Aller au contenu principal
Font Size

Six enfonce-pieux en Cuma pour 250 adhérents

La Cuma d´Aumont Aubrac, en Lozère, possède six enfonce-pieux. La dernière acquisition, un enfonce-pieux rotatif Yanigav, recueille particulièrement les suffrages.


Notre Cuma a été créée en 1974. Nous avons aujourd´hui 250 adhérents, majoritairement des éleveurs de bovins (viande et lait) mais également de brebis viande avec quelques troupeaux de brebis laitières, explique Daniel Mantrand, son président. Sur notre zone, un agriculteur sur deux utilise du matériel de la Cuma, alors que pour l´ensemble du département, ce taux tombe à un sur trois. »
L´une des particularité de cette Cuma est de ne pas employer de salarié et de ne pas avoir de gros engin motorisé. « En revanche, nous fournissons tout ce qui peut se mettre derrière un tracteur pour des exploitations d´élevage situées en zone de montagne. »
A côté des classiques comme les faucheuses, épandeurs et autres équipements de travail du sol, la Cuma met à disposition toute une gamme de petit matériel à usage plus ponctuel. Les six enfonce-pieux en font partie. « L´objectif était d´en mettre pratiquement un dans chaque commune pour ne pas avoir à faire trop de déplacement lorsque un éleveur souhaite l´utiliser. »
©D. R.

Le modèle Yanigav préféré pour sa stabilité
La Cuma possède deux enfonce-pieux de marque Rabaud et quatre modèles Yanigav. Daniel Mantrand exprime clairement sa préférence pour ces derniers. Il y voit tout d´abord une meilleure stabilité liée à un centre de gravité abaissé, qui permet d´atteler et dételer l´appareil sans risque. Autre point positif, une fois dételé, l´enfonce-pieux ne repose que sur trois pieds, forcément toujours au contact du sol. Stable et avec un centre de gravité bas, l´appareil n´a pas besoin d´être dételé près d´un poteau ou d´un arbre pour l´attacher afin d´être certain de ne pas le voir basculer.
Cette stabilité se retrouve au travail, où un tracteur de 50 chevaux est jugé suffisant pour le faire fonctionner. Mais cette puissance est considérée comme un minimum et compte tenu du relief souvent difficile de cette région, un tracteur à quatre roues motrices est préférable dans la plupart des parcelles. Daniel Mantrand apprécie également le système hydraulique précis et robuste qui permet d´orienter le mât de l´enfonce-pieux à droite ou à gauche du tracteur. Avec la stabilité, il considère cet aspect comme l´un des gros points fort de la machine.
©D. R.

Le fonctionnement de la masse, qui coulisse dans un mât de guidage, a aussi été remarqué pour son absence de jeu et de travail en porte-à-faux. Les appareils des deux marques ont en revanche la même efficacité quand il s´agit d´enfoncer les pieux.

Un prix de revient de 0,15 euro par piquet enfoncé
Initialement lisse et trés légèrement concave, la masse de la dernière machine achetée a été modifiée à la demande de Daniel Mantrand. La face de frappe est désormais plate. Une plaque de tôle striée a été appliquée à sa surface pour limiter tout risque de glissement, puisque les pieux sont souvent enfoncés dans des « travers » accidentés.
Pour la facturation, un compteur horaire a été placé sur chaque appareil. Il fonctionne dès que la prise de force tourne. « Lorsque l´enfonce-pieux est utilisé sur une surface relativement plane pour la réalisation d´une clôture neuve et lorsque le terrain a été bien préparé, on arrive à enfoncer 50 à 60 piquets à l´heure ce qui donne un prix de revient de 0,15 euro par piquet enfoncé. » Autre petit détail technique, si ces appareils sont parfaitement adaptés à la réalisation d´une clôture neuve, ils le sont beaucoup moins lorsqu´il s´agit de « suivre » une clôture déjà ancienne pour changer les quelques piquets défaillants. En effet, les grilles de protection placées autour de la masse s´accrochent alors dans les barbelés, ce qui gêne le fonctionnement. La bonne vieille masse reste dans ce cas l´outil le mieux adapté.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande