Aller au contenu principal

Fonctionnement du rumen
Satisfaire les besoins des micro-organismes du rumen

L´équilibre entre les différentes espèces microbiennes du rumen permet d´avoir des animaux en bonne santé et performants.


L´existence des micro-organismes du tube digestif caractérise la digestion des ruminants. Elle les rend capables d´élaborer à partir de végétaux des aliments de haute valeur biologique pour l´homme comme le lait et la viande. La digestion de la cellulose est uniquement bactérienne et se déroule intégralement dans le rumen et celle de l´amidon, des lipides et des matières azotées s´y déroulent en partie.
Avec un pH du rumen compris entre 6 et 6,8, l´écosystème microbien est stable et constitué de nombreuses espèces. C´est une zone de pH de « confort optimal » pour le rumen. A chaque changement de ration, l´équilibre entre les différentes espèces microbiennes évolue. Certaines ne sont plus adaptées aux conditions du rumen et périclitent, d´autres au contraire se développent en prenant leur place. C´est ainsi que s´opère une sélection des micro-organismes selon la ration distribuée. « Le rumen est un milieu d´une impressionnante stabilité », expliquent Cécile Martin et Brigitte Michalet-Doreau, de l´équipe Digestion microbienne de l´Unité de recherche sur les herbivores, à l´Inra de Theix. « Mais dans certaines conditions, cette stabilité est rompue. »
Ce changement d´équilibre présente un risque de baisse de performance, voire de problème pathologique pour le bovin viande dans principalement deux situations : lorsqu´il reçoit une ration riche en glucides rapidement fermentescibles(1) et au moment du démarrage de l´engraissement. « L´acidose est une perturbation de la digestion ruminale résultant d´une chute de pH. Elle a comme point de départ un déséquilibre entre la production trop rapide d´acides dans le rumen et la perte d´efficacité des processus de maintien du pH », explique Cécile Martin (voir p. 24). Des recherches actuellement menées à l´Inra-Ina.Pg visent à déterminer le pouvoir acidogène intrinsèque des aliments, et leur profil fermentaire, c´est-à- dire la composition des acides gras volatils résultant de leur fermentation par les micro-organismes du rumen. « Le pouvoir acidogène est très variable d´un aliment à l´autre. L´objectif de ces essais est de l´étudier pour pouvoir ensuite caractériser celui de rations, en tenant compte des interactions entre aliments dans le rumen », explique Daniel Sauvant de l´Inra-Ina.Pg.
Régimes riches en fourrages : gage de la stabilité du rumen
« Pour éviter l´acidose, il faut assurer un équilibre entre la flore cellulolytique c´est-à-dire les bactéries qui dégradent la cellulose et la flore amylolytique qui dégrade l´amidon. Pour conforter la place de la flore cellulolytique, la ration doit être suffisamment fibreuse. » La fibrosité de la ration peut être approchée de deux façons : on peut distinguer les fibres « chimiques » appréciées par le critère NDF(2) et les fibres « physiques », c´est-à-dire la taille des particules. Une des choses à vérifier étant bien sûr l´équilibre de la ration en énergie et matières azotées. Un point d´affourragement en libre-service, toujours à disposition des animaux, peut remplir cet office dans la plupart des situations en élevage allaitant, en incitant les animaux à ruminer et à saliver. Il faut d´autre part toujours ménager, en cas de changement de ration, des transitions alimentaires de qualité pour éviter les à-coup fermentaires trop brutaux. « La deuxième chose pour éviter l´acidose est de maîtriser la vitesse de fermentation des glucides pour qu´elle ne soit pas trop rapide. » Pour cela, l´amidon et les sucres ne devraient pas représenter plus de 30 % de la matière sèche de la ration. L´étalement des repas, les rations complètes ou du moins celles où le fourrage et le concentré sont effectivement consommés simultanément, évitent aussi une fermentation des glucides trop rapide.
(1) Les sucres (mélasse, betterave), l´amidon (céréales) et les celluloses très digestibles contenues dans les pulpes de betterave, les drèches, les sons.
(2) NDF : Neutral Detergent Fiber, critère d´analyse caractérisant la teneur en parois végétales.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Germain Fréville. « J’étais vraiment convaincu par les conseils que je donne. Je mets maintenant à l’épreuve ce que je préconise. J’essaie de faire des émules par l’exemple. » © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] « J’avais en tête l’exploitation idéale et je l’ai trouvée »
Germain Fréville est double actif. Il travaille à mi-temps pour une association d’aide aux agriculteurs en difficulté et élève…
La cage mesure 3 m sur 3 m et 2 m de haut. Elle pèse environ 600 kg et a coûté 2800 € HT pour 40 heures de fabrication. « Le montage de la cage a été pensé pour avoir un compromis entre solidité, sécurité et légèreté », explique Fabien Vialle. Elle rentre dans le cadre de la législation routière et peut être transportée sur route (moins de 3 m 50 de large).   © E. Durand
Une cage de contention pour bovins mobile et multifonctions
Gaël Magnaval, éleveur de limousines en Corrèze, à proximité de Chamberet, a imaginé une cage mobile pour pouvoir poser ses…
Emmanuel Turpeau s'est installé en 2007. Son élevage allie génétique de très haut niveau et autonomie alimentaire.  © S. Bourgeois
[De conseiller à éleveur] "La passion de la Charolaise et le chemin vers le bio"
Emmanuel Turpeau a travaillé pour le herd-book charolais avant de s’installer. Il met désormais en application les principes…
jeunes bovins Charolais
Marché fluide pour les jeunes bovins
Sur le mois de juin 21, le rythme de prélèvement des mâles en ferme a été plus dynamique que celui des quatre années antérieures…
Le début 2021 laisse présager une embellie côté prix pour la viande bovine au second semestre. © C. Delisle
Filière viande bovine européenne : de meilleures perspectives pour fin 2021
Covid-19, Brexit, forte baisse du prix des JB et broutards… 2020 fut une année compliquée au sein du marché communautaire.…
Si les feed-lots représentent une part toujours plus importante pour la finition des bovins, 50 % des bovins sont encore exclusivement finis au pâturage. © C. Deloume
Le Brésil, une puissance exportatrice de viande bovine touchée par la pandémie
Si 2020 fut encore une année de records pour le premier exportateur mondial de viande bovine, l’année 2021 s’annonce sous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande