Aller au contenu principal

[Salon de l’Agriculture] La Charolaise incontournable sur l’affiche et dans les discussions

Les responsables Charolais ont profité de la bonne médiatisation de leur race pour rappeler aux visiteurs et plus particulièrement aux responsables politiques et aux différents médias les actuelles difficultés du secteur et l’urgence à faire évoluer la situation si on veut continuer à donner aux jeunes l’envie de s’installer.

En déambulant dans les allées du hall 1 du Salon de l’Agriculture, le visiteur qui n’a pas compris que la Charolaise est cette année la race à l’honneur du salon est soit aveugle, soit réellement de mauvaise foi ! Idéale, la vedette de l’affiche, est incontournable. Les éleveurs Charolais et responsables de l’OS ont évidemment mis à profit cette médiatisation du moment. « C’est en juin dernier que nous avons su que notre candidature avait été retenue. Nous avons eu la volonté de mettre en avant tous les différents acteurs de la charolaise : depuis les éleveurs jusqu’au distributeurs et restaurateurs. » soulignait Florence Marquis directrice de l’OS Charolais France. « La Charolaise est une race d’excellence. Acheter puis déguster de la viande charolaise est un acte plaisir. » rappelait Hugues Pichard, éleveur en Saône et Loire et Président de l’OS Charolais France.

Les difficultés économiques ont monopolisé une partie des discussions. « L’avenir de nos campagnes et de nos élevages, le consommateur l’a entre ses mains au moment de ses actes d’achat. » rappelait Didier Périchon, président de l’association Charolais Label Rouge. « La qualité de notre environnement et la beauté de nos zones herbagères et bocagères sont liés à la présence de nos élevages. Et ils permettent qui plus est la production d’une viande excellente tant sur le plan gustatif que nutritionnel. Les meilleurs garants de la biodiversité, ce sont nous les éleveurs ! » Les responsables du herd book et de l’OS Charolais France ont rappelé qu’ils étaient parfaitement en phase avec les objectifs de l’Interprofession de voir la viande label rouge conforter ses positions dans les rayons à condition que cela puisse aussi se traduire par un juste retour sur le prix auquel leur sont achetés leurs animaux. L’Association Charolais Label Rouge a fait état d’un total de de 9 500 bovins labellisés l’an dernier avec un réservoir de production conséquent. Le nombre d’animaux potentiellement labellisables excède largement le nombre d’animaux effectivement labellisés.

Responsables politiques et médias

 « De nombreux responsables politiques et médias sont passé nous voir. Nous avons beaucoup insisté sur le fait que si nous voulons pouvoir transmettre cette passion à nos enfants, un virage doit être pris rapidement pour que le prix auquel sont achetés nos animaux soit en phase avec nos coûts de production.» soulignait Jean-Marie Goujat, éleveur dans le Rhône et copropriétaire avec son père Bruno et son frère Laurent d’Idéale la vache vedette de l’affiche du salon.

La viande charolaise possède de sérieux atout pour nourrir les sportifs de très haut niveau. Clarisse Agbegnenou, à ce jour la judokate française la plus titrée de l’histoire avec -entre autres- quatre titres de championne du monde de la discipline a été la marraine de ce concours. « Nous, sportifs et vous, éleveurs, avons les mêmes valeurs. Ce goût pour la compétition. Je suis en forme, je mange des produits de qualité. La viande charolaise en fait naturellement partie. » soulignait la championne qui a semblé prendre un réel plaisir à discuter avec les éleveurs et les responsables de la race en avouant son petit faible pour les grillades charolaises qu’elle déguste saignantes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Pour toucher le bonus haies, il faut faire certifier la gestion durable des haies.
PAC 2023 : un bonus haies de 7 euros l’hectare
Le bonus haies et le nouveau barème pour les infrastructures agroécologiques sont les deux nouveautés de la PAC 2023-2027…
Bovins viande : un revenu 2022 bas, sauf pour les systèmes avec cultures
L'Institut de l'Elevage a simulé sur cas-types le revenu 2022 des élevages bovins viande. Hausse des prix des bovins et hausse…
La convergence aggrave la perte sur l'aide couplée pour les systèmes engraisseurs spécialisés de jeunes bovins, naisseurs-engraisseurs de jeunes bovins et naisseurs-engraisseurs de veaux sous la mère.
PAC 2023 : les aides du premier pilier ne favorisent pas les systèmes qui engraissent
D’après une simulation de l’Institut de l’élevage, les systèmes qui engraissent seraient franchement perdants sur le premier…
Florent Roux du Gaec du domaine des Ravauds à Volesvres en Saône-et-Loire, 150 charolaises sur 260 ha (dont 220 de prairies naturelles).
"Un très bon ensilage d’herbe récolté le 28 octobre"
Les conditions météo de l’automne ont permis à certaines prairies d’exprimer leur potentiel, avec en plus une forte…
En Espagne, la convergence n'est pas favorable aux systèmes engraisseurs.
PAC 2023 : quels choix ont fait nos voisins européens pour les bovins viande ?
Chez nos voisins et partenaires européens, les aides couplées aux bovins viande évoluent globalement peu, et il n’y a pas…
taureau race limousine
A Lanaud, quatre taureaux limousins vendus aux enchères plus de 15 000 euros
100 % des veaux ont été vendus lors des enchères pour la deuxième série de taureaux limousins issus de la station nationale de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande