Aller au contenu principal

Un pas de plus vers l'accord de libre échange entre l'UE et le Mexique

L'Union européenne et le Mexique ont conclu le 28 avril 2020 sur les derniers points en suspens des négociations sur leur nouvel accord commercial. Celui-ci prévoit l’ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines.

drapeau du Mexique

L'Union européenne et le Mexique ont conclu le 28 avril 2020 les derniers points en suspens des négociations sur leur nouvel accord commercial. Le commissaire chargé du commerce, Phil Hogan, s’en félicite dans un tweet. Cet accord prévoit l’ouverture du marché européen à 20 000 tonnes de viandes bovines mexicaines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La FNB réagit en dénonçant « un niveau d’incohérence et de double-discours record de la Commission européenne. » « La France doit intervenir ! »

La section viande de la Coordination Rurale en appelle aussi les responsables politiques à faire coïncider paroles et actes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interbev dénonce également dans un communiqué le 29 avril 2020 "l'ouverture à droits de douane très réduits (7,5 %) à des viandes des mexicaines qui étaient, jusqu'ici, interdites en Europe pour raisons sanitaires."

"Depuis le début de la crise mondiale liée au COVID 19, les institutions européennes répètent que tout doit être mis en œuvre, dans le « monde d'après », pour préserver notre souveraineté alimentaire. Les politiques publiques agricoles européennes devront donc répondre aux objectifs du nouveau « Green Deal » et la stratégie « de la ferme à la table » fait valoir Interbev, qui en appelle à l'intervention d'Emmanuel Macron pour "suspendre toute importation de viandes bovines provenant de pays tiers pendant la période d'état d'urgence sanitaire, rappeler son opposition ferme et sans ambiguïté à toute validation de l'accord UE-Mercosur, et s'opposer à ce nouvel accord UE-Mexique et bloquer toute négociation en cours portant sur l'ouverture du marché européen à de nouveaux volumes de viandes bovines issues de pays tiers."

Après traduction de l’accord dans toutes les langues de l’UE, la proposition de la Commission sera transmise pour signature et conclusion au Conseil et au Parlement européen.

L'UE et le Mexique ont tenu le premier cycle de négociations de ce nouvel accord, modernisé, en mai 2016. Ils sont parvenus à un accord de principe deux ans plus tard, en avril 2018, en laissant certaines questions techniques en suspens. Celles-ci sont maintenant toutes tranchées.

 

Lire aussi :  Accord avec le Mexique : Interbev dénonce une nouvelle concession de l’UE

 

Selon le communiqué de presse de la Commission européenne, "l'accord global plus vaste, dont l'accord commercial fait partie intégrante, couvre aussi la protection des droits de l'homme et comporte des chapitres sur la coopération politique et la coopération au développement. Il sera aussi le tout premier accord commercial de l'UE qui comportera des dispositions visant à lutter contre la corruption et qui comprendra des mesures de lutte contre la corruption et le blanchiment de capitaux"

 

Lire aussi : Les traités de libre-échange menacent la viande bovine française

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Hugues Pichard, nouveau Président de Races de France
Le Président de l’Organisme de Sélection Charolais France est depuis le premier octobre le nouveau Président de Races de France,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande