Aller au contenu principal

Changements climatiques
Sécuriser la production fourragère

Le semencier Jouffray-Drillaud présente un éventail de solutions pour adapter les systèmes fourragers à un nouveau contexte climatique.


Il ne fait plus de doute que le réchauffement climatique en cours aura des conséquences sur la production agricole. Moins de pluies au printemps et en été, températures plus élevées, sécheresses et autres événements extrêmes plus fréquents. les facteurs qui vont influer sur la croissance des cultures dans les années à venir sont nombreux. « Le choix d´espèces résistantes au sec, comme la luzerne, la fétuque élevée ou le dactyle, est loin d´être la seule solution, estime Philippe Gratadou, chef de marché semences Jouffray-Drillaud. D´autant qu´on ne connaît pas, en Europe, de graminées fourragères capables de fortes croissances à plus de 28 ºC. »
Pour tirer au mieux parti de son système fourrager, malgré les variations annuelles ou saisonnières du climat, l´éleveur peut, par exemple, mettre en place des cultures à double fin - du maïs ou des céréales - à utiliser en grain ou immatures en pâturage ou ensilage. Mais attention, dans les zones où l´irrigation ne sera pas possible, le maïs risque de connaître de fortes baisses de rendement. Les couverts d´interculture à base de fourragères (colza, navette, rave) présentent également une double fonction.


La gestion des stocks fera partie des adaptations à mettre en oeuvre. Il s´agira de constituer davantage de stocks les bonnes années. A noter que la distribution de ces stocks risque d´être répartie sur deux périodes, avec une moindre utilisation au cours de l´hiver mais davantage de besoins au cours d´étés au déficit hydrique marqué. Dans ce cadre, nul doute que les dérobées d´été (trèfle d´Alexandrie, sorgho, moha), un peu oubliées, mériteront d´être redécouvertes. Parmi les espèces constitutives de stocks, citons encore la luzerne, les mélanges graminées-légumineuses, les ray-grass d´Italie et hybrides, les festulolium.
Une adaption de la gestion des stocks de fourrage sera nécessaire dans les années à venir : des vaches à l´herbe en hiver permettront de faire des économies de fourrage pour l´été. ©E. Durand

Nouvelle gestion des stocks
Le mode d´exploitation de la ressource herbagère devra aussi évoluer. Il faudra compter sur un rendement augmenté au déprimage (départ en végétation plus précoce) et en dernière exploitation (repousses tardives), peu de modifications pour les coupes de printemps et une forte baisse de rendement dès le début de l´été. Plus aléatoire, la gestion de l´herbe demandera certainement à l´avenir davantage de technicité et de réactivité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Prix des céréales : les raisons de la flambée des cours
Grandes Cultures
Blé, orge, maïs : les prix de l'ensemble des marchés des céréales ont connu une hausse brutale ces dernières semaines. Cette…
filet brise-vent
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Sophie et Michel travaillent avec leur fils Baptiste. Cette année, les laitonnes ont du être rentrées dès octobre à cause des fortes pluies. © S. Bourgeois
Une perte sensible d’efficacité économique pour un système broutards dans la Nièvre
Michel et Sophie Durand conduisent à Ougny dans la Nièvre, un système herbager avec 165 vêlages et vente de broutards lourds. À …
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande