Aller au contenu principal
Font Size

Changements climatiques
Sécuriser la production fourragère

Le semencier Jouffray-Drillaud présente un éventail de solutions pour adapter les systèmes fourragers à un nouveau contexte climatique.


Il ne fait plus de doute que le réchauffement climatique en cours aura des conséquences sur la production agricole. Moins de pluies au printemps et en été, températures plus élevées, sécheresses et autres événements extrêmes plus fréquents. les facteurs qui vont influer sur la croissance des cultures dans les années à venir sont nombreux. « Le choix d´espèces résistantes au sec, comme la luzerne, la fétuque élevée ou le dactyle, est loin d´être la seule solution, estime Philippe Gratadou, chef de marché semences Jouffray-Drillaud. D´autant qu´on ne connaît pas, en Europe, de graminées fourragères capables de fortes croissances à plus de 28 ºC. »
Pour tirer au mieux parti de son système fourrager, malgré les variations annuelles ou saisonnières du climat, l´éleveur peut, par exemple, mettre en place des cultures à double fin - du maïs ou des céréales - à utiliser en grain ou immatures en pâturage ou ensilage. Mais attention, dans les zones où l´irrigation ne sera pas possible, le maïs risque de connaître de fortes baisses de rendement. Les couverts d´interculture à base de fourragères (colza, navette, rave) présentent également une double fonction.


La gestion des stocks fera partie des adaptations à mettre en oeuvre. Il s´agira de constituer davantage de stocks les bonnes années. A noter que la distribution de ces stocks risque d´être répartie sur deux périodes, avec une moindre utilisation au cours de l´hiver mais davantage de besoins au cours d´étés au déficit hydrique marqué. Dans ce cadre, nul doute que les dérobées d´été (trèfle d´Alexandrie, sorgho, moha), un peu oubliées, mériteront d´être redécouvertes. Parmi les espèces constitutives de stocks, citons encore la luzerne, les mélanges graminées-légumineuses, les ray-grass d´Italie et hybrides, les festulolium.
Une adaption de la gestion des stocks de fourrage sera nécessaire dans les années à venir : des vaches à l´herbe en hiver permettront de faire des économies de fourrage pour l´été. ©E. Durand

Nouvelle gestion des stocks
Le mode d´exploitation de la ressource herbagère devra aussi évoluer. Il faudra compter sur un rendement augmenté au déprimage (départ en végétation plus précoce) et en dernière exploitation (repousses tardives), peu de modifications pour les coupes de printemps et une forte baisse de rendement dès le début de l´été. Plus aléatoire, la gestion de l´herbe demandera certainement à l´avenir davantage de technicité et de réactivité.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Bâchage des silos : des pistes pour dégager les pneus
Machinisme
La bonne conservation du tas d’ensilage passe par la pose d’une couverture parfaitement hermétique. Si la qualité des bâches est…
L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Le kéfir est distribué à la naissance puis une fois par jour pendant les deux jours suivants. © L. Lamarre
Le kéfir pour hygiéniser le tube digestif des veaux
Le kéfir est une boisson fermentée fabriquée à partir de lait ou de sucre. Son usage se développe beaucoup en élevage bovin ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande