Aller au contenu principal

Sommet de l'élevage : 400 charolais font leur promo dans le ring du zénith d’Auvergne

  La Charolaise était pour la quatrième fois la race à l’honneur à l’occasion du Sommet de l’élevage. L’occasion de mettre en avant tous ses différents atouts auprès des quelques 105 000 visiteurs professionnels qui ont arpentés les allées de ce salon.

Pratiquement 400 animaux charolais présentés par 211 élevages représentant 37 départements ont participé au dernier Sommet de l’élevage qui s’est déroulé du 4 au 7 octobre dernier à Cournon. L’Allier, la Nièvre et la Saône et Loire ont réuni à eux seuls un gros tiers de ce contingent tandis le département de l’Allier s’est tout particulièrement distingué avec 20% des animaux engagés.

Avec des taureaux adultes affichant pour la plupart entre 1 200 et 1 500 kg et des vaches frisant ou dépassant allègrement la tonne, les meilleurs représentant de la race impressionnaient par leurs volumes et leurs puissantes ossatures associés à un calme olympien.

Autant d’animaux parfaitement dressés et extériorisant pour la plupart un haut niveau d’état, lequel pouvait laisser songeur sur le coût que représente la préparation de ces animaux en prévision de ce type de concours. Surtout quand on connait l’évolution du prix des céréales et des tourteaux au cours de ces derniers mois !

Remontée des tarifs de la viande et du maigre

Concours oblige, les éleveurs semblaient quelque peu ragaillardis par la remontée des tarifs de la viande comme du maigre, laquelle a été assez sensible pour le bétail charolais au cours de ces douze derniers mois. Un optimisme à relativiser compte tenu des évolutions du prix de tous les différents intrants qui renchérit d’autant les coûts de production.

Et Sébastien Cluzel, président du herd-book de saluer la très bonne mobilisation des éleveurs pour cet évènement de promotion raciale avec près de 500 candidatures d’animaux pour 380 places. « Pour moi, il n’y a pas de meilleur endroit pour mettre en avant nos animaux. C’est vraiment un très bel écrin. Et surtout je ne connais en France pas d’autres salons où il est possible de rencontrer autant de délégations étrangères, lesquelles peuvent être autant d’acquéreurs potentiels pour nos animaux. On reviendra dès que l’on pourra ! »

Une majorité de bovins « cornus »

Alors que les animaux encore pourvus de leurs cornes sont de moins en moins fréquents dans la plupart des élevages français, le front de la plupart des reproducteurs charolais présentés à Cournon étaient encore pourvu de ces deux attributs, attestant que la plupart des sélectionneurs participant aux concours restent attachés à leur présence alors que depuis belle lurette ces cornes ne sont d’aucune utilité. A signaler toutefois la présence de quelques animaux génétiquement sans cornes en particulier dans les sections des animaux de moins de deux ans.

Beaucoup de jeunes éleveurs potentiels

Pyramide des âges des éleveurs allaitants oblige, il a beaucoup été question tout au long des quatre jours du Sommet de l’élevage de l’urgence de conforter le nombre d’installations en systèmes allaitant pour compenser la vague en cours des départs en retraite.

Et à cet égard le nombre de jeunes éleveurs ou même d’enfants et d’adolescents qui ont aidé à présenter les animaux issus des élevages familiaux tout au long de ce concours portait à lui seul une belle note d’espoir. La passion ne fait pas tout pour devenir chef d’exploitation, mais sans cette passion il est illusoire d’envisager une installation.

Vente aux enchères décevante

La principale fausse note de ce grand rendez-vous concerne une vente aux enchères décevante, laquelle avait manifestement été insuffisamment préparée ou avec une sélection d’animaux pas forcément en phase avec les attentes des acheteurs potentiels, puisque seuls quatre des onze taureaux proposés ont trouvé preneurs à des tarifs (de 4 100 à 7 600 €) somme toute assez modestes pour une vente organisée à l’occasion de ce type d’évènement.

Et Sébastien Cluzel d’invoquer un choix d’animaux pas idéalement en phase avec ce qui est recherché par un public de sélectionneurs. Les taureaux sélectionnés correspondaient davantage à ce qui est recherché par des éleveurs ne faisant forcément pas partie de la base de sélection. Lesquels auraient rechigné à prendre un boitier pour participer dans le contexte un peu particulier d’une vente sous les projecteurs d’une salle de spectacle.

Surtout dans la mesure où ces éleveurs savent que des animaux de ce type, offrant certaines garanties pour le poids naissance de leur progéniture à venir sont disponibles dans certains élevages mais également dans les différentes stations d’évaluation.

Pour autant le commerce aurait été assez actif dans les travées, en particulier pour des taureaux de 18 mois à même d’être utilisés dès cet automne sur un nombre conséquent de femelles. Un certain nombre d’entre eux auraient changé de main à cette occasion.

Lire aussi  : Sébastien Cluzel, Président du herd-book Charolais « Il faut être en phase avec les évolutions du marché »
Pour revisionner en replay le concours Charolais, c’est ici.

 

Les plus lus

semis maïs
Maïs fourrage : quelles peuvent être les conséquences du retard des semis ?

Les semis de maïs sont retardés dans beaucoup de secteurs de polyculture-élevage par l'excès d'eau. A partir de fin mai début…

Limousine : un taureau adjugé à 12 700 euros à Lanaud

Après trois séries satisfaisantes, la campagne s’est terminée avec une vente marquée par les restrictions à l’export à cause…

L’objectif du projet était de concentrer l’activité sur un seul site pour le troupeau mère. De gauche à droite, Martine et Gérard Chassang, Vincent Charbonnel, ...
Bâtiment d’élevage : « Nous avons modernisé et agrandi une ancienne stabulation pour améliorer notre confort de travail »

Le Gaec Chassang, dans le Cantal, a opté pour la modernisation et l’agrandissement d’une ancienne stabulation. Le projet…

Gaec Picauville élevage de parthenaises dans les Deux-Sèvres
« Nous cherchons à exprimer le plein potentiel de nos parthenaises »

Dans les Deux-Sèvres, Charlotte et Mathieu Picauville mènent d’une main de maître leur troupeau de 200 mères parthenaises…

FRED
Prairies : « Nous semons le même mélange multiespèces sur toutes les parcelles »

En Meurthe-et-Moselle, le Gaec du Cytise a arrêté son choix sur un unique mélange de cinq espèces pour ses prairies…

porte container port du Havre. A l'export comme à l'importation, le marché mondial de la viande bovine continue sur une tendance très dynamique.
Le retour de l’Australie marque la détente des marchés mondiaux de la viande bovine

Le marché mondial de la viande bovine se détend en 2023, porté par la reconstitution du cheptel australien et une demande à l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande