Aller au contenu principal

Rémy Corneloup : "des abreuvoirs collectifs et un compteur d'eau"

Rémy Corneloup, éleveur à Curbigny en Saône-et-Loire, a opté pour un système d’abreuvement collectif, afin d’offrir une eau en quantité suffisante à son troupeau de Charolaises. Un compteur d’eau devant la stabulation permet de vérifier que les animaux boivent selon leur besoin.

« J’ai vraiment pris conscience de l’importance de l’eau d’abreuvement dans l’alimentation des animaux, lors d’une journée technique organisée sur le sujet, par le GDS de Saône-et-Loire l’automne dernier. On regarde facilement l’aliment mais pas l’eau. Aussi, pour l’extension de stabulation mise en service cet hiver, j’ai opté pour des systèmes différents de ceux du bâtiment construit en 2014 où les vaches disposent de deux abreuvoirs individuels par case de 16 places », explique Rémy Corneloup, éleveur de 75 mères charolaises à Curbigny en Saône-et-Loire.

« Je bloque les vaches deux à trois heures aux cornadis pour manger. Elles vont ensuite toutes boire en même temps. C’est pourquoi, il m’a semblé judicieux d’opter pour un système d’abreuvement collectif avec un gros débit 72 litres/min, une réserve d’eau de 70 litres et un système antigel. » Chacune des quatre cases de vaches dispose d’un bac d’1,5 mètre.

 

Rémy Corneloup charolaises Saône-et-Loire

Un compteur d’eau pour contrôler la consommation

L’éleveur a monté un muret dans chaque case, entre l’aire paillée en pente et l’aire raclée, pour y accrocher le bac d’abreuvement. Ce dernier bascule sur l’aire raclée, pour un nettoyage aisé. Un raclage est effectué trois à quatre fois par semaine. « Je nettoie l’abreuvoir à la main après le paillage quotidien et le vidange une fois par semaine environ. » Les vaches y accèdent uniquement côté aire raclée. « Elles boivent beaucoup plus naturellement. Les veaux s’y désaltèrent également, même s’ils ont un abreuvoir dans leurs cases. Il y a toujours de l’eau, même quand il y a trois vaches en même temps. »

Rémy Corneloup a également installé un compteur pour vérifier facilement la consommation d’eau dans les bâtiments. « J’effectue un contrôle en début de saison, puis de temps en temps pendant la saison hivernale », souligne l’éleveur. Une analyse d’eau annuelle est également réalisée.

« Avec la construction du mur, ce système collectif me revient à 1 015 euros par case contre 733 euros par case pour les abreuvoirs individuels à niveau constant. »

 

plan du bâtiment système abreuvement collectif Rémy Corneloup

 

Chiffres clés

- 75 vêlages, engraissement des vaches et des meilleures génisses
- 450 kg pour les broutards alourdis
- 85 ha dont 9 de maïs ensilage (6,5 de dérobées de ray-grass et trèfles et 2,5 de méteil) ; 4,5 de blé ; 2,5 d’orge ; 2,5 de luzerne et 66,5 de prairies naturelles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande