Aller au contenu principal

Quand un veau ne voit pas bien ou même pas du tout

Une cataracte congénitale rend le veau aveugle. © J.-M. Nicol
Une cataracte congénitale rend le veau aveugle.
© J.-M. Nicol

Voilà un animal qui n’y voit pas bien et qui pourrait aussi ne plus rien voir du tout. Si cette cécité s’installe tranquillement vous vous en rendrez compte tardivement car il s’adapte à son environnement et s’arrange pour rester en contact étroit avec un autre qui lui trace le chemin.

C’est aussi le cas de veaux qui naissent aveugles et qui marchent en dressant la tête. Ils s’adaptent aisément au handicap pourvu que leur mère, si elle l’élève, se montre maternelle et les escorte. C’est bien souvent une collision inattendue dont vous êtes témoin qui vous met la puce à l’oreille et il vous suffira de lancer votre main à proximité de ses yeux pour constater qu’il ne cligne pas.


Toutes les anomalies oculaires bilatérales sont susceptibles de rendre un veau aveugle, qu’il souffre d’une cataracte congénitale ou d’une anomalie morphologique du globe oculaire à côté de laquelle vous ne pouvez pas passer si vous l’examinez de près. Dans tous les cas vous devriez en parler au vétérinaire car la grande majorité de ces anomalies ont une cause nutritionnelle ou infectieuse qui expose le troupeau à d’autres cas et d’autres troubles.


Et lorsqu’il s’agit d’un animal plus âgé qui devient aveugle ? Laissons de côté le cas des Normandes dont la rétine dégénère parfois ou dont les yeux proéminents sont également sujets à un défaut d’irrigation et laissons aussi de côté les kératites estivales bilatérales qui pourraient altérer profondément la vision.

Avec des yeux apparemment normaux, des cécités en séries affectent parfois des jeunes bovins nourris à la stabulation et très carencés en vitamine A ; elles précèdent de peu des crises convulsives autrement plus graves. Pour le reste, y compris chez des jeunes, on rencontre des cécités accompagnées d’une inflammation douloureuse de l’intérieur des yeux consécutives à une décharge de bactéries venues par voie sanguine. Elle n’altère pas la surface de l’œil mais l’intérieur et elle traduit un état septicémique qui mérite aussi la visite du vétérinaire.


Les anomalies oculaires bilatérales ont souvent une cause nutritionnelle ou infectieuse

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
charolaises pâturage
PAC : Julien Denormandie annonce une baisse de 3 à 4 % des soutiens aux élevages allaitants à l'échéance 2027
A l'issue d'un Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole ce vendredi 21 mai 2021, Julien Denormandie a présenté lors…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande