Aller au contenu principal

FNB, FNPL, FNO, FNEC : six propositions communes pour la future PAC

Alliance des éleveurs de ruminants, qui rassemble la FNB, la FNPL, la FNEC et la FNO, présente des positions communes pour la future Pac.    

auvergne Rhone alpes pâturage hivernal Aubrac
© F. d'Alteroche -archives

Dans un communiqué du 11 janvier 2021, Alliance des éleveurs de ruminants, qui rassemble la FNB, la FNPL, la FNO et la FNEC, présente six propositions pour la future Politique Agricole Commune.

"Ces propositions visent à préserver le modèle d’élevage de ruminants français et, ainsi, à répondre au double enjeu de durabilité et de souveraineté alimentaire affirmé à de multiples reprises par le Président de la République."

1- Maintenir les aides couplées à leur niveau actuel (13 % du budget pour les productions animales, + 2 % pour les protéines végétales). "C'est le signal fort qu’attendent les éleveurs de la part des pouvoirs publics qui reconnaissent ainsi l’importance de l’élevage tant dans la gestion agroécologique des territoires que dans la souveraineté alimentaire de la France."

2- Revaloriser l’ICHN et cibler cette aide sur les productions animales. "L’élevage de ruminants est la seule activité économique à même de maintenir dynamisme et lien social sur des territoires subissant de forts handicaps naturels. Ce handicap « subi » doit donc être compensé à sa juste valeur."

3- Promouvoir un paiement redistributif fort pour valoriser la présence d’actifs sur les territoires ;

4- Rémunérer, dans le schéma vert du premier pilier de la Pac, les productions les plus durables en priorisant la valorisation des services environnementaux « existants » rendus par l’élevage de ruminants, tel que l’entretien des prairies (stockage de carbone, préservation de la biodiversité) ;

5- Permettre aux éleveurs de renforcer l’un des principaux atouts de leur modèle – l’autonomie fourragère de leur exploitation – dans le cadre de la conditionnalité ;

6- Privilégier les outils de gestion des risques les plus efficaces.

 

Lire aussi : Réforme de la PAC : les familles de la FNSEA divisées sur la déclinaison nationale

 

Une position commune des agriculteurs des massifs de montagne (Alpes, Corse, Jura, Massif central, Pyrénées et Vosges) est également avancée dans un communiqué du 14 janvier 2021. Un livre blanc a été publié.

 

Les Eleveurs de races à viande du grand Massif central s'expriment à leur tour sur le sujet dans un communiqué du 19 janvier 2021. "Une priorité absolue pour la prochaine PAC : maintenir les aides couplées à leur niveau actuel pour assurer la survie du cheptel allaitant sur nos territoires." 

Ils demandent aux élus de leurs départements d’unir leurs voix pour porter, à leurs côtés, une demande forte de maintien, à son niveau actuel de l’enveloppe des aides couplées allouée à l’élevage. Des aides dont dépend, entièrement, la survie de leurs exploitations d’élevage et, à travers elles, de l’ensemble des services qu’elles rendent aux territoires.

 

Lire aussi : Future Pac : une feuille de route collective pour les agriculteurs de montagne

Comprendre les enjeux de la future PAC en 6 questions

Une nouvelle Pac à compter de 2023

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
Philippe Bosc. "L'association ray- grass hybride + trèfle violet est comme toutes les prairies et céréales mise en place en semis direct sans aucun travail du sol et ceci depuis 26 ans." © F. d'Alteroche
"Je sème mes prairies sous le couvert d'un méteil"
Des fourrages de qualité sont déterminants pour favoriser la fertilité et avoir des vêlages les plus groupés possible. Philippe…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Des fiches pour réussir son bâtiment logettes en vaches allaitantes
Communes dans les élevages laitiers, les stabulations à logettes sont nettement moins fréquentes dans les systèmes allaitants. L’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande