Aller au contenu principal
Font Size

Pays de la Loire
Ter'elevage mobilisé pour la contractualisation

Ter’elevage poursuit son engagement dans la contractualisation des jeunes bovins, avec 36 000 animaux en 2010.

En 2010, les démarches de mise en place de contrats pour l’engraissement de jeunes bovins ont été accélérées. Terrena et ses coopératives associées Arco-Gibev, Gerap, Normandie Bovins et Teldis ont démarré six nouveaux types de contrats. L’un d’entre eux est destiné aux naisseurs engraisseurs de jeunes bovins charolais, deux autres formules s’adressent à la mise en place de broutards charolais, une quatrième est en faveur de la finition de babys blonds. Les deux derniers types de contrats concernent les jeunes bovins laitiers. Ces contrats prennent appui sur l’enveloppe financière du plan Produire pour gagner, adopté en 2007, qui engage 3,5 millions d’euros. « Cela nous a permis de sortir une partie de la production de l’incertitude et de donner vraiment les moyens aux adhérents de développer leur atelier de jeunes bovins plus sereinement », ont expliqué lors de l’assemblée générale, Jacques Chauviré, directeur de Ter’Élevage et Christophe Godet, président.


« GAGNER EN EFFICACITÉ »


Sur l’année, 36000 animaux ont été mis en marché dans le cadre d’une contractualisation. « Bien sûr il nous reste à trouver des réponses aux difficultés de notre marché et aux interrogations posées par le déséquilibre entre les exploitations agricoles et les grands groupes de distribution. C’est pour cela qu’il faut continuer à travailler ensemble pour gagner en efficacité. Parce que c’est grâce à la structuration de notre filière entre Ter’elevage et Elivia que nous réussiront. » Alain Basquin, le nouveau directeur d’Elivia qui auparavant était directeur des achats viande chez Carrefour, a présenté le cap de l’entreprise : une meilleure réponse aux demandes de la distribution, une plus grande présence sur le marché industriel, et l’objectif de devenir leader sur le marché de la cheville. Elivia traite une bonne moitié des animaux commercialisés par Ter’Élevage.

Ter’elevage en 2010


5 groupements de producteurs : Terrena, Arco-Gibev, Gérap, Normandie Bovins et Teldis


4 819 adhérents


300574 bovins commercialisés dont, 84436 jeunes bovins, 73 078 gros bovins, 60 196 bovins maigres et 82864 veaux

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande