Aller au contenu principal

Transport d'animaux : le ministre demande de la rigueur

Dans les circonstances actuelles de températures extrêmes, Didier Guillaume souligne l'importance d'appliquer avec rigueur la réglementation en matière de transport des animaux.

camion transport longue durée bovins
© F.Alteroche

Dans un communiqué du 27 juin 2019, le ministre de l'Agriculture appelle à la vigilance les transporteurs d’animaux vivants à respecter strictement les règles de protection animale et prendre en compte toutes les mesures nécessaires pour limiter le stress des animaux. "A ce titre, tout organisateur de transport d'animaux doit tenir compte des conditions météorologiques lors de la planification du trajet".

Pour les transports supérieur à 8 heures de trajet d’animaux vertébrés vivants réalisés dans le cadre d'une activité économique, le Règlement européen CE 1/2005 prévoit des règles pour les transports de longue durée et définit des normes spécifiques de conformité pour les véhicules à visée de protection animale.

Les opérateurs sont tenus en amont de tout transport de tenir compte des conditions météorologiques, en s'assurant que les prévisions de température ne dépasseront pas 30°C à chaque étape du voyage et jusqu’à la destination finale, notamment aux lieux de pause et de transfert, ou aux différentes frontières traversées.

Toutefois, lors des périodes de forte chaleur (températures supérieures à 30°C), il est généralement difficile de maintenir les températures à l’intérieur des véhicules hébergeant les animaux dans la fourchette réglementaire qui va de 5 à 30°C, avec une marge de 5°C.

Par conséquent dans toute l'Europe, il est demandé aux services de contrôle de ne pas autoriser les échanges au sein de l'UE ou les exportations vers les pays tiers lorsque les prévisions météorologiques sur le trajet excèdent 30°C, à moins que des garanties ne soient apportées par l’organisateur sur sa capacité à maintenir les températures à l’intérieur du véhicule dans la fourchette réglementaire (avec par exemple des systèmes de ventilation).

Par mesure de précaution en cette période de canicule, un message a été envoyé aux services de contrôle du ministère de l'agriculture et de l'alimentation pour rappeler ces obligations et pour suspendre la validation des trajets qui ne satisfont pas cette semaine à la réglementation. Un suivi précis des données météorologiques permettra d'ajuster ces restrictions en fonction des évolutions météorologiques.

Les rassemblements et manifestations avec des animaux peuvent se tenir en prenant les dispositions nécessaires pour prévenir tout stress. Les animaux doivent être bien hydratés pour résister aux pics de chaleur. Il est ainsi conseillé de multiplier les points d'accès à une eau fraiche et propre, qui doit être proposée à volonté. La brumisation des animaux est également fortement recommandée.

Didier Guillaume : « Tout animal étant un être sensible doit être placé dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce, que ce soit en élevage ou lors des transports, notamment sur de grandes distances ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
bâtiment quarantaine en élevage jeunes bovins charolais
Le sénateur Jean Bizet appelle la filière viande bovine à sortir de l’immobilisme
Un rapport présenté à la presse le 24 septembre propose de redonner la primauté à l'agriculture sur le droit à la concurrence au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande