Aller au contenu principal
Font Size

Grands troupeaux
Un agrandissement plus ou moins bien maîtrisé pour le foncier et les bâtiments


Des terres dispersées, des bâtiments mal agencés, augmentent forcément la charge de travail et génèrent des contraintes fortes pour son organisation. Mais, analyse l´Institut de l´élevage, dans les exploitations enquêtées, l´influence du foncier et des bâtiments « reste généralement très secondaire devant le poids du projet d´élevage voulu et mis en oeuvre par les exploitants. » Les structures foncières les plus pénalisantes (terrains morcelés et éloignés) sont plus fréquentes dans les zones à fortes pressions foncières, telles que Pays de la Loire et Pyrénées-Atlantiques. Mais, aussi dans les exploitations collectives qui ont souvent fait un agrandissement à marche forcée pour maintenir une main-d´oeuvre plus importante.
La moitié des éleveurs ont adapté leurs bâtiments à la dimension du troupeau tandis que les autres doivent encore composer avec des bâtiments peu fonctionnels. ©B. Griffoul

Des progrès dans les installations de stockage
Grande diversité de situations aussi en matière de bâtiments, avec toutefois deux tendances.
Un certain nombre d´éleveurs, au fur et à mesure de l´agrandissement, ont cherché à réorganiser les bâtiments au siège d´exploitation afin qu´ils restent fontionnels malgré l´accroissement du cheptel. Parmi eux, certains, au terme de leur croissance, ont été jusqu´à reconstruire complètement leur parc de bâtiments. Par contre, près de la moitié des éleveurs enquêtés ont encore des bâtiments dispersés, parfois distants de plusieurs kilomètres et souvent vétustes. Les investissements sont en retard sur la croissance de l´exploitation. Ces éleveurs ont d´ailleurs souvent recours au plein air pour une partie des animaux, pas toujours dans de bonnes conditions. « D´une manière assez générale, une grande marge de progrès persiste dans les installations de stockage des fourrages et surtout des concentrés », observent encore les auteurs de l´étude. Même constat sur les équipements de conduite des vêlages et sur les installations de contention qui sont très souvent inexistants.
Pour en savoir plus : voir dossier de Réussir Bovins Viande, de janvier 2005.
« Grands troupeaux : la rigueur est de mise dans la conduite du cheptel » titre la revue qui explique que « face à l´agrandissement des troupeaux, l´organisation et la simplification du mode de conduite sont souhaitables pour ne pas se faire déborder par le travail. » (RBV nº112, 19 pages)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Les nuisances géobiologiques peuvent avoir deux origines, naturelle (failles, veines d’eau souterraines…) ou artificielle (rayonnements électromagnétiques, courants électriques vagabonds, lignes haute tension, éoliennes, wifi ...). © Chambre d’agriculture des ...
Identifier les nuisances électromagnétiques en élevages bovins
Un diagnostic géobiologique permet de prévenir l’impact des ondes électriques et électromagnétiques sur les bovins, ainsi que l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande