Aller au contenu principal

Reproduction des élevages bovins
Tout manque de rigueur dans la synchronisation des chaleurs sera sanctionné

La synchronisation des chaleurs présente beaucoup d´avantages dans la gestion de la reproduction d´un élevage, à condition toutefois de respecter rigoureusement le protocole mis en place.


En permettant d´induire en chaleurs simultanément plusieurs femelles à une date préalablement choisie, la synchronisation des chaleurs présente d´indéniables avantages dans la gestion de la reproduction d´un élevage bovin. « Sa mise en pratique doit cependant être couplée à un respect rigoureux de protocoles établis. Un seul facteur défavorable peut réduire le taux de gestation de 10 à 20 %. Le cumul de deux facteurs de risques peut diviser le taux de gestation par quatre », explique la coopérative d´insémination artificielle Coopelso dans un document d´information. C´est donc souvent le manque de rigueur dans l´observation pointilleuse du protocole à respecter qui vient expliquer au moins en partie certains échecs observés après l´utilisation de cette méthode de maîtrise de la reproduction.

Pas une méthode thérapeutique
Quel que soit le cas de figure, le recours à la synchronisation ne doit jamais être envisagé comme un outil de traitement des problèmes d´infécondité dans un élevage. Il ne s´agit donc pas d´une méthode thérapeutique destinée à pallier les déficiences d´aptitudes à la reproduction mais d´une méthode zootechnique qui vise à maîtriser les dates de mise à la reproduction avec en corollaire des facilités pour avoir recours à l´insémination animale.

Les implants auriculaires et les spirales vaginales sont les deux principaux modes de traitements utilisés. En libérant de la progestérone dans l´organisme de la vache ou de la génisse, ils vont agir comme un corps jaune. Ils vont donc inhiber le complexe hypothalamo-hypophysaire et préviendront ainsi toute décharge hormonale cyclique (FSH, LH) par l´hypophyse. Il y aura donc blocage des chaleurs et des ovulations. Une fois la spirale ou l´implant retiré, le taux de progestérone dans le sang va décroître rapidement ; un nouveau cycle peut alors se développer.
L´injection de PMSG dont le dosage varie légèrement suivant la corpulence de l´animal a alors un effet FSH et va permettre une bonne maturation folliculaire. Les animaux doivent ensuite être inséminés 56 heures après le retrait, qu´ils aient ou non manifesté des signes de chaleurs.

Les règles élémentaires à respecter :
- Démarrer le traitement à partir du 60è jour après vêlage pour les vaches ou pour des génisses sur des animaux suffisamment développés (2/3 du poids adulte) ;
- Ne pas synchroniser des vaches dont le précédent vêlage a été délicat ;
- Avoir des animaux dans un état corporel correct (note de 2,5 à 3) en phase de reprise de poids et disposant d´un logement suffisamment lumineux ;
- Eviter tout stress avant et après le traitement (écornage, prophylaxie ou changement alimentaire) ;
- Dans le cas de synchronisation de fin d´hiver, ne surtout pas procéder à la mise à l´herbe seulement quelques jours après l´IA. Maintenir au contraire les animaux dans leur environnement habituel un bon mois supplémentaire permet de surveiller les retours et limite les possibilités d´avortement de début de gestation liés au stress de la mise à l´herbe (changement alimentaire, aléas climatiques...).
©Source : Coopelso
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Beaujolais charolaises
PAC : une coupe dans l'enveloppe des aides couplées bovins viande est envisagée
La Fédération nationale bovine alerte dans un communiqué après avoir découvert la première "copie" de la France pour la prochaine…
 © F. d'Alteroche
Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande
Les services du ministère de l’Agriculture ont présenté mi-mars aux professionnels les différentes options envisagées pour le…
De gauche à droite : Jérôme Séguinier, Thomas Gagnepain et Mathieu Haugoubart ont l'habitude de travailler ensemble en Cuma avec d'autres éleveurs. © M. Haugoubart
« Des matières premières haut de gamme à bon prix grâce à l’achat en commun pour complémenter mon troupeau »
À l’EARL Haugoubart dans la Nièvre, des matières premières sont achetées en commun par camions entiers avec un groupe de voisins…
Benoît Dazy. "Nos portes sont ouvertes pour nos clients, aux écoles et à toute personne qui en émet le désir afin de partager notre vision de l’élevage." © S. Bourgeois
" Quarante vaches aubracs vendues en direct "
Benoît Dazy s’attache à garder un système ultra simple, avec 40 vêlages en système bœufs et vente directe. Il trouve un bon …
Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande