Aller au contenu principal

Du 4 au 6 octobre 2007
Toutes les races allaitantes présentes au Sommet

Avec l´arrivée des Bazadaises et des Rouges des Prés, le Sommet accueillera cette année l´ensemble des races allaitantes. Autre événement : après la Brune et la Simmental et avant l´Aubrac, la Holstein sera immanquable lors de l´édition 2007.


La présence de ces championnes en matière de productivité laitière laissera sûrement plus d´un producteur allaitant sur sa faim. Le professionalisme des inconditionnels de haute génétique Holstein dans la présentation de leurs animaux et la qualité de ces derniers devraient cependant constituer un intéressant spectacle.
Quelques nouveautés malgré tout pour les amateurs de races à viande, avec entre autres l´arrivée de plusieurs animaux bazadais et rouges des prés. « Pour la première fois, la totalité des races allaitantes françaises sera présentée au Sommet de l´élevage. Chaque race s´est vue attribuer plus de places et la notion de filière sera encore développée avec une présentation plus large de la gamme de production de viande. En attendant 2008 et le concours national Aubrac », expliquent Roger Blanc et Fabrice Berthon, respectivement président et commissaire général du Sommet de l´élevage, qui rappellent également que plusieurs visites d´élevages sur le terrain, pour les principales races à viandes sont prévues à l´occasion du salon.
Jolie robe gris souris, format modéré, ossature fine mais musculature généreuse, la Bazadaise sera présente pour la première fois à Cournon. ©F. d´Alteroche

Du côté des visiteurs étrangers, parmi les quelque soixante nations représentées habituellement, la Chine sera le pays mis à l´honneur. « Le Sommet de l´élevage devrait être en effet un moment fort des échanges franco-chinois en 2007, dans le cadre du Comité mixte créé par les ministères de l´Agriculture français et chinois pour développer les partenariats agricoles entre les deux pays, notamment dans le domaine des productions animales », expliquent les organisateurs du salon.
Chiffres-clés
D´après les chiffres de l´an dernier, 85 % des visiteurs du Sommet de l´élevage sont des agriculteurs/éleveurs. 52,5 % sont spécialisés en bovins viande, 30,8 % en bovins lait et 11,8 % en ovins. 68 % d´entre eux ont entre 31 et 50 ans, et plus des deux tiers sont déjà venus au moins deux fois.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande