Aller au contenu principal
Font Size

Résultats d’enquête sur les cas cliniques de Schmallenberg

De la fièvre associée à des signes généraux, parfois des troubles digestifs et souvent des troubles de la reproduction. Tels sont les symptômes aigus observés par la SNGTV.

Douze élevages laitiers avec une infection virale aiguë récente ont été passés au crible de la SNGTV. Cette enquête sur les symptômes aigus du virus de Schmallenberg (SBV) chez la vache a été initiée par la plateforme d’épidémiosurveillance. Elle concerne des élevages laitiers de 40 à 100 vaches, provenant de zones où aucun cas de forme congénitale n’avait été observé.


Dans ces troupeaux, 20 à 30 % des vaches en production ont été malades et l’épisode clinique a duré de quinze jours à un mois. « La plupart des vaches malades ont eu une forte fièvre (de 39,5 °C jusqu’à 42 °C) associée à des signes généraux classiques : baisse d’appétit, abattement, baisse de la rumination et très forte baisse de la production, décrit Éric Collin, de la commission épidémiologie de la SNGTV. Dans la moitié des élevages, on a observé une forte baisse de la production (plus de 50 %) sur tous les animaux malades pendant quatre à cinq jours. Dans l’autre moitié, certains animaux malades, mais pas tous, ont eu une baisse très forte et les autres plus modérée (entre 25 et 50 % de baisse)».


Point positif : la production est revenue à son niveau initial dans un délai d’une semaine : « les vaches récupèrent bien ». Pour quelques vaches, la chute de lait a été le seul signe observé. Dans un certain nombre de cas, des signes digestifs ressemblant à ceux d’une grippe digestive d’hiver ont été associés « avec des matières ramollies, voire totalement diarrhéiques et une colo- ration rougeâtre ». Ces signes digestifs ont parfois précédé la montée de température d’une journée. Aucun signe respiratoire spécifique à Schmallenberg n’a été détecté, contrairement à ce qui avait été avancé. Les seuls signes respiratoires observés étaient dus à d’autres pathologies associées (bronchite vermineuse, ehrlichiose...)


Des avortements chez les vaches atteintes de la forme clinique


Par contre au niveau reproduction, et c’est nouveau, « il semble qu’on puisse avoir des avortements en fin de gestation sur des vaches atteintes de la forme aiguë, constate Éric Colin. Des pertes de gestation dans les premiers mois ont par ailleurs été confirmées par échographie (une de la moitié des élevages. Ils vont dans le même sens que des observations faites dans une région allaitante exposée pour la première année au passage du SBV où les vétérinaires qui vérifient les gestations par échographie ont constaté des gestations décalées de deux-trois mois dans une très grande proportion. Il est certain que les cas aigus de Schmallenberg ne se limitent pas à ces douze troupeaux !


Dans les élevages atteints cliniquement, il faut s’attendre à voir des formes congénitales (malformations des fœtus et veaux) qui sont la conséquence retardée d’une infection lors de la circulation du virus autour du quatrième ou cinquième mois de gesta- tion. « Ces formes ne devraient toucher dans ces cheptels que 20 à 30 % des animaux gestants d'après une étude de GDS France de 4-5 mois au moment de la circulation du virus (soit 4-6 vaches sur 20 vaches pleines de 4-5 mois pour des troupeaux de 100 vaches) », relativise Éric Collin. première « pleine » suivie d’une seconde « vide »). » Ces décalages au niveau de la reproduction ont été constatés dans plus

Schmallenberg : GDS FRance poursuit la surveillance

La surveillance des formes congénitales liées au virus de Schmallenberg (SBV) se poursuit dans le cadre de la plateforme d’épidémiosurveillance ; elle est coordonnée par le réseau de GDS France avec effet rétroactif au 1er septembre. Deux zones avec des modalités diagnostiques différentes (départements avec + 20 foyers congénitaux avant le 15 juin 2012 et départements avec - 20 foyers) ont été définies.


La DGAL a, quant à elle, arrêté sa surveillance pour les bovins le 31 août dernier. Cela a des conséquences au niveau du financement. En cas d’avortement au sens réglementaire (naissance avant terme ou mort dans les 48 heures), le déplacement du vétérinaire et le prélèvement sanguin sur la femelle avortée seront pris en charge par l’État dans le cadre de la surveillance de la brucellose. Mais les prélèvements supplémentaires et les analyses SBV serontà la charge de l’éleveur. Sinon, tous les frais liés à la suspicion resteront à la charge de l’éleveur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande