Aller au contenu principal

Stabilisation des IA en semence sexée

préparation de paillette pour insémination
© J.C.Gutner

Depuis trois ans, l’activité insémination en semence sexée paraît stabilisée. En 2017, on a enregistré 558 906 IA sexées (premières et retours), soit 7,9 % de l’activité IA totale. Le nombre d’IA sexées a baissé (- 1 % par rapport à 2016), un peu plus que l’activité insémination (- 0,2 %). 97 % des femelles inséminées en semence sexée sont des laitières », explique une note de synthèse de l’Institut de l’élevage.

Si l’on s’intéresse à la répartition de ces IA, il y a une forte variabilité selon les races. La Holstein totalise à elle seule 60 % (334 971 IA) de l’activité. Les races allaitantes arrivent loin derrière (9 208 IA sur des Charolaises, 2 097 sur des Salers, 1 850 sur des Blondes, 1 688 sur des Limousines…).

Pour expliquer la stabilisation du recours à ces semences, l’Institut de l’élevage met d’abord en avant des critères économiques. « Souvent, dans les plans d’accouplement des troupeaux laitiers, l’utilisation de semence sexée est associée au croisement viande permis grâce à l’assurance d’obtenir assez de femelles de renouvellement. En 2014 et 2015, les éleveurs pouvaient compenser le surcoût des doses de semence sexée par la vente de veaux croisés, dont les cours étaient alors élevés, ce qui n’est plus le cas maintenant. »

Ce recul du prix des veaux croisés s’explique pour partie par de plus abondantes disponibilités. Même si ce n’est pas uniquement lié aux semences sexées, la part des laitières conduites en croisement a fortement progressé. Sur les neuf premiers mois de 2018, 478 000 veaux issus d’une mère laitière et d’un père allaitant sont nés : soit + 4 %/2017, + 17,5 %/2016 et + 30 %/2015 !

Les plus lus

Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
« Le marché italien et le développement de primes spécifiques à la vache allaitante, ont véritablement permis le maintien et le développement du naissage en France, notamment dans les zones défavorisées », souligne Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage.
Bovins viande : vers un retour aux faibles effectifs des années 1980 ?
Rétrospective avec Philippe Chotteau, chef du département économie de l’Institut de l’élevage, sur les évènements qui ont jalonné…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Stéphanie Mocques-Goure donne la priorité aux résultats économiques. Sur son exploitation, tout est géré au mieux pour limiter les charges et pouvoir se dégager un revenu.
Bovins viande : « Je veux vivre de mon métier »
À Beaufort-en-Anjou dans le Maine-et-Loire, Stéphanie Mocques-Goure a transformé en profondeur son système pour réussir à se…
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Les cours des broutards charolais stabilisés à haut niveau
Durant les derniers mois de l’année 2022, les cours des broutards sont restés stables ou ont à peine diminué.
Avant de faire entrer les animaux dans les cases, il convient d’étaler avec un godet une dizaine de centimètres d’écorce broyée puis de « pailler » une à deux fois par semaine.
Des écorces de bois comme alternative à la paille
Les plaquettes de bois ne sont pas le seul produit issu de la biomasse forestière à pouvoir être utilisé comme alternative à la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande