Aller au contenu principal

Un air d’Irlande souffle sur Elivia

49% des parts d’Elivia, n° 2 français de l’abattage de gros bovins et filiale du groupe coopératif Terrena pourraient bientôt être la propriété de Dawn Meats, un groupe Irlandais.

L'entreprise irlandaise Dawn Meats emploie 3350 personnes dans huit pays différents.
L'entreprise irlandaise Dawn Meats emploie 3350 personnes dans huit pays différents.
© Dawn Meats

Elivia, n°2 français de l’abattage de gros bovins et filiale du groupe coopératif  Terrena sera-t-elle bientôt sous bannière Irlandaise ? C’est ce que laisse à penser un communiqué émis par cette entreprise le 21 novembre 2014, lequel indique : « Le conseil d’administration du  groupe coopératif Terrena a validé le principe d’un rapprochement pour  Elivia, sa filiale de viande bovine. Le projet prévoit que Dawn Meats (numéro 2 de la viande rouge en Irlande et au Royaume‐Uni) prenne une participation de 49 % dans Elivia, qui pourrait être portée à 70 % en 2018 ou 2019. » Une décision qui, fin novembre, restait encore à soumettre aux instances du personnel d’Elivia puis au cours du premier semestre 2015 aux autorités européennes de la concurrence.

Second poids lourd de l’abattage français derrière le groupe Bigard, Elivia emploie 2600 salariés et a réalisé un milliard d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier. Son activité est répartie sur 23 sites d’abattage et/ou de transformation de produits élaborés avec parmi les plus importants Le Lion d’Angers (Maine et Loire), Villers-Bocage (Calvados), Mirecourt (Vosges), Noeux les Mines(Nord), Chateauneuf/Sarthe (Maine et Loire) ou Vitry le François (Marne).

Une entreprise irlandaise née en 1980

La société Dawn Meats est née en 1980. Elle est à l’origine le fruit du rapprochement des entreprises de trois familles d’éleveurs. Elle a son siège à Waterford en Irlande mais son activité est le fait d’animaux abattus en Irlande et en Grande-Bretagne. Elle emploie désormais 3350 personnes dans huit pays et ses clients sont répartis dans 40 pays différents. Elle possède différentes marques (Black Angus, Red Hereford, Charolais Gold…) mettant en avant la viande des animaux issus du troupeau allaitant, lesquelles concernent principalement les races les plus largement présentes outre-Manche.

« La taille est une condition indispensable pour s’imposer sur les marchés internationaux où la qualité, l’efficacité et la traçabilité de la viande sont des attributs essentiels, » explique Niall Browne, directeur général de Dawn Meats. « Cet accord avec Elivia apportera à nos deux groupes l’échelle nécessaire pour favoriser notre croissance régulière à l’export. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande