Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Bien-être des veaux
Testé dans les Ardennes Belges, un caveçon anti-suceur pour sevrer les veaux


Philippe Hansenne, à la suite d´une recherche sur Internet concernant le bien-être animal, est tombé sur cette technique canadienne de sevrage des veaux en deux étapes. Il décide d´essayer et selance dans une expérimentation, accompagné par José Wawreille, attaché scientifique du Centre wallon de recherches agronomiques, au département Productions et nutrition animales. Le ministère participe à l´expérimentation en achetant les caveçons au Canada.

« Mes veaux sont beaucoup plus calmes. Ils ne meuglent pas après leur mère, au point que personne du village ici, ne pourra vous dire quand on les a sevrés. En plus ils continuent à manger », déclare Philippe Hansenne. Résultats confirmés par Joseph Billaux et son fils, éleveurs ayant participé à la deuxième expérimentation : « Avant, ça meuglait pendant trois jours. Ils tournaient tout le temps, mangeaient peu, se levaient dès qu´il y avait du bruit dans l´étable. ». Tous deux sont d´accord pour dire qu´ils y « gagnent car les veaux continuent leur croissance durant le sevrage. Ils consomment d´ailleurs plus d´aliment. Les caveçons ne les empêchent pas de manger, loin de là ! ».

Le caveçon anti-suceur coûte deux euros avec les frais de port et est maintenant disponible en Belgique. ©E. Durand

Pas plus de quatre à cinq jours
Par ailleurs, les mères ne « déchirent » plus les prairies, avantage certain dans une zone souvent humide et donc sensible au piétinement. Aucune mammite n´a été signalée non plus car « les vaches n´ont presque plus de lait à cette période là ».
Ce caveçon est un petit morceau de plastique qui se pince sur le nez des veaux à sevrer. Il les empêche de téter et doit rester en place quatre à cinq jours pas plus, car « certains n´arrivent plus à s´essuyer le nez et à le garder propre » au-delà de cette période. La mise en place du caveçon s´effectue en même temps que l´administration du vermifuge et des vaccins.
« L´idéal est une porte cornadis pour leur poser, sinon bien que la Blanc Bleu soit une race calme, c´est un peu cow-boy ! » Il faut 45 minutes pour 16 veaux afin d´effectuer toutes les opérations. « Mettre un caveçon, ça prend deux secondes », selon Philippe Hansenne, mais précise Joseph Billiaux, « c´est qu´on est équipé pour ça, sinon c´est du boulot ».


Attraper les veaux pour leur mettre le caveçon, puis les réattraper pour le leur enlever est sans doute le principal frein à la propagation de cette technique. Pour ces deux éleveurs, le problème n´existe pas puisqu´ils traitent et posent les caveçons en même temps et qu´ils doivent les réattraper de toute façon lors de la séparation vache-veau.
Moins de stress pour les veaux et les mères, plus de tranquillité pour les voisins, le caveçon semblerait bien mettre tout le monde d´accord.

Les caveçons se détachent rarement et sont réutilisables après désinfection. ©E. Durand

La pose est rapide car « le geste s´apprend vite ». ©E. Durand
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande