Aller au contenu principal
Font Size

Un bâtiment neuf sécurisé pour travailler seul

Après un hiver de fonctionnement, Benjamin Houssay, éleveur de limousines en Ille-et-Vilaine est satisfait de son nouveau bâtiment conçu pour y travailler seul en toute sécurité.

« La stabulation des vaches a été construite au centre du parcellaire pour permettre l’accès aux vaches du bâtiment, à l’ensemble des pâtures (70 hectares sans route) qui leur sont destinées », explique Benjamin Houssay, installé avec ses parents sur une exploitation laitière (400 000 litres) et allaitante naisseur-engraisseur (80 mères limousines et leur suite) à Chauvigné en Ille-et-Vilaine. « J’ai voulu un bâtiment pour travailler seul en toute sécurité. » Ce dernier, en structure bois, est ouvert à l’Est le long de la table d’alimentation. Le long pan arrière est fermé. La stabulation compte trois cases pouvant accueillir 24 ou 32 vaches allaitantes. Entre les deux premières cases à vaches, deux box à veaux sont intercalés, donnant à ceux-ci l’accès à la table d’alimentation. Ont également été prévus, deux box pour le vêlage ou la contention. Le troisième box à veaux et le dernier box de contention/vêlages a été disposé entre la deuxième et la troisième cases de vaches.

Une conduite en lots facilitée et sans aide

Un couloir arrière favorise l’accès facile aux animaux, permet également de remplir les libres-services en foin et paille, de peser les bêtes et de les orienter dans les pâtures. « Je gère mon troupeau en trois lots. Un taureau est présent dans chacun d’eux. Chaque lot dispose d’un accès pour rentrer et sortir du bâtiment. En effet, deux portails ont été installés sur le long pan ouest, ce qui me permet d’envoyer et de ramener les animaux très facilement dans la stabulation. Le troisième lot passe par l’ouverture sur le pignon », note l’éleveur.

Chaque box de vêlages et de contention bénéficie d’un couloir de contention, l’un d’entre eux dispose d’une porte bloquante pour coincer la tête d’un animal si nécessaire. « Je peux ainsi, faire passer les animaux dans le couloir de contention, les peser et les renvoyer dans la case et ce, sans aide », souligne Benjamin Houssay. Le couloir de contention est large de 80 centimètres, vaches et veaux peuvent ainsi y circuler.

« Le choix de la litière accumulée a été fait pour limiter le coût du bâtiment qui m’est revenu à 2 695 € la place. En moyenne, il faut compter 5 kg de paille par jour et par vache. Par ailleurs, il a été décidé de poser 10 % de translucides bicarbonates qui ne se teignent pas dans la masse. Ainsi, la stabulation est très lumineuse », observe Thomas Dumant, technicien bâtiment à Eïlyps. Un curage est effectué tous les deux mois avec un stockage au champ.

Pas de marche mais une pente de 5 %

Derrière les cornadis, un quai bétonné de 5 mètres avec une pente de 5 % a été coulé. « Cette déclinaison permet de réaliser inséminations et échographies en toute sécurité. C’est également moins dangereux pour le taureau présent dans le lot et évite l’accumulation de bouses et donc, la saleté », note l’éleveur. Les animaux étaient auparavant conduits en semi-plein-air. Il a permis de réduire le taux de mortalité (5,6 % en 2017 contre 11 % en 2016).

Coût du projet.

Le bâtiment du Gaec des Mezandray a représenté un investissement de 215 613 €, soit un coût de 2 695 € la place, réparti de la manière suivante :

119 600 € pour la charpente
48 974 € pour la maçonnerie
23 395 € pour le tubulaire
17 384 € pour le terrassement
5 343 € pour l’électricité, la plomberie et l’extension EDF
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande