Aller au contenu principal

Traitement antiparasitaire
Tenir compte des stades des parasites

L’évolution des systèmes d’élevage incite à utiliser des antiparasitaires à large spectre. Pour autant, tous les parasites ne sont pas forcément éliminés en une seule administration. Explications.

Suivant les parasites et le stade de leur évolution au moment du traitement, toutes les molécules ne vont pas avoir le même degré d'efficacité
Suivant les parasites et le stade de leur évolution au moment du traitement, toutes les molécules ne vont pas avoir le même degré d'efficacité
© F. Alteroche

Au vu des spectres d’activité réels sur les parasites cibles et compte tenu du mode de conduite de la plupart des troupeaux, est-il possible de proposer un traitement efficace, unique et facile d’administration? Il n’y a pas de certitude en la matière. Mais attention à ce qui est mis en avant par certains laboratoires.

L’arrivée et le développement de nouvelles spécialités en parasitologie séduit les éleveurs à cours de main-d’oeuvre et soucieux de rationaliser les coûts des traitements antiparasitaires. En pratique, ces spécialités contiennent un endectocide actif globalement sur les strongles au sens large et les parasites externes et un fasciolicide partiellement actif sur la grande douve du foie. Lorsque ces spécialités sont présentées sous forme « pour on », l’éleveur peut avoir l’impression d’avoir enfin trouvé le vermifuge « complet » et facile d’utilisation qui va éliminer le parasitisme de son troupeau en une seule intervention.

Le problème est que ces traitements ne sont pas actifs sur tous les stades des parasites et n’ont aucune activité sur certains parasites importants (paramphistomose, dicrocoeliose due à la petite douve). Il faut donc relativiser cette notion d’antiparasitaire « complet ». La complexité des cycles parasitaires comprenant différents stades pour le parasite dans l’animal (larves, immatures, adultes) et les cibles réelles des molécules proposées doivent être prises en compte dans la prescription et l’administration des antiparasitaires.


Les notices des médicaments précisent pour chaque parasite concerné les stades atteints (larves, immatures, adultes) avec une efficacité qui dépassent alors les 95 %. Si l’animal est porteur du parasite à ces stades, alors l’administration du médicament sera efficace. Par contre, si les parasites sont présents sous une forme non atteinte — souvent larvaire ou immatures — alors ils ne seront pas éliminés.

CAS DE DIFFÉRENTS PARASITES

Des exemples permettent d’étayer ces propos. Pour les strongyloses, parasites présents dans tous les élevages de plein air, tous les endectocides sont actifs sur tous les stades, y compris les larves enkystées présentes surtout en hiver. Leur impact économique sur la croissance des jeunes nécessite un traitement le plus précoce possible donc dès la rentrée des animaux ou même quelques semaines auparavant en tenant compte de la persistance de l’activité selon les espèces de strongles présentes.

Pour les parasites externes, les endectocides sont efficaces à condition de traiter tous les animaux d’un même bâtiment en même temps et ne les mettre en contact qu’avec des animaux traités au plus tard le jour du contact. Pour la grande douve du foie (fasciolose), parasite majeur en termes de conséquences économiques mais non présent dans tous les troupeaux, le traitement est plus complexe à mettre en place.

En effet, il existe de grandes différences de niveau d’activité des molécules selon les stades de ce parasite. Certaines molécules sont actives sur les larves dès la première semaine après l’infestation, d’autres sur les seuls stades adultes. Lors d’un traitement de rentrée à l’étable, il est possible que l’animal « traité contre la douve » soit porteur de formes larvaires non atteintes qui deviendront adultes après le traitement. Dans ce cas, un deuxième traitement devra être administré au plus tôt 10 semaines après si l’on veut éliminer les adultes résiduels.

Pour les autres parasites, non ciblés par les traitements « complets », il sera nécessaire de mettre en place un traitement spécifique. La paramphistomose, parasitose en extension, fait partie des « oublis ». Quand elle est installée de façon massive dans un troupeau, elle peut avoir autant d’effet négatif sur la santé des animaux et la production que les strongles ou la grande douve.

Dans ce cas et en présence d’une faible infestation concomitante de la grande douve, il est préférable d’attendre 3 mois après la rentrée à l’étable pour traiter avec l’oxyclozanide, molécule active sur les stades adultes de la grande douve et du paramphistome.

En conclusion, la gestion du parasitisme ne se fait pas par l’utilisation de médicaments « complets », mais plutôt par un diagnostic des parasites présents dans chaque exploitation, suivi d’une utilisation adaptée des molécules à chaque catégorie d’animaux, au moment optimal au regard du rapport coût/efficacité. La certification parfois demandée lors des transactions pour des animaux indemnes de certains parasites devra tenir compte non seulement de la molécule utilisée mais aussi du moment du traitement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Profiter d’une conjoncture plus favorable à la viande bovine pour bâtir un vrai projet de filière
Face à des volumes de production qui s’étiolent et à une pyramide des âges des éleveurs devenue préoccupante, les participants au…
Plusieurs paramètres entrent en jeu pour analyser la différence de rentabilité des systèmes, à commencer par le coût de production.
Les systèmes d’avenir existent déjà en élevages bovins viande !
Après avoir mis en avant les facteurs de variabilité de la rentabilité des exploitations bovins viande des Pays de la Loire et…
Génisses ayant vêlées à deux ans - archives. La stratégie « vêlages à deux ans » stricte ne concerne que 1,3 % des troupeaux allaitants.
Vêlage à deux ans : une piste d’intérêt en bovins viande
En France, le vêlage à deux ans est très peu pratiqué en élevage allaitant. Pourtant, il permet d’améliorer l’efficience des…
David Lachassagne a apprécié la rusticité et le rendement en grain et paille de l'orge hybride.
« J’ai choisi de ne récolter l’orge hybride qu’en grain et paille »
David Lachassagne, éleveur de charolais à Givarlais dans l’Allier, a testé cette année l’orge hybride sur trois hectares. Vu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande