Aller au contenu principal
Font Size

Turquie réouverte, mais conditions d’accès drastiques

Après deux ans de négociations, le ministère de l’Agriculture a annoncé, dans un communiqué du 13 novembre, la réouverture du marché turc aux exportations de bovins maigres français. Les conditions demandées par les autorités turques sont le respect d'une zone d'exclusion de 20 kilomètres pour l'élevage d'origine des animaux autour des foyers de FCO déclarés dans les deux derniers mois, la vaccination et le dépistage des bovins pour la FCO, une quarantaine de 60 jours et la protection des animaux vis-à-vis des insectes vecteurs. Autant de conditions qui réduisent singulièrement les disponibilités dans la mesure où, quand on regarde la carte fournie par la DGAL, le territoire français dessine un véritable gruyère. « Les conditions demandées sont inapplicables", a fait savoir deux jours plus tard la Fédération française des commerçants en bestiaux. "Sans un engagement de notre Administration, les opérateurs commerciaux auront de réelles difficultés à prendre la responsabilité de s'engager dans un tel marché." Dans ces conditions, difficile d’envisager et au moins à court terme la reprise d’un véritable courant d’affaires vers cette destination.

La Turquie a pourtant une réelle « faim de viande ». Confronté à de trop faible disponibilité en viande bovine, le ministre de l'Agriculture turc avait lancé un appel d'offres pour l'achat de 3 à 4 000 tonnes de carcasse de viande bovine (carcasse entière R et U) entre septembre et décembre 2017. « Ainsi, depuis fin septembre, de la viande bovine française est exportée via un opérateur belgo-turc jusqu'en Turquie. Le contrat devrait prendre fin d’ici deux semaines selon certains opérateurs », précise l’Institut de l’élevage dans note mensuelle de conjoncture de novembre. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande