Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Sur le Ring du Simagena, la tendance était au « sans cornes »

Lors de l’édition 2015 du Simagena, les présentations en races Charolaises, Limousines et Salers étaient largement le fait de bovins génétiquement sans cornes. « On est très satisfait de ce volet. Si on analyse la morphologie des animaux présentés, on est de moins en moins à même de faire la différence entre des « sans cornes » et des « cornus ». Les étrangers et de nombreux éleveurs français sont demandeurs d’animaux possédant cette caractéristique. Elle va dans le sens d’une simplification du travail. Elle est en phase avec la progression de la dimension des troupeaux. » soulignaient les organisateurs.

 

Présence de plusieurs délégations étrangères

 

Installée dans le nouveau Hall VII du parc de Villepinte,  plus lumineux et moins confiné que celui utilisé lors des précédentes édition, la partie « bovine » du Sima s’est traduite par la présence de plusieurs délégations étrangères, venues principalement du Moyen-Orient et de tous les pays situés à l’est de l’Union Européenne ou ayant une frontière commune avec eux. « La renommée de ce salon et sa médiatisation hors de nos frontières favorise les contacts avec des étrangers potentiellement intéressés par le développement d’une production de viande bovine à partir de cheptels spécialisés. Nous avons engrangé différents contacts avec lesquels nous allons échanger et faire des propositions. Il faut démontrer qu’avec tout le panel de races et de systèmes d’élevages présents en France, nous pouvons proposer des systèmes de productions susceptibles de s’adapter à des contextes d’élevage pouvant être très différents. » expliquait Giuseppe Pantaleoni, directeur de la société KBS Genetic. La vente aux enchères de reproducteurs limousins a confirmé ce bon impact des visiteurs internationaux. « Nous avions 25 animaux à vendre. 12 resteront et France et les 13 autres ont été adjugés à des étrangers. »

Côté ring, les organisateurs avaient mis en place un concours interraces -pratique courante dans les pays anglo-saxons- en faisant rivaliser entre eux les champions de ce salon. Le jugement était confié à Rose Goulding, vétérinaire et directrice des programmes race à viande dans le principal centre d’insémination Irlandais. Après avoir mis en avant les points forts de chacune des races françaises, elle a expliqué ce que les éleveurs irlandais recherchaient et comment ils les utilisaient. « En Irlande, nous avons 1,01 million de femelles allaitantes. Au sein de ce cheptel, il y a 50 000 vaches élevées en race pure. Le reste ce sont des animaux croisés. La particularité du troupeau allaitant irlandais c’est aussi la dimension réduite de la plupart des troupeaux. Ils totalisent en moyenne 12 à 15 vaches. La plupart sont détenus par des doubles actifs. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande