Aller au contenu principal

Réouverture du débouché algérien pour les bovins vivants français

Chargement d’un bateau pour l’Algérie depuis le port de Sète.
Chargement d’un bateau pour l’Algérie depuis le port de Sète.
© Bernard Griffoul

Le 14 octobre 2014, en fin de journée, le ministère de l'Agriculture a annoncé la réouverture du marché Algérien pour les bovins vivants provenant de France. Ces importations avaient été stoppées fin juillet suite à l'apparition de foyers de fièvre aphteuse en Algérie. Elles avaient contraint Alger à limiter les mouvements d’animaux sensibles et suspendre leur importation dans l’attente de la stabilisation de la situation sanitaire.

« Grâce à la mise en œuvre d’une vaste campagne de vaccination à laquelle l’Union européenne et la France ont contribué en fournissant des doses de vaccins anti-aphteux, les services vétérinaires algériens ont pu maîtriser la progression de la maladie et ont annoncé la reprise à compter du 13 octobre des importations de bovins vivants dans les conditions suivantes

  • . Quarantaine de 8 jours dans les ports de destination,
  • . Vaccination dans les 48h suivant l’arrivée. » précise le Ministère Français de l’Agriculture.

Rappelons que les expéditions de bovins vivants depuis la France vers l’Algérie représentent un flux annuel conséquent d’animaux. Les volumes concernés sont globalement en progression et prennent une importance croissante compte tenu de la contraction de la demande Italienne. Pour les animaux provenant de France, ce débouché a concerné l’an dernier un peu plus de 9000 génisses laitières et 43 000 bovins maigres destinés à l’engraissement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

« J’ai envoyé mes propositions de contrats à mes négociants. Et vous ? »
David Moisan, éleveur de charolaises et président de la section viande bovine de la FNSEA de Loire-Atlantique a interpellé les…
« Nous ne voulons plus travailler à perte »
La contractualisation est « le » sujet du moment pour la production de viande bovine. Il cristallise bien des discussions sur le…
Que nous réserve "l'année viande bovine" 2022 ?

2021 a été une année « bovine » contrastée. Après un début de printemps sec et frisquet, la météo s’…

Patrick Veysset
« Les charges de mécanisation par hectare augmentent avec la taille des exploitations bovins viande »
Patrick Veysset est économiste au centre Inrae de Theix dans l’unité mixte de recherche sur les herbivores. Il constate au fil…
L’engraissement des vaches repose sur un équilibre à trouver entre l’animal, les ressources disponibles et le marché visé, à réfléchir à l’échelle du système.
Des recommandations pour la finition des vaches de réforme du troupeau allaitant
La vente de vaches finies représente une part importante du produit viande. À la lumière de plusieurs essais conduits sur les…
La production de viande bovine poursuivra sa baisse en 2022
L’Institut de l’Élevage publie dans un communiqué du 20 janvier 2022 ses prévisions pour l'année 2022. C'est une nouvelle baisse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande