Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Marché au cadran
Second ring de vente pour la Sicafome

Dans la Nièvre, La Sicafome, Société d’intérêt collectif agricole des foires organisées de Moulins Engilbert, vient d’inaugurer une nouvelle salle des ventes, ce qui va permettre de meilleures conditions de travail pour tous.

Pour faire face à la mise en marché d’un volume croissant d’animaux, le conseil d’administration de la Société d’intérêt collectif agricole des foires organisées de Moulins Engilbert, (Sicafome) dans la Nièvre avait décidé en avril 2004 de créer une seconde salle des ventes. Après un long murissement du projet, celui-ci vient de voir le jour et constitue une belle preuve de réussite pour cette structure commerciale qui a eu 25 ans cette année. Ces nouveaux investissements ont été officiellement inaugurés le 19 septembre dernier et les premiers animaux devaient investir cette nouvelle salle des ventes et les 400 mètres carrés de parcs supplémentaires pour le marché du 7 octobre.

De meilleures conditions de travail

En 2007, 54000 bovins ont été commercialisés par le biais de ce marché au cadran qui draine des animaux en grosse majorité charolais dans un rayon d’une centaine de kilomètres à la ronde. Avec ces derniers temps, plus de 2000 têtes certains jours de marché, les capacités d’accueil des précédentes installations étaient devenues totalement saturées. « Lors de ces grosses journées, les ventes démarrent comme toujours à six heures du matin, mais ne s’achèvent souvent que tard en soirée. Les derniers lots doivent parfois attendre 21 heures pour passer sur le ring », explique Martial Tardivon, le chef des ventes. « Avec ce nouveau ring de vente, nous pourrons terminer à des horaires plus raisonnables dans l’intérêt de tous, tant des apporteurs que des acheteurs et du personnel qui travaille dans notre structure », a souligné Bernard Gauthier, président du conseil d’administration de la Sicafome. L’amélioration de la sécurité et du confort de travail du personnel, mais aussi le bienêtre des animaux ont également été mis en avant. L’investissement a aussi porté sur une plateforme de lavage des camions avec deux pistes pour les semi-remorques et deux autres pour les véhicules de plus faibles dimensions. Le volet environnemental a été tout particulièrement soigné avec la mise en place d’une station d’épuration avec séparateur de phase et lagunage dans l’objectif de recycler l’eau ainsi épurée pour nettoyer les parcs en fin de marché. Le montant total de l’investissement est de 1,474 million d’euros, autofinancé à 60 %, le reste étant pris en charge par les collectivités locales.

Un nouveau chef des ventes

Sur le plan pratique, les ventes de bovins démarreront comme d’habitude le mardi matin aux horaires habituels avec l’ambition de terminer le marché autour de quatorze heures lors des journées de très gros apports. L’ancien ring de vente sera désormais réservé aux jeunes animaux maigres plus généralement destiné à l’export, et les nouvelles installations aux vaches adultes et génisses lourdes, des catégories correspondant davantage au marché intérieur français. Un nouveau chef des ventes est en cours de formation et l’extension des structures a permis une embauche supplémentaire à plein temps pour l’entretien global du site.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

chargement de bovins en ferme
[Covid-19] Les abatteurs se démènent pour remplir leur mission

Après une première semaine folle, au cours de laquelle la demande en viande a explosé, les entreprises du commerce et de l'…

[Covid-19] La « renationalisation » des achats de viande bovine doit aussi profiter aux éleveurs
Alors que suite à l’arrivée du coronavirus les enseignes de la grande distribution ont vu leurs ventes gonfler suite au…
Cette étude confirme que le rapport entre le poids de l’animal à la sortie de la ferme et la viande nette réellement utilisable (250 kg), varie selon de nombreux critères amont (race, catégorie de l’animal, état d’engraissement…). © C. Delisle
De l’animal au steak, des rendements passés à la loupe
L’Institut de l’élevage et Interbev ont mis à jour les rendements d’abattage et de découpe des principales races bovines abattues…
[Covid-19] Le marché de la viande bovine bouleversé
Les restrictions prises par les différents Etats membres pour contenir la pandémie de Covid-19 auront inévitablement des effets…
France Conseil Elevage demande le report de toute intervention en élevage
Les entreprises de conseil en élevage demandent le report des interventions de leur techniciens dans les exploitations, se…
Vaches du lot "moins de 8 ans avec une NEC supérieure à 2 à la mise en finition". Ici, 75 jours après le début de la période expérimentale, soit un mois avant abattage.  © OIER des Bordes
Un essai à la ferme des Bordes croise l’effet de l’âge et de la note d’état sur l’engraissement de Charolaises
Avec de jeunes vaches, les croissances en finition sont assurées. Une vache âgée peut être très performante en finition ou pas du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande