Aller au contenu principal

Quand on reparle du bœuf !

Bon valorisateur d’herbe, le Bœuf de nos régions porté par SVA est une alternative possible pour pallier l’incertitude des marchés du maigre.

Contrairement à ce que le mot pourrait le laisser supposer « Bœuf de nos régions » concerne tant des mâles que des femelles.
Contrairement à ce que le mot pourrait le laisser supposer « Bœuf de nos régions » concerne tant des mâles que des femelles.
© SVA Jean Rozé

À l’heure où les disponibilités en vaches de réforme - laitières ou allaitantes - s’amenuisent et que les perspectives pour le marché des broutards (sans être alarmistes) ne sont pas radieuses, on entend à nouveau parler de bœufs dans les assemblées générales. « Il faut regarder à nouveau avec attention ce dossier », argumentait Fabien Cornen, directeur des achats vifs de la société SVA Jean Rozé lors du Congrès d’Elvea France. Et ce dernier de faire un rapide bilan de la démarche « Bœuf de nos régions » portée par son entreprise et destinée aux GMS sous enseigne Intermarché, en particulier pour les rayons à la coupe. Contrairement à ce que le mot pourrait le laisser supposer « Bœuf de nos régions » concerne tant des mâles que des femelles. Il s’agit de bouvillons et de génisses de races à viande, croisées ou mixtes, abattus au plus tard à 30 mois pour un minimum de 270  kg de carcasse.


Il existe un potentiel de développement


Ils sont majoritairement produits dans des exploitations herbagères du quart Nord-Ouest de la France, mais pas seulement et 13 itinéraires techniques de production sont proposés pour caler leur conduite en fonction de leur période de naissance, sexe, type racial… sans oublier surtout les disponibilités fourragères. « Nous avons abattu l’an dernier 9 828 animaux provenant 898 élevages dans le cadre de cette démarche dont 9 160 ont été certifiés. Le poids moyen était de 400 kg pour les mâles, 350 pour les génisses pour un âge moyen de 26 mois à l’abattage. Le gros des volumes c’est du R, même s’il y a eu 17 % de U », précisait Fabien Cornen. La grille de paiement inclut une plus-value oscillant entre 11 et 21 centimes et, pour les animaux de races à viande, atteint son maximum pour des poids compris entre 270 et 430 kg de carcasse avec également une incitation financière pour sortir les animaux en période creuse (fin d’automne et début d’hiver). Les animaux doivent être mis en contrat avant leurs 14 mois de façon à planifier les dates d’abattage et un site extranet va prochainement être mis en service pour faciliter cette tâche. Avec des animaux bien adaptés pour valoriser des surfaces en herbe inconvertibles, Fabien Cornen n’a pas caché qu’il existait un potentiel de développement dans les zones de naissage traditionnelles du bassin allaitant. Elle pourrait permettre de pallier une possible réduction des débouchés pour le maigre français.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Olivier Mevel "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Olivier Mevel : "Le monde agricole n’a pas à supporter le train de vie du distributeur"
Maître de conférences à l’université de Brest, Olivier Mevel n’est pas tendre avec le travail mené par l’observatoire de la…
Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
Or rouge cv plainemaison Record
Des records battus pour la vente aux enchères des journées limousines Or Rouge de Plainemaison
Les journées limousines Or Rouge organisées l'entreprise Beauvallet- CV.Plainemaison du 15 au 18 octobre 2021 se sont soldées par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande