Aller au contenu principal

Elevage des génisses
Se former pour progresser dans le tri des génisses

Pour aider les éleveurs dans leurs choix, les conseiller sur le nombre de femelles à conserver en leur apportant des éclairages sur le devenir commercial des réformes, Bovins Croissance du Puy-de-Dôme propose une formation.

La formation est ouverte à tous les éleveurs.  La confrontation du résultat du tri de chacun enrichi le débat.
La formation est ouverte à tous les éleveurs. La confrontation du résultat du tri de chacun enrichi le débat.
© G. Gapihan

"Celle-là, je la garde ou je la vends? Est-ce que je n’ai pas plutôt intérêt à privilégier la fille de la 4813 qui vêle chaque année à la même date tout en étant très laitière plutôt que de donner priorité à la fille de la 5830 qui est ma vache la plus lourde mais dont la production est très irrégulière ? Quant à celle-là c’est sûr, je n’en veux pas. Sa mère est un peu « garce » et je dois en plus lui faire parer les pieds chaque année." Tous les éleveurs se sont probablement posé ce type de questions au moment du tri de leurs génisses de renouvellement. Pour les aider à optimiser ce choix, une formation a été initiée l’an dernier par la section Bovins Croissance de l’EDE du Puy-de-Dôme. Une seule de ces journées de formation pris en charge par Vivea a pour l’instant été organisée sur un élevage Aubrac, mais compte tenu du bon accueil réservé à cette initiative, l’objectif est de les pérenniser. Ces formations sont réalisées en partenariat avec les différents syndicats de race pour le volet génétique et des Organisations de producteurs pour la partie commerciale. « L’objectif est d’accompagner les éleveurs pour qu’ils puissent d’abord évaluer leurs besoins en femelles de renouvellement et trier quantitativement et qualitativement (en fonction de leur morphologie, comportement et valeur génétique) leurs génisses », explique Gille Gapihan, animateur Bovins Croissance du département.

Passage en revue des postes morphologiques et des index

La première de ces journées a rassemblé 15 éleveurs. Elle a eu lieu sur l’exploitation de d’Eric Sarliève, au milieu d’un lot de génisses tout venant, récemment sevrées. La volonté est de faire de ces formations sur le terrain des moments où le volet théorique est toujours intimement associé à l’aspect « pratique ». « Assurée par Patrice Chalaphy technicien Bovins Croissance, une première étape a consisté à connaître les postes morphologiques à utiliser et les relations entre ces postes et les aptitudes bouchères ou qualités maternelles en lien aux caractéristiques de la race. » Poste par poste, la morphologie des laitonnes est donc commentée. Qualité du bassin, aplombs : ce premier jugement visuel est source de discussions entre éleveurs et techniciens. L’automne dernier, à l’occasion de cette première journée, Pierre Chardaire, technicien à l’Organisme de sélection s’était joint au groupe et a souligné les critères clés recherchés en race Aubrac en particulier sur le volet morphologie. « Le second exercice consiste à définir les besoins en génisses de renouvellement en fonction des objectifs de l’éleveur et de son cheptel. Pour les races Salers et Aubrac, une dimension supplémentaire est à prendre en compte, celle du croisement industriel pour lequel un taux trop important entraîne une moindre pression de sélection et donc un frein au progrès génétique par la voie femelle. » Au cours de la troisième étape, chaque éleveur trie les génisses qu’il juge les plus intéressantes. Dans un premier temps, il établit sa liste sur les seuls critères morphologiques, puis il pondère ce choix en fonction des index de l’animal et de ses deux parents. « Un critère comme la valeur laitière n’est pas facilement visible sur une génisse juste sevrée ! Les informations complémentaires sur les index analytiques, les lignées ou les qualifications des parents sont des compléments indispensables pour mettre les meilleures chances de son côté », insiste Gilles Gapihan. La confrontation du résultat du tri de chacun des participants est ensuite l’occasion de relancer la discussion sur les différences observées et de les enrichir de l’avis de l’éleveur propriétaire des génisses, du technicien Bovins Croissance et de l’inspecteur de l’OS. Le dernier volet abordé concerne le devenir des femelles non conservées. L’objectif est d’apporter l’éclairage de la part d’un technicien d’une Organisation de producteurs. A l’issue de la première journée organisée l’automne dernier, les participants ont été globalement satisfaits. Les remarques les plus négatives concernant principalement la partie sur le devenir commercial des femelles non conservées. Difficile toutefois de donner des perspectives claires alors que la conjoncture ne permet pas d’avoir une bonne visibilité du marché.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande