Aller au contenu principal

Seulement 2,7 % des mâles sont castrés

Bilan et utilisation des veaux mâles nés dans les élevages français en 2016

Parmi les quelque 7,2 millions de veaux nés dans les élevages français l’an dernier, seulement une partie est destinée à satisfaire l’appétit des consommateurs français. Les autres veaux sont consommés en dehors de nos frontières après avoir été exportés en vif ou en viande. « Les veaux mâles de races à viande sont destinés pour plus de 80 % à la production de broutards, dont environ la moitié est exportée. L’autre moitié est engraissée et abattue, pour la grande majorité, en jeunes bovins sur le territoire national. Les veaux mâles allaitants restants sont dirigés vers la production de veaux sous la mère et vers la production de bœufs », explique dans son dernier compte-rendu l’Observatoire des prix et des marges.

L’utilisation des veaux mâles nés dans les cheptels laitiers est très différente. Environ les deux tiers deviennent des veaux de boucherie. Un quart renforce les disponibilités pour produire des taurillons finis en France et une petite partie d'entre eux sont castrés.

D’après l’Institut de l’élevage, quelque 180 000 bœufs ont été abattus en 2014 sur le territoire français. 62% étaient de race laitière (essentiellement Holstein et Normands). Viennent ensuite 18 % de croisés. La part restante concerne les bœufs allaitants, avec parmi eux une grosse moitié de Charolais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande