Aller au contenu principal

Mesures sanitaires et recherches analytiques
renforcer la vigilance en cas d'avortements répétés

L’apparition d’avortements dans un élevage entraîne toujours des interrogations, auxquelles il convient de répondre par une étude des causes et un plan d’action raisonné.

D’un point de vue technique, un avortement est défini comme la mort et l’expulsion du foetus entre le 42e jour et le terme de la gestation.Avant ce stade, on parle de mortalité embryonnaire et, après, de mortinatalité lors du vêlage à terme d’un mort-né. En élevage bovin, les avortements doivent susciter une attention particulière du fait de l’incidence qu’ils peuvent avoir, tant sur le plan économique (perte du veau, décalage de lactation) que sanitaire, car ils sont souvent associés à des maladies contagieuses : brucellose, fièvre Q, chlamydiose, salmonellose, BVD… Rappelons que le premier signe de brucellose est l’apparition d’avortements et que la déclaration de tout avortement est obligatoire auprès de son vétérinaire sanitaire avec une prise en charge par l’État de tous les frais afférents à ce contrôle brucellose (frais de déplacement et d’intervention du vétérinaire sanitaire, frais d’analyses). Dans d’autres situations, ils peuvent être les premiers révélateurs du passage d’un virus comme celui de la maladie des muqueuses (BVD).

Atteinte des seuils d'alerte

Dans tous les cas, dès que le taux d’avortement est supérieur à 2 % sur une campagne ou à trois cas répétitifs sur une courte période, un diagnostic précis de la cause permettra de mettre en place les mesures préventives indispensables pour juguler le problème et empêcher des pertes supérieures à celles déjà subies. Le plan de diagnostic avortement est un outil indispensable à mettre en place afin d’améliorer l’identification des origines et intégrer ainsi un plan raisonné et adapté à l’élevage. Il intègre des mesures sanitaires de base et des recherches analytiques. La mise à disposition de nouveaux outils ces dernières années a permis d’améliorer le taux d’élucidation. Mais le taux de réussite est fortement dépendant de l’observation stricte de cinq étapes (voir ci-contre). Au final, l’application d’un protocole « avortements répétés » donne des résultats « positifs » dans plus de 60 % des cas. La présence de l’avorton pour réaliser les analyses permet de multiplier par trois ou quatre le nombre de chances d’obtenir un résultat de certitude. On peut même prévoir une amélioration de ce score du fait de l’arrivée du diagnostic néosporose et la PCR chlamydiose/fièvre Q. N’oublions pas que l’impact global d’une épidémie de maladies abortives sera fortement fonction de la qualité et de la rapidité de l’application des mesures sanitaires. On retrouve là encore le fameux adage que tout éleveur doit, maintenant, bien connaître : « Le respect des mesures sanitaires de base permet d’éviter 95 % des problèmes sanitaires. » ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
Face à l’évolution des prix des broutards « incompréhensible et inacceptable », les Eleveurs du grand Massif Central appellent à la rétention de ces animaux en ferme.
Les éleveurs bovins du Grand Massif Central sont appelés à retenir au maximum les broutards en ferme
Les prix des broutards ne cessent de baisser depuis plusieurs semaines, aussi les Eleveurs de races à viande du grand Massif…
Paul et son oncle Philippe Couvé. « On privilégie les animaux de race Charolaise car on trouve toujours acquéreur. » © C. Delisle
Une conduite simple mais efficace des jeunes bovins
À la SCEA Couvé et fils, dans l’Orne, le bien-être animal a été privilégié, sans compromis pour autant sur les performances des…
Le lecteur de glycémie donne directement les résultats dans la pâture.  © B. Gavage
La conséquence d’un déficit énergétique en fin de gestation
Cette vache âgée a perdu beaucoup d’état en fin de gestation. Elle souffre d’une pathologie classique en élevage ovin mais moins…
Quentin Gougeon, éleveur à Vaiges en Mayenne (à droite). « Depuis mon installation, je travaille au maintien du bocage pour abriter les bovins et les céréales conduites en agriculture biologique. On valorise une partie de notre production de bois par le biais de la SCIC Mayenne bois énergie. » « La structure se charge d’organiser la commercialisation d’un bois durable et équitable », ajoute Olivier Lepage, chargé de développement à la SCIC. © C. Delisle
Chez Quentin et Dominique Gougeon, les haies sont un patrimoine à valoriser
Sur l’exploitation de Quentin et Dominique Gougeon à Vaiges en Mayenne, les haies sont conduites comme une culture à part entière…
Davantage de viande Charolaise pour les restaurants McDonalds
La viande charolaise sera plus largement utilisée dans les restaurants McDonalds tout au long du mois d’octobre. Elle concernera…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande