Aller au contenu principal

Sécheresse : reconnaissance accélérée des calamités sur onze départements

Le Comité national de la gestion des risques en agriculture a annoncé le 18 octobre 2022 une première décision portant sur la zone du Massif Central. La campagne de reconnaissance s'achèvera fin octobre.

© S.Bourgeois - archives

Même si la campagne de reconnaissance ne s'achève que fin octobre, le Comité national de la gestion des risques en agriculture (CNGRA) réuni le 18 octobre a identifié des zones pour lesquelles les pertes constatées les rendent d'ores et déjà éligibles aux calamités agricoles. Ces territoires vont "faire l'objet d'une reconnaissance initiale sur la base d'un taux de perte provisoire" annonce le ministère de l'Agriculture. 

Ces premières décisions concernent la zone du grand Massif Central. La Haute-Loire et l’Aveyron sont entièrements identifiés. Neuf autres départements le sont de façon partielle : l’Ardèche, la Drôme, le Cantal, le Lot, la Lozère, le Rhône, le Puy-de-Dôme, le Tarn et la Loire.

Des acomptes versés début novembre pour ces zones priorisées

Des versements d'acompte correspondant à 50 % de l'indemnisation seront "initiés début novembre pour ces zones priorisées, au fur et à mesure de l'instruction des dossiers", a indiqué le ministère. Le solde sera versé fin décembre. "Cette accélération importante du calendrier pour les zones fourragères les plus touchées par la sécheresse permettra un premier apport de trésorerie crucial au bénéfice des éleveurs les plus affectés".

"D'ici là, d'éventuels ajustements avec les DDT peuvent être envisagés", précise le vice-président de la FNSEA Joël Limouzin en charge du dossier gestion des risques interrogé par Agra. La FNSEA espère obtenir que les départements non-éligibles à l'acompte mais «qui seront prêts» puissent aussi verser les calamités aux éleveurs dès le mois de décembre.

Un nouveau CNGRA est prévu le 28 octobre.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Les derniers chiffres de la décapitalisation en élevage bovin

Entre décembre 2016 et décembre 2021, le troupeau allaitant français a perdu 330 000…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande