Aller au contenu principal

Michel Azan
« Sélectionner en fonction d´objectifs économiques »

En retraite depuis le 31 décembre, Michel Azan, ancien directeur de Midatest, souligne son attachement aux programmes collectifs d´amélioration génétique. Et se livre à un petit exercice de prospective.


Y a-t-il suffisamment de concertation entre les créateurs et les utilisateurs du progrès génétique ?
Michel Azan - Nous, unités de sélection, cherchons à trier les meilleurs reproducteurs en fonction d´une demande exprimée par les producteurs de viande. Notre rôle est de répondre le mieux possible à cette demande même si elle peut être différente de celle exprimée par une partie des éleveurs sélectionneurs. Le problème de nos structures de statut coopératif est de faire remonter l´intérêt collectif et de sélectionner des taureaux correspondant aux objectifs économiques définis par les producteurs de viande.
Si le nombre des IA venait à stagner comment amortir le coût des programmes de sélection ?
M. A. - Si le diviseur constitué par le nombre de vaches inséminées n´augmente pas, le coût du programme va rester constant, voire augmenter compte tenu de la demande d´informations plus précises pour l´évaluation des taureaux. Or il sera difficilement envisageable de répercuter cette augmentation sur les IA vendues aux éleveurs. Il ne reste ensuite que deux possibilités : soit compresser les charges liées à l´évaluation et on touche alors aux fondements même de ces programmes. L´autre possibilité est de les valoriser par les exportations de génétique.
N´y a-t-il pas un risque d´auto-concurrence à exporter ainsi le meilleur de notre génétique ?
M.A. - Cette remarque est vraie pour tout savoir-faire. Le problème est d´arriver à exporter tout en conservant les moyens techniques et les investissements nécessaires pour continuer à réaliser du progrès génétique. Il ne s´agit donc pas d´avoir seulement la génétique d´un animal donné. Il faut également avoir les compétences technologiques pour l´estimer et un schéma de sélection organisé et fiable afin de pouvoir la détecter. Ce que nous possédons en France grâce à la loi sur l´élevage de 1966.
Nous devons donc tout faire pour maintenir nos schémas de sélection qui permettent d´apprécier de façon objective et précise le potentiel des reproducteurs. Mais en matière d´exportations de génétique, les grandes compétitions se font surtout sur le lait et notamment sur la Holstein. Or, nous avons d´autres races avec des formats et des aptitudes variés. C´est le cas des rustiques, qu´elles soient laitières ou allaitantes. Nous avons des produits à vendre avec peu de compétiteurs en face. Nous avons également la possibilité de proposer notre savoir-faire en matière de sélection en le vendant pour sélectionner d´autres races adaptées à d´autres pays.

Dans les années à venir, comment voyez-vous évoluer nos modèles de production en système allaitant ?
M.A. - Tout dépendra des possibilités de produire une viande qui puisse se démarquer de la viande « laitière » en occupant des créneaux bien valorisés par les démarches qualité. Quel sera le volume qu´apporteront ces différentes niches ? Quelle part prendra la vente directe dans un tel contexte ? Les démarches qualité reposeront-elles sur la notion de race ou de région de production ? L´ensemble des races à viande représente sans doute un volume trop important pour espérer valoriser tous les effectifs dans une telle optique. La valorisation actuelle de la Charolaise compte-tenu de ses volumes reflète déjà cette situation. La Blonde est elle aussi arrivée à un seuil. Ces animaux lourds et de grands formats continueront-ils à répondre aux exigences des marchés ? Cela amène à se poser des questions. Pour leur entretien et leur finition, ces races demandent des proportions importantes de céréales.
Va-t-on redécouvrir qu´une vache allaitante est d´abord faite pour manger de l´herbe ?
D´autres modèles de production existent à partir de races rustiques, souvent utilisées comme support de croisement avec de faibles taux de renouvellement. Elles sont bien adaptées à la valorisation de l´herbe en utilisant de grandes surfaces. Ce qui leur donne une image de « naturel » sans avoir les impératifs alimentaires des races à grand format. L´Aubrac est passé de 50 000 vaches dans les années 70 à plus de 100 000 aujourd´hui. Ce modèle de production a donc sa place avec une vache qui à l´entretien coûte le moins cher possible, se déplace bien, vêle bien et ne nécessite que peu de main-d´ouvre.
EN BREF
Basée à Soual dans le Tarn, l´Union Midatest est très impliqué dans la sélection des races laitières et allaitantes (douze au total). Pour ces dernières, Midatest est responsable seul ou en partenariat des programmes d´amélioration génétique des races Blonde d´Aquitaine, Limousine (dans le cadre du GIE France Limousin Testage), Excellence Charolais (avec l´UCEAR), Inra 95, Bazadaise, Aubrac et Gascon.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande