Aller au contenu principal

Quand on reparle du bœuf !

Bon valorisateur d’herbe, le Bœuf de nos régions porté par SVA est une alternative possible pour pallier l’incertitude des marchés du maigre.

Contrairement à ce que le mot pourrait le laisser supposer « Bœuf de nos régions » concerne tant des mâles que des femelles.
Contrairement à ce que le mot pourrait le laisser supposer « Bœuf de nos régions » concerne tant des mâles que des femelles.
© SVA Jean Rozé

À l’heure où les disponibilités en vaches de réforme - laitières ou allaitantes - s’amenuisent et que les perspectives pour le marché des broutards (sans être alarmistes) ne sont pas radieuses, on entend à nouveau parler de bœufs dans les assemblées générales. « Il faut regarder à nouveau avec attention ce dossier », argumentait Fabien Cornen, directeur des achats vifs de la société SVA Jean Rozé lors du Congrès d’Elvea France. Et ce dernier de faire un rapide bilan de la démarche « Bœuf de nos régions » portée par son entreprise et destinée aux GMS sous enseigne Intermarché, en particulier pour les rayons à la coupe. Contrairement à ce que le mot pourrait le laisser supposer « Bœuf de nos régions » concerne tant des mâles que des femelles. Il s’agit de bouvillons et de génisses de races à viande, croisées ou mixtes, abattus au plus tard à 30 mois pour un minimum de 270  kg de carcasse.


Il existe un potentiel de développement


Ils sont majoritairement produits dans des exploitations herbagères du quart Nord-Ouest de la France, mais pas seulement et 13 itinéraires techniques de production sont proposés pour caler leur conduite en fonction de leur période de naissance, sexe, type racial… sans oublier surtout les disponibilités fourragères. « Nous avons abattu l’an dernier 9 828 animaux provenant 898 élevages dans le cadre de cette démarche dont 9 160 ont été certifiés. Le poids moyen était de 400 kg pour les mâles, 350 pour les génisses pour un âge moyen de 26 mois à l’abattage. Le gros des volumes c’est du R, même s’il y a eu 17 % de U », précisait Fabien Cornen. La grille de paiement inclut une plus-value oscillant entre 11 et 21 centimes et, pour les animaux de races à viande, atteint son maximum pour des poids compris entre 270 et 430 kg de carcasse avec également une incitation financière pour sortir les animaux en période creuse (fin d’automne et début d’hiver). Les animaux doivent être mis en contrat avant leurs 14 mois de façon à planifier les dates d’abattage et un site extranet va prochainement être mis en service pour faciliter cette tâche. Avec des animaux bien adaptés pour valoriser des surfaces en herbe inconvertibles, Fabien Cornen n’a pas caché qu’il existait un potentiel de développement dans les zones de naissage traditionnelles du bassin allaitant. Elle pourrait permettre de pallier une possible réduction des débouchés pour le maigre français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Le bâtiment est en bois avec une ventilation naturelle, une bonne ambiance à l’intérieur et des écarts de température diurne-nocturne atténués par la toiture en panneaux « sandwich » de 4 centimètres d’épaisseur. © F. d'Alteroche
Une stabulation sur caillebotis double usage pour les vaches allaitantes
Dans le Cantal, la nécessité d’accroître les capacités de stockage en lisier d’un bâtiment entravé a incité les associés du Gaec…
Les vaches ont très vite adopté les logettes et les cornadis suédois leur ont permis de sauver leurs cornes, sans dommages jusqu’à présent. © F. d'Alteroche
Des caillebotis pour les vaches, pour ne pas remettre en cause l’autonomie
Le Gaec d’Éole utilise à peine 12 tonnes de paille-hiver pour les seules cases à veaux et cases de vêlage d’une stabulation « …
 © Agricentre
Le teff grass, une nouvelle fourragère estivale
Eragrostis tef ou teff grass, graminée cultivée comme céréale secondaire en Afrique, arrive en France comme fourragère. Sa…
Les atouts du caillebotis pour les vaches allaitantes
Les stabulations intégrant au moins une partie de caillebotis sur fosse sont courantes en élevage laitier, plus rares en système…
De la Stabiliser à la Redyblack, vers une nouvelle race bovins viande en France
Portée par l’association Bovinext, la RedyBlack est la première race bovine depuis des décennies à obtenir son agrément OS en…
Les poteaux métalliques ont permis de limiter l’emprise au sol et la charpente et les parois en bois contribuent à une bonne ambiance avec des devis comparatifs métal/bois qui étaient similaires. © F. d'Alteroche
Bâtiment sur caillebotis : associer l’économie en paille à son confort
Construite sur les pentes du Massif du Sancy, la stabulation du Gaec de Surain associe litière paillée et fosse sous caillebotis…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande