Aller au contenu principal

Réouverture du débouché algérien pour les bovins vivants français

Chargement d’un bateau pour l’Algérie depuis le port de Sète.
Chargement d’un bateau pour l’Algérie depuis le port de Sète.
© Bernard Griffoul

Le 14 octobre 2014, en fin de journée, le ministère de l'Agriculture a annoncé la réouverture du marché Algérien pour les bovins vivants provenant de France. Ces importations avaient été stoppées fin juillet suite à l'apparition de foyers de fièvre aphteuse en Algérie. Elles avaient contraint Alger à limiter les mouvements d’animaux sensibles et suspendre leur importation dans l’attente de la stabilisation de la situation sanitaire.

« Grâce à la mise en œuvre d’une vaste campagne de vaccination à laquelle l’Union européenne et la France ont contribué en fournissant des doses de vaccins anti-aphteux, les services vétérinaires algériens ont pu maîtriser la progression de la maladie et ont annoncé la reprise à compter du 13 octobre des importations de bovins vivants dans les conditions suivantes

  • . Quarantaine de 8 jours dans les ports de destination,
  • . Vaccination dans les 48h suivant l’arrivée. » précise le Ministère Français de l’Agriculture.

Rappelons que les expéditions de bovins vivants depuis la France vers l’Algérie représentent un flux annuel conséquent d’animaux. Les volumes concernés sont globalement en progression et prennent une importance croissante compte tenu de la contraction de la demande Italienne. Pour les animaux provenant de France, ce débouché a concerné l’an dernier un peu plus de 9000 génisses laitières et 43 000 bovins maigres destinés à l’engraissement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Les litières sont composées de paille mais également de plaquettes forestières issues de l’entretien des nombreuses haies présentes sur le parcellaire avec le choix récent d’en laisser « monter » quelque unes pour conforter la ressource en bois sur pied et s’adapter aux évolutions du climat avec davantage d’ombre en été. © F. d'Alteroche
"Un maximum de productivité par UTH et par UGB avec mon troupeau Charolais"
Bonne productivité numérique, mortalité maîtrisée, croissances de bon niveau, vêlage à deux ans de plus en plus fréquent… Tous…
Le cadran de Saint Yrieix en Haute-Vienne a fermé ses portes
Inauguré en décembre 2019, le marché au cadran de Saint-Yrieix-la-Perche a cessé ses activités depuis le 1er avril dernier.  
La Chine fait s'envoler les cours des matières premières pour l'engraissement des bovins
La hausse est impressionnante. Elle ne concerne malheureusement pas le prix de la viande bovine mais celle des différentes…
signature du partenariat entre Cloé et Charal ayant eu lieu ce jour (Alexandre RAGUET, Directeur de Cloé et Franck LUCAS, Directeur des Etablissements Charal Metz)
Un contrat Label Rouge "gros bovins" entre Cloé, Charal et Cora
L'union de coopératives Cloé a signé le 7 avril 2021 un contrat tripartite avec les établissements Charal de Metz et Cora. Il est…
pâturage vaches allaitantes sécheresse
Semae : dix voies d’adaptation des systèmes fourragers au changement climatique

Dans un communiqué du 15 avril, Semae -…

Bernard Ducros. « Nous sommes à l’optimum pour la valorisation des bêtes. Notre prochain challenge va être de réduire les charges. » © B. Griffoul
Du veau d’Aveyron en autonomie complète
Dans le Tarn, Bernard Ducros élève seul 100 vaches en système veau d’Aveyron et du Ségala et produit la totalité de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande