Aller au contenu principal

[Salon International de l’Agriculture] La Saône-et-Loire rafle les deux prix de championnat Charolais

Avant leur grand rendez-vous cet automne lors du concours National organisé cette année dans le cadre du prochain Sommet de l’élevage, les meilleurs animaux charolais se sont retrouvés sur les plaquettes de bois du grand ring de la Porte de Versailles. Avec un plaisir évident !

« Nous avions cette année 40 places et, je trouve, des animaux globalement de meilleure qualité comparativement à la précédente édition en 2020. » soulignait Sébastien Cluzel, Président du herd-book charolais. « On a aussi gagné en convivialité avec des éleveurs manifestement ravis de pouvoir enfin se retrouver à Paris. On avait 7 nouveaux élevages exposants. (Gérard Bouilloux, EARL la Filaine, GAEC des Peupliers, GAEC de Maublanc, GAEC Bonnabry Arfeuille, GAEC Lamarre Benoit et Laetitia et Pascal Langevin.) C’est pour nous très positif et encourageant. »

Né en Moselle, élevé en Saône et Loire

C’est cette année de Saône-et-Loire -département qui est aussi le berceau originel de la race- que provenaient les deux champions même si Néroli le lauréat est né au Gaec Picaut, en Moselle. « Ce taureau amené par le Gaec de la Codemine est très bien fait. Une magnifique longueur de corps. Du bassin, de la longueur. C’est aujourd’hui lui qui se rapproche le plus de l’idéal du standard de race. » a estimé Jean-Marie Goujat, éleveur dans le Rhône et juge titulaire des différentes sections de mâles. « Le champion est morphologiquement parlant complétement en phase avec les orientations. Une qualité de dessus exceptionnelle sur un animal qui se déplace très bien malgré son poids. Il illustre parfaitement les orientations à prendre pour notre race. » ajoutait Sébastien Cluzel.

La vache la plus âgée

Née en janvier 2014, Juline, la championne était la vache la plus âgée de ce concours. « Puissante, fine, longue, elle se déplace pour autant extrêmement bien. C’est un réel plaisir que de mettre en avant ce type d’animaux » soulignait Olivier Blanchard, un des deux juges en charge du classement de ces sections de femelles. 

La bonne demi-douzaine de génisses bouchères amenées par des élevages de Saône et Loire et de l’Ain n’ont malheureusement pas pu être présentées sur le grand ring et sont restées sagement attachées dans les travées.

 

 

Lire aussi : Les élevages bourbonnais font une razzia au Marault lors du dernier National Charolais

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

La réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir" entre en application
Depuis le 2 août 2022, est entrée en vigueur la réforme des cotations "gros bovins entrée abattoir". Des cotations mensuelles…
[Maïs ensilage] Valoriser au mieux les parcelles touchées par la sécheresse et la canicule
Arvalis Institut du Végétal donne des clés d’orientations pour la conduite des chantiers de maïs ensilage dans les parcelles plus…
Net recul des naissances de veaux allaitants sur la campagne 2021-2022
L’érosion du cheptel allaitant se traduit sans surprise par un net recul des naissances de veaux de race à viande. Les effets de…
Les coproduits peuvent avoir différentes voies de valorisation comme l’alimentation animale, la valorisation comme matière première dans une autre industrie, la valorisation agronomique (compostage, fertilisation) et les valorisations énergétiques (méthanisation, combustion).
Coproduits pour l'alimentation des bovins : un gisement de plus en plus convoité
La valorisation des coproduits issus des industries agroalimentaires a longtemps permis aux éleveurs du Grand Est de bénéficier…
La loi Egalim2 permet en utilisant les différentes options possibles de définir son niveau d'engagement avec ses premiers acheteurs.
Contractualisation en viande bovine : un outil de gestion du risque "prix"
Avec la loi Egalim2, la négociation des prix a lieu en amont des ventes de bovins. L’obligation de contractualisation pose la…
Des stimuli aversifs, audio ou électriques sont générés par un appareil fixé sur le cou de chaque animal, en lien avec la position de ce dernier.
Clôtures virtuelles : premiers résultats intéressants en fermes expérimentales
Arvalis et l’Institut de l’élevage livrent les premiers résultats des essais scientifiques menés dans leurs stations…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande