Aller au contenu principal

Sécheresse - "Des expertises de terrain plutôt que des données satellitaires pour les prairies"

Les éleveurs de ruminants de la FNB, FNEC, FNO et FNPL, dans un communiqué commun, interrogent et alertent sur la méthode d'évaluation des dégâts de la sécheresse sur prairies.

La sécheresse fait craindre une décapitalisation même dans des départements du sud Massif central jusque-là épargnés par ce phénomène.
© F. d'Alteroche

Dans un communiqué commun publié le 27 septembre 2022, la FNB, la FNEC, la FNO et la FNPL demandent des expertises de terrain pour évaluer la sécheresse sur prairies.

"Alors que, depuis des années, les éleveurs interrogent et alertent sur la déconnexion entre les cartographies satellitaires et la réalité de terrain, l'année 2022 ne fait pas exception."  Le communiqué présente à l'appui une carte de France de l'indice de production des prairies au 31 août 2022 réalisée par Airbus qui s'affiche en vert sur une grande partie du territoire. 

 

 

Cette carte est réalisée à l'échelle des "zones homogènes de prairies" (1038 ont été définies par Airbus sur le territoire en fonction du climat, de la géologie, l'altitude, le profil historique de la croissance des prairies) et ne correspond pas à ce que les contrats d'assurance prendront en compte pour chaque exploitation à une échelle plus fine.

Elle compare bien par contre la production de 2022 avec la moyenne olympique de celle des cinq années précédentes, comme ce qui est prévu dans le nouveau dispositif antirisques climatiques qui s’appliquera en 2023.

"Il y a sans doute des explications qui feront l'objet de discussions et d'améliorations... mais quand ?" interrrogent les organisations syndicales.

Pour elles, l'utilisation d'outils indiciels et satellitaires sera un avantage certain pour l'avenir, dès lors qu'ils auront prouvé leur efficacité et leur fiabilité. "D'ici là, la réalité des expertises de terrain doit faire loi."

Le 29 septembre 2022, à l'occasion d'une conférence de presse, Chambres d'agriculture France a annoncé que l'imagerie satellite des prairies sur laquelle s'appuie le système d'indemnisation de l'assurance fera l'objet d'une étude du réseau des chambres. Objectif: «comprendre, essayer d'apporter de l'expertise» sur les différences entre les observations réalisées sur le terrain et celles faites par satellite. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

A Lanaud, un taureau limousin adjugé à 17 200 euros
Les premières ventes aux enchères de la campagne 2022-2023 de la race limousine se sont déroulés les 16 et 17 novembre, dans le…
Les chiffres des premiers croisés Limousine x Angus de la ferme expérimentale de Thorigné
À la ferme expérimentale de Thorigné-d’Anjou, une expérimentation de longue durée analyse l’intérêt du croisement Angus sur des…
Jean-Pierre Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
Jean-Paul Boyer, négociant en bovins : "Un prix résulte d’une confrontation entre offre et demande"
La loi Egalim 2 et l’obligation de contractualisation ont pris du retard. Négociant dans l’Aveyron, Jean-Paul Boyer n’a jamais…
Quatre nouveaux taureaux limousins « qualités maternelles » chez Créalim
Pour cette campagne, Créalim entre au catalogue quatre taureaux labellisés « qualités maternelles » aux profils relativement…
Flavien Fayolle mesure 1,75 mètre et malgré un été caniculaire très déficitaire en eau son switchgrass en seconde année de végétation a réalisé une belle croissance.
Deux hectares de panic érigé pour réduire les achats de paille de litière
Pour remédier en partie à leur déficit en paille, les associés du Gaec Fayolle en Corrèze ont semé l’an dernier quatre parcelles…
La nette érosion en cours et probablement à venir du cheptel allaitant va mathématiquement se traduire par une réduction des disponibilité en animaux maigres laquelle commence à sérieusement préoccuper les opérateurs de l'aval, qu'ils soient français, espagnols ou italiens.
Net recul de la production de viande bovine à échéance 2030
Entamée il y a six ans, l’érosion du cheptel bovin français commence à donner des sueurs froides aux intervenants de l’aval. Et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande