Aller au contenu principal

Ter’élevage fête ses dix ans

L’union de coopératives a tiré en particulier un bilan positif du plan de confortement de l’engraissement des jeunes bovins avec 3750 places créées et 6458 places rénovées.

Ter'elevage est une union de coopératives et constitue une des principales organisations de producteurs de bovins en France.
Ter'elevage est une union de coopératives et constitue une des principales organisations de producteurs de bovins en France.
© terelevage.com

L’assemblée générale de l’union de coopératives Ter’élevage qui s’est tenue en mars à Mésanger (Loire-Atlantique), était l’occasion de fêter ses dix ans. Le président Christophe Godet a salué la réussite des actions entreprises sur cette période, au premier rang desquelles figure le plan pour conforter la production de jeunes bovins engagé en 2012, avec les « contrats à objectifs partagés » pour une enveloppe de 3,5 millions d’euros. « L’engagement pris est atteint. Et nous sommes depuis 2013 sur un rythme de 200 places d’engraissement créées et 300 places rénovées par mois. » Ces actions ont déjà concerné 3 750 places créées et 6 458 places rénovées. L’organisation bovine a d’autre part mis l’accent sur les formations Cap’Eco et coût de production (180 éleveurs). D’autre part, près de 1 000 éleveurs ont participé aux réunions techniques d’hiver.
Ter’élevage a annoncé pour 2013 un chiffre d’affaires stable de 286 millions d’euros, et un résultat négatif de 177 000 euros. « Dans un contexte de manque d’animaux tout au long de l’année, nous avons dû batailler pour maintenir notre activité. Nous allons nous retrousser les manches sur 2014 », a expliqué le directeur Jacques Chauviré. Ter’élevage a signé en 2013 un accord avec Sicarev pour lui céder l’activité de négoce sur les veaux (30 000 têtes par an) et a développé avec ce même partenaire l’approvisionnement en direct de broutards à partir des centres de Sancoins (Cher) et Champs (Puy-de-dôme). D’autre part, Ter’élevage a relancé la production de veaux démarrés (près de 700 animaux dans six élevages) pour alimenter des ateliers d’engraissement en jeunes bovins laitiers, un type d’animaux pour lequel la demande ne se dément pas. Enfin, un nouveau centre de tri à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), essentiellement pour des animaux de cheville, remplace depuis avril trois autres sites pour optimiser la logistique.


Un plan ambitieux de relance de la production ovine


Philippe Martineau, président d’Elivia, a reconnu que l’entreprise qui représente le débouché de près de 75 % des volumes pour Ter’elevage, a traversé des périodes difficiles, en passant par la case déficit. « Depuis les quatre derniers mois de 2013, nous avons retrouvé l’équilibre. Le nouveau directeur Guy Wermeister a établi un plan de redressement. Le début de 2014 est également dans le budget prévisionnel », a-t’il expliqué. Les négociations entre Elivia et l’irlandais Dawn Meats devraient se poursuivre jusqu’à courant avril.
Pour le secteur ovin, l’organisation de producteurs lance un plan de relance baptisé TOP (Ter’élevage ovins production) doté d’une enveloppe de 650 000 euros, avec l’objectif d’augmenter la production de 30 000 agneaux en cinq ans. Il se décline en trois points : l’augmentation des performances par la technique de +0,2 agneau par brebis, la formation de 20 éleveurs ovins cofinancée par Ter’élevage à hauteur d’un tiers, la contractualisation des agneaux fonctionnant sur le même modèle que celle des jeunes bovins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande