Aller au contenu principal
Font Size

Certification de conformité produit
Un accord entre Carrefour et la LImousine

Un accord de contractualisation a été signé au Salon de l’agriculture entre Carrefour et les éleveurs du groupement Altitude ou des OP d’Atlantique Qualité Viande. Il porte sur la fourniture de 3 500 gros bovins limousins par an.

Un accord de contractualisation a été signé au Salon de l’agriculture entre Carrefour et les éleveurs du groupement Altitude ou des OP d’Atlantique Qualité Viande. Il porte sur la fourniture de 3 500 gros bovins limousins par an. Al’occasion du Salon de l’agriculture, Carrefour a signé un accord de contractualisation pour des gros bovins limousins. Il concerne 1 170 éleveurs adhérents du groupement Altitude ou de l’une des 10 organisations de producteurs constituant Atlantique Qualité Viande.


Les animaux concernés sont des vaches limousines classé R ou U de plus de 380 kg de carcasse qui seront abattues par l’entreprise Covial à Aurillac dans le Cantal ou Levesque à Ruffec en Charente. Les volumes annoncés porteraient sur 3500 animaux par an. « Carrefour s’engage sur la durée avec des contrats glissants tous les ans signés pour 3 ans et sur des volumes d’achats déterminés, avec une progression de 2 à 3 % par an », soulignait Eric Bourgeois, directeur des produits frais pour cette enseigne.

Une rémunération supérieure au prix du marché

Un cahier des charges correspondant aux critères de la Charte des bonnes pratiques d’élevage a été retenu pour les conditions de production, mais côté rémunération des éleveurs, les modalités de fixation du prix des animaux n’ont pas été précisément dévoilées. « Si le cahier des charges est respecté, l’éleveur peut espérer une rémunération supérieure au prix du marché », estime Eric Bourgeois. Le prix des animaux étant établi sur la base des cotations régionales avec une plus-value variable suivant la période de commercialisation. Le distributeur s’engage de son côté à respecter une maturation minimum de 12 jours pour tous les muscles commercialisés. Suivant les magasins, ces animaux pourront être destinés à des rayons à la coupe ou libreservice.


« Ce type de démarche est important dans la mesure où il nous donne une assurance sur les volumes à fournir de manière à organiser notre approvisionnement en conséquence », ajoutait Alain Crouzat, directeur commercial de Covial. Ce type de contrat initié avec la Limousine est aussi mis en avant par Philippe Lazard, responsable des achats viande comme « la suite logique » des différentes filières viande mises en place depuis 1992 avec plusieurs races bovines.


La Normande en avait été l’initiatrice et ces démarches s’étaient au fil des ans élargies à la Charolaise, la Montbéliarde, la Blonde, la Limousine, la Salers, l’Aubrac, la Rouge des Prés et l’Abondance. Des démarches qui, ensemble, ont concerné l’an dernier 61 % des tonnes de viande bovine commercialisées par cette enseigne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le marché des reproducteurs bovins allaitants à l’heure du coronavirus
Sur le marché intérieur, le commerce des bovins reproducteurs allaitants est pénalisé par la décapitalisation, la mauvaise…
Vignette
L’aliment liquide apporte énergie fermentescible et azote soluble
Formulé à partir de coproduits locaux, l’aliment liquide est un moyen simple de complémenter des animaux. Il peut se distribuer…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande