Aller au contenu principal
Font Size

Terre de viande vend sur internet de la viande produite en coopération

Commercialisation via le site www.terredeviande.coop. L'organisation de producteurs Bovineo propose un accès pour tous à une offre diversifiée de viandes provenant des Pays de la Loire.

Pour réussir sur internet, il
faut s'attacher avant tout 
à la qualité du produit.
Pour réussir sur internet, il
faut s'attacher avant tout
à la qualité du produit.
© Terre de viande

Sur une idée lancée par les adhérents de la coopérative Cavac, le site internet de Terre de viande a vu le jour en 2011. Ils étaient dans la recherche d'un rapprochement avec les consommateurs, sans pour autant franchir le pas de la vente directe. Les investissements de départ se sont limités à la création du site et à la mise en place d'une chambre froide, où les colis sous vide sont réceptionnés en provenance des différents outils travaillant avec l'OP, et conditionnés pour l'expédition. Il n'y a pas de stocks à gérer car les achats auprès des abatteurs sont faits en fonction des commandes passées sur le site.
Terre de Viande fonctionne depuis depuis deux ans et demi. « Pour réussir sur internet, il faut s'attacher avant tout à la qualité du produit, car un client déçu est un client perdu par ce mode de vente », explique Christophe Ménoret, responsable de Terre de Viande. La garantie du respect de la chaîne du froid est aussi capitale. La viande est conditionnée en colis isotherme assurant le maintien d'une température de 2 °C à 4 °C pendant 48 heures, et livrée en point relais ou à domicile, et cela partout en France, sur rendez-vous uniquement, le vendredi ou le samedi au choix du client.
Le tarif a été fixé entre celui de la grande distribution et celui pratiqué en boucherie artisanale. Pour l'instant, l'offre en viande bovine est uniquement constituée de vache de race Charolaise, ce qui offre plus de souplesse à l'organisation pour sélectionner les animaux. Le nom de l'éleveur figure sur le colis. Celui-ci est informé a posteriori que son animal a rejoint ce circuit de distribution, et il touche une plus-value qui se situe à mi-chemin entre une filière qualité classique et une filière label rouge.
Certains produits comme le bourguignon sont boostés par ce type de commercialisation. Ponctuellement, le site propose du veau rosé, et de la viande produite en agriculture biologique. « Cela permet à plusieurs éleveurs faisant de la vente directe de diversifier et de sécuriser leurs débouchés », explique Christophe Ménoret.
L'offre porte sur toutes les viandes, ainsi que sur du fromage de chèvre et des légumes secs. « C'est vraiment un plus de pouvoir proposer de nombreux produits. La volaille a tout de suite très bien marché, et le lapin y trouve une visibilité très intéressante. » Le site dispose de près de 300 références.

Doubler les volumes dans les prochaines années


Sur un total de 60 à 70 colis de 8 à 10 kilos par semaine, la viande bovine représente environ un tiers des volumes. L'objectif est de doubler les ventes dans les prochaines années. La moitié des clients vivent en régions parisienne et Paca, un tiers d'entre eux en région Pays de la Loire, et les autres un peu partout en France.
Terre de Viande propose des lots, des ventes flashs, des parrainages, des points de fidélité... bref tous les outils du commerce sur internet ont été mis en oeuvre. Un travail sur le référencement naturel et publicitaire du site a aussi été soigneusement réalisé. Il existe quatre ou cinq concurrents à Terre de Viande, qui sont des entreprises privées. Cavac (Bovineo aujourd'hui pour les bovins) est la première et la seule coopérative à ce jour à s'être lancée sur ce créneau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les systèmes les plus rémunérateurs ont joué systématiquement sur une part suffisante de céréales autoconsommées (>50 % des concentrés consommés de l’atelier), sur une bonne gestion du poste mécanisation, une productivité des UGB correcte et une productivité de la main-d’œuvre satisfaisante. © C. Delisle
Systèmes d'élevage bovins viande, quelle rentabilité ?
Un traitement statistique des coûts de production, collectés sur trois ans dans les Pays de la Loire et en Deux-Sèvres, a permis…
jeunes bovins ration pommes de terre
Des pommes de terre à saisir pour nourrir le troupeau allaitant
Des disponibilités importantes de tubercules se présentent cette année pour l'alimentation animale. Daniel Platel de la chambre d…
Cinq alternatives à la paille pour la litière des bovins viande
Les disponibilités en paille s'annoncent moins importantes et plus précoces pour la campagne 2020. Différentes possibilités…
Vignette
Un bâtiment d’engraissement « caniculo-compatible »
Pour conforter une installation, le Gaec Civade dans le Cher a investi dans un bâtiment d’engraissement. Entièrement réalisé en…
rayon viande bovine bio grande distribution Leclerc
La viande bovine bio ignore la crise
L’agriculture biologique continue d’avoir le vent en poupe. Elle semble même surfer sur la vague à la faveur des critiques sur…
Le concours national Charolais adultes reporté, le concours des veaux aménagé
Le conseil d’administration du Herd Book Charolais réuni le 25 juin a décidé de reporter le concours national des adultes à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande