Aller au contenu principal

Sécheresse : reconnaissance accélérée des calamités sur onze départements

Le Comité national de la gestion des risques en agriculture a annoncé le 18 octobre 2022 une première décision portant sur la zone du Massif Central. La campagne de reconnaissance s'achèvera fin octobre.

© S.Bourgeois - archives

Même si la campagne de reconnaissance ne s'achève que fin octobre, le Comité national de la gestion des risques en agriculture (CNGRA) réuni le 18 octobre a identifié des zones pour lesquelles les pertes constatées les rendent d'ores et déjà éligibles aux calamités agricoles. Ces territoires vont "faire l'objet d'une reconnaissance initiale sur la base d'un taux de perte provisoire" annonce le ministère de l'Agriculture. 

Ces premières décisions concernent la zone du grand Massif Central. La Haute-Loire et l’Aveyron sont entièrements identifiés. Neuf autres départements le sont de façon partielle : l’Ardèche, la Drôme, le Cantal, le Lot, la Lozère, le Rhône, le Puy-de-Dôme, le Tarn et la Loire.

Des acomptes versés début novembre pour ces zones priorisées

Des versements d'acompte correspondant à 50 % de l'indemnisation seront "initiés début novembre pour ces zones priorisées, au fur et à mesure de l'instruction des dossiers", a indiqué le ministère. Le solde sera versé fin décembre. "Cette accélération importante du calendrier pour les zones fourragères les plus touchées par la sécheresse permettra un premier apport de trésorerie crucial au bénéfice des éleveurs les plus affectés".

"D'ici là, d'éventuels ajustements avec les DDT peuvent être envisagés", précise le vice-président de la FNSEA Joël Limouzin en charge du dossier gestion des risques interrogé par Agra. La FNSEA espère obtenir que les départements non-éligibles à l'acompte mais «qui seront prêts» puissent aussi verser les calamités aux éleveurs dès le mois de décembre.

Un nouveau CNGRA est prévu le 28 octobre.

 

Les plus lus

Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises situé à Ceyrat dans le Puy-de-Dôme
Astuce d'éleveur : des piquets fixés par du sable dans des manchons de PVC

Situé en zone pavillonnaire, Frédéric Busarello, éleveur de limousines et de comtoises, a dû tenir compte des contraintes…

semis maïs
Maïs fourrage : quelles peuvent être les conséquences du retard des semis ?

Les semis de maïs sont retardés dans beaucoup de secteurs de polyculture-élevage par l'excès d'eau. A partir de fin mai début…

L’objectif du projet était de concentrer l’activité sur un seul site pour le troupeau mère. De gauche à droite, Martine et Gérard Chassang, Vincent Charbonnel, ...
Bâtiment d’élevage : « Nous avons modernisé et agrandi une ancienne stabulation pour améliorer notre confort de travail »

Le Gaec Chassang, dans le Cantal, a opté pour la modernisation et l’agrandissement d’une ancienne stabulation. Le projet…

Gaec Picauville élevage de parthenaises dans les Deux-Sèvres
« Nous cherchons à exprimer le plein potentiel de nos parthenaises »

Dans les Deux-Sèvres, Charlotte et Mathieu Picauville mènent d’une main de maître leur troupeau de 200 mères parthenaises…

FRED
Prairies : « Nous semons le même mélange multiespèces sur toutes les parcelles »

En Meurthe-et-Moselle, le Gaec du Cytise a arrêté son choix sur un unique mélange de cinq espèces pour ses prairies…

Taureaux à la station nationale d'évaluation raciale OS Aubrac à St Chély d'Aubrac dans l'Aveyron
En race aubrac, l’aptitude des taureaux à valoriser des fourrages grossiers passée au crible

À la station d’évaluation de la Borie en Aveyron, la capacité des jeunes taureaux aubracs à valoriser les fourrages…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande