Aller au contenu principal

Dispositif génétique français
Quand l´Etat se désengage !

La réforme du Dispositif génétique français est en cours. Des solutions sont à trouver pour faire face au désengagement de l´Etat.


La réforme de la Loi sur l´élevage est en cours. Depuis deux ans les différents acteurs du Dispositif génétique français (DGF) ont entrepris un travail de refonte du texte pour qu´il puisse répondre à un cahier des charges franco-français et correspondre également au droit européen tout en prenant en compte la ferme volonté de désengagement financier de la part de l´Etat. « Compte-tenu du contexte économique actuel, l´Etat a choisi de se recentrer sur ses missions régaliennes (éducation, recherche, sécurité, défense, santé) et entend intervenir le moins possible avec des deniers publics sur les affaires économiques. Pour lui, ces dernières relèvent des entreprises. C´est lourd de conséquences. L´Etat n´a plus d´argent. Les restrictions n´épargneront pas la génétique », expliquait Serge Paran, président de l´UNCEIA à l´occasion de la dernière assemblée générale de l´Upra Aubrac.
Après de multiples séances de travail entre les acteurs du DGF, le ministère et en accord avec les principales organisations professionnelles, une proposition a trouvé sa place dans l´article 93 de la Loi d´orientation agricole. « En génétique, le droit européen est libéral. Il laisse les choses s´organiser seules.Or il y a en France beaucoup de régions où il n´est pas rentable d´aller apporter du progrès génétique du fait de l´éloignement et/ou de la petite taille des élevages. Nous avons voulu préserver ces missions qui assurent une couverture du territoire. »
L´article 93 de la nouvelle LOA établit donc les principaux éléments du nouveau Dispositif génétique. Il autorise également le gouvernement à légiférer par ordonnance pour simplifier et adapter le DGF, mettre les agréments sanitaires et zootechniques en conformité avec le droit communautaire et regrouper et harmoniser les dispositions relatives à l´identification.
Paillettes d´insémination artificielle. Au premier janvier prochain, le marché de l´IA sera ouvert à la concurrence mais restera réglementé. ©B. Compagnon

Trois ordonnances et projets de décrets d´application correspondants ont été élaborés au cours du premier trimestre 2006 lors de réunions organisées entre le ministère et les différentes organisations impliquées dans l´amélioration génétique. Depuis, ces textes déjà validés par la profession agricole seraient encore en cours d´examen dans les cabinets ministériels.
Côté échéance d´application, un article récent publié dans le bulletin de l´Assemblée permanente des chambres d´agriculture précise : « Sous réserve de modification apportées à l´occasion de l´examen des textes par le Conseil d´Etat et le Conseil des ministres ou de leur adoption par le Parlement, le service universel d´IA et les dispositions relatives à la production et au stockage des semences entreront en vigueur au 1er janvier 2007. De même, l´interprofession génétique devrait entrer en fonctionnement dès l´automne 2006. »

Aucune solution encore envisagée
Quoi qu´il en soit, à la mi-juin, l´épineuse question du mode de financement à retenir pour alimenter la nouvelle interprofession génétique n´avait pas encore été tranchée. Pour faire face désengagement financier de l´état, la possibilité de mettre en place une taxe interprofessionnelle de un euro pour chaque veau né a été une piste un moment évoquée. Une autre possibilité étant d´accroître le montant des taxes interprofessionnelles alimentant le Fonds national de l´élevage. Lui-même permettant d´abonder cette nouvelle interprofession génétique. « Jusqu´à présent, plusieurs solutions ont été envisagées, mais aucune réponse n´a été apportée. » Des élections auront lieu en 2007. Autant d´événements qui contribuent rarement à accélérer le processuslégislatif.

Les plus lus

Camion d'abattoir mobile du Boeuf ethique
L’abattoir mobile du Bœuf éthique vendu aux enchères à Beaune le 17 avril

Plus d’un an après la liquidation du Bœuf Ethique, premier outil d’abattage mobile en France, son matériel est mis en vente…

parage fonctionnel des pieds bovins
Boiteries : « Je me suis formé au parage fonctionnel »

Guillaume Sansoit, éleveur de charolaises dans la Nièvre, a suivi avec un de ses salariés une journée de formation sur le…

L’implantation de la cage est à raisonner pour qu’un homme seul puisse y amener ses bovins en sécurité.
Boiteries : choisir une cage de parage adaptée aux vaches allaitantes

La cage de parage devient un équipement incontournable pour les exploitations touchées par la dermatite digitale. Veillez à…

Les prix d'honneur ont été difficiles à départager au concours de Varennes-sur-Allier (Allier), tenu les 15, 16 et 17 mars en race charolaise. « Une série d'une vingtaine de génisses, aux conformation et qualité de viande hors-normes, s'est particulièrement démarquée. Le lot était très homogène, avec des volumes de carcasse qui dépassaient les 650 kg », rapporte Olivier Chaveroche, responsable au concours.
Bovins de boucherie : les concours de Pâques enregistrent de belles ventes

Après une édition 2023 en demi-teinte, les organisateurs des traditionnels concours de Pâques tirent un bilan plutôt positif…

jeunes bovins charolais boiteries morbihan bretagne
Boiteries : « Nous avons dû jouer sur plusieurs fronts pour lutter contre panaris, Mortellaro et fourbure »

Gwendal Marchand a résolu une bonne partie des problèmes de boiteries sur son exploitation grâce à un audit approfondi avec…

Assurance prairies : l’indice Airbus doit encore convaincre

Les interrogations sur la fiabilité de l’indice satellitaire d’Airbus qui mesure la pousse de l’herbe freinent le…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande