Aller au contenu principal

Un pas de plus vers l'accord de libre échange entre l'UE et le Mexique

L'Union européenne et le Mexique ont conclu le 28 avril 2020 sur les derniers points en suspens des négociations sur leur nouvel accord commercial. Celui-ci prévoit l’ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines.

drapeau du Mexique

L'Union européenne et le Mexique ont conclu le 28 avril 2020 les derniers points en suspens des négociations sur leur nouvel accord commercial. Le commissaire chargé du commerce, Phil Hogan, s’en félicite dans un tweet. Cet accord prévoit l’ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La FNB réagit en dénonçant « un niveau d’incohérence et de double-discours record de la Commission européenne. » « La France doit intervenir ! »

La section viande de la Coordination Rurale en appelle aussi les responsables politiques à faire coïncider paroles et actes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interbev dénonce également dans un communiqué le 29 avril 2020 "l'ouverture à droits de douane très réduits (7,5 %) à des viandes des mexicaines qui étaient, jusqu'ici, interdites en Europe pour raisons sanitaires."

"Depuis le début de la crise mondiale liée au COVID 19, les institutions européennes répètent que tout doit être mis en œuvre, dans le « monde d'après », pour préserver notre souveraineté alimentaire. Les politiques publiques agricoles européennes devront donc répondre aux objectifs du nouveau « Green Deal » et la stratégie « de la ferme à la table » fait valoir Interbev, qui en appelle à l'intervention d'Emmanuel Macron pour "suspendre toute importation de viandes bovines provenant de pays tiers pendant la période d'état d'urgence sanitaire, rappeler son opposition ferme et sans ambiguïté à toute validation de l'accord UE-Mercosur, et s'opposer à ce nouvel accord UE-Mexique et bloquer toute négociation en cours portant sur l'ouverture du marché européen à de nouveaux volumes de viandes bovines issues de pays tiers."

Après traduction de l’accord dans toutes les langues de l’UE, la proposition de la Commission sera transmise pour signature et conclusion au Conseil et au Parlement européen.

L'UE et le Mexique ont tenu le premier cycle de négociations de ce nouvel accord, modernisé, en mai 2016. Ils sont parvenus à un accord de principe deux ans plus tard, en avril 2018, en laissant certaines questions techniques en suspens. Celles-ci sont maintenant toutes tranchées.

 

Lire aussi :  Accord avec le Mexique : Interbev dénonce une nouvelle concession de l’UE

 

Selon le communiqué de presse de la Commission européenne, "l'accord global plus vaste, dont l'accord commercial fait partie intégrante, couvre aussi la protection des droits de l'homme et comporte des chapitres sur la coopération politique et la coopération au développement. Il sera aussi le tout premier accord commercial de l'UE qui comportera des dispositions visant à lutter contre la corruption et qui comprendra des mesures de lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux"

 

Lire aussi : Les traités de libre-échange menacent la viande bovine française

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La production de veaux sous la mère n’a pas vu d’embellie sur ses cours contrairement aux autres productions d’élevage.
Le veau sous la mère subit de plein fouet la crise
Confrontée à la progression des prix du maigre et à l’érosion du nombre de producteurs, la filière veau sous la mère est inquiète…
« On voulait un système de barrière qui nous aide à canaliser des lots de bétail entre des bâtiments. Mais on voulait aussi quelque chose de mobile et facile à déplacer. » expliquent Pierre et Alexandre Coudour. Père et fils ont pour cela mis au point cette barrière de 4 mètres de long contre laquelle peut venir se rabattre deux barrières de 3 mètres soit 10 mètres une fois dépliées. Ce n’est pas pour autant un outil de contention à proprement ...
"J'ai fabriqué une barrière mobile pour canaliser les bovins"
Au Gaec des Belins à Saint-Forgeux-Lespinasse, dans la Loire, une barrière mobile dépliable facile à déplacer aide à canaliser…
Le Gaec Camus Père et Fils s’est illustré lors des 72 heures de la Limousine
  L’édition 2022 du concours national Limousin s’est tenue pour la première fois dans la Sarthe, dans le cadre de la Foire du…
Preview image for the video "Sommet de l'élevage 2022 - Concours National CHAROLAIS 06/10/2022".
Sommet de l’élevage 2022 - retrouvez le concours charolais en replay
Race à l’honneur de cette nouvelle édition du Sommet de l’élevage 2022, la race Charolaise est sous les projecteurs cette année.…
Le marché européen du jeune bovin bien orienté
En Allemagne et en Italie, les cours des jeunes bovins ont entamé leur hausse saisonnière. Entre une offre globalement limitée et…
A côté des baignoires, une partie des abreuvoirs sont métalliques et permettent d’être alternativement utilisés dans deux voire trois pâtures compte tenu de la gestion des lots en pâturage tournant.
De l’eau de forage 365 jours par an pour abreuver les bovins
Installé dans le Puy-de-Dôme, le Gaec Courteix a mis en place un forage en 2010. Il approvisionne tout l’hiver les abreuvoirs des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande