abattage sont en train d’être créées. Un décret et un arrêté sont parus début février. Au nombre de six, elles réuniront à partir du deuxième semestre 2012 les professionnels des filières viande (secteur abattage et mise sur le marché, production, transformation, commercialisation et distribution), les services de l’Etat et des collectivités territoriales, les Chambres d’agriculture, commerce et des métiers.


« Les commissions interrégionales ont pour rôle de réaliser un diagnostic de pertinence des outils d’abattage partagé par tous les acteurs, et de définir les perspectives d’évolution de l’offre d’abattage au niveau de leur zone. Elles sont aussi amenées à rendre des avis sur les demandes d’aides formulées par les entreprises d’abattage » selon FranceAgriMer. L’objectif est d’accompagner la restructuration du secteur en adossant l’octroi d’aides publiques de toute nature à une stratégie co-construite. Des appels à projet sont prévus dans ce cadre à compter de 2013, après que les commissions aient élaboré leurs stratégies interrégionales sur la deuxième moitié de l’année 2012.


Un Observatoire national des abattoirs est parallèlement mis en place, avec une première réunion prévue au cours du printemps 2012. Il traitera non seulement des sujets économiques en échange avec les commissions interrégionales, mais aussi des sujets sanitaires, techniques, sociaux et sociétaux. Cette nouvelle instance nationale rassemblera les pouvoirs publics, les professionnels et d’autres membres (collectivités locales, salariés d’abattoirs, consommateurs).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande